Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 06:28

 

DICTON DE LA RANDONNEE

19 DECEMBREURBAIN

29 Frimaire Olive

MP-013-copie-1.jpg

Rémy mon petit randonneur à Hourtin en 2008

A la Saint Urbain, que ta résidence soit rurale ou urbaine, préfère la douche au bain, soigne bien tes pieds et tes mains et va marcher avec entrain sur les chemins à Hourtin.

ou

le plus vieux olivier du monde (3000 ans)

 

 

Henri SALVADOR

 

 

 

 Ah ! c'qu'on est bien quand on est dans son bain
On fait des grosses bulles, on joue au sous-marin
Ah ! c'qu'on est bien quand on est dans son bain
On chante sous la mousse pour les voisins

J'ai ma brosse à poils durs pour laver mes oreilles
La pierre ponce pour mes pieds et mes jolis orteils
La lotion pour ma barbe et pour mes belles moustaches
Mon sirop de pistache
{au Refrain}

Gratte-moi bien le dos, gratte-moi gratte-moi
Mais ne m'chatouille pas trop
Ne m'touche pas sous les bras
{au Refrain}

Pass'moi le gant de crin et les algues marines
Les ciseaux pour couper les poils de mes narines
Mais voilà le savon qui me glisse des mains
Où est-il nom d'un chien ?
{au Refrain}

Passe-moi la serviette, mon peignoir japonnais
Ah puis non c'est trop bête
Pourquoi j'en sortirais ?
{au Refrain}

O sole mio...

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 06:51

Randonnée autour du Jardin Botanique

      

Avant la traversée du Pont de Pierre nous nous allons faire le tour du Jardin Botanique. En cette saison il n'y a pas beaucoup de fleurs et avec le froid qu'il fait nous ne nous arrêtons pas. J'y reviendrai quand les mimosas seront en fleurs, il y a plusieurs variétés toutes magnifiques.

Ce jardin novateur conçu en 2001 par la paysagiste Catherine Mosbach, l'architecte Françoise-Jélène Jourda et le scénographe Raymond Sarti, qui s'étire sur 600 mètres de long et 70 de large sur la rive droite de la Garonne. L'ensemble des thèmes évoqués dans ce jardin fait appel à des présentations originales.

  • Le Jardin Aquatique : pour mieux appréhender les rapports étroits qui unissent l'homme à la plante... aquatique utile!
  • La galerie des milieux : paysages naturels du Bassin Aquitain sont reconstitués de part et d'autre d'une allée principale symbolisant la Garonne.
  • Le champ de culture. Quarante-quatre plates bandes pour mieux comprendre l'usage des plantes et découvrir leur rôle social, irriguées par un système écologique.
  • Le jardin urbain : jardin aux allées jonchées de cailloux géants, de structure en bois, de hautes serres de verre et de parcelles pédagogiques. Le jardin urbain se retrouve à la croisée du minéral et du végétal, un bon compromis entre la ville et la nature.
  • La ronde d'ornement : 450 mètres de chemin de ronde le long d'une palissade originale en bois de chêne, récupéré de la tempête de décembre 1999. Avec le temps, elle sera colonisée par des plantes pionnières illustrant ainsi la dynamique végétale.
  • Le jardin vertical : promenade agréable au milieu de plantes grimpantes. Différents modes naturels de fixation et de suspension y sont exposés, traduisant la nécessité vitale de cette escalade vers la lumière.
  • Le jardin partagé. Le jardinage en toute simplicité et convivialité avec l'association "Les Jardins d'Aujourd'hui". Terrains d'expériences, cultures originales, animé par des jardiniers, avec la participation de volontaires. Des techniques de jardinage écologiques et économiques y sont présentées (vermicompost...)
  • La cité botanique  : un espace didactique dédiée aux végétaux accessible à tout public  : des salles d'expositions permanentes et temporaires, des serres méditerranéennes, une salle de conférences accueillant le discours de divers scientifiques sur des thématiques variées, un atelier vert accueillant les enfants pour des animations pédagogiques et enfin, un restaurant en harmonie avec la philosophie du Jardin. Une bibliothèque d'ouvrages scientifiques de référence et les herbiers peuvent être consultés.
Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 08:19

Un beau château médiéval en Médoc

Comme promis je vous invite à faire le tour du seul château médiéval en Médoc. 

arrivée au château

La première référence connue d’Issan remonte au XIIe siècle lors de l’occupation de la Guyenne par les Anglais, ce qui en fait l’une des plus anciennes propriétés de la région.

Les Ségur, Salignac ou encore La Vergne s’y succédèrent jusqu’à l’arrivée du Chevalier d’Essenault, Conseiller au Parlement de Bordeaux, qui fit raser le vieux château et construisit l’édifice actuel au XVIIe siècle.

Il lui laissa par ailleurs son nom qui par contraction donna Issan.

A partir de 1776, la famille Foix de Candale également propriétaire de la Seigneurie de Cadilllac présida aux destinées d’Issan.

A la Révolution, les biens des Candale furent confisqués puis affermés aux citoyens locaux.Au XIXe siècle, outre l’inscription du Château d’Issan au célèbre classement de 1855, la propriété bénéficia d’importantes améliorations à partir de 1866 sous l’habile administration de Gustave Roy : construction de nouveaux chais et cuvier, arrachage des cépages peu qualitatifs et complantations au rythme de 10.000 à 12.000 pieds par an, plantation (surtout du Cabernet Sauvignon), essai de greffage sur porte-greffe Riparia…

Tout ceci fit de la propriété, avec son splendide vignoble de graves, un ensemble unique partout cité en exemple.

C’est alors la consécration d’Issan qui, après avoir été servi au mariage d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri Plantagenêt en 1152, recommandé pour la cave du Prince de Galles en 1725, devint le favori de l’Empereur François-Joseph à la cour d’Autriche.

De cette époque date la fière devise du cru : REGUM MENSIS ARIS QUE DEORUM

Après la vente de la propriété par les héritiers Roy, peu avant la Première Guerre Mondiale, Issan connut une période qui voit s’éclipser sa renommée, jusqu’à ce que Monsieur et Madame Emmanuel Cruse en fassent l’acquisition en 1945.

L’appellation Margaux est l’une des plus complexes et le Château d’Issan se veut résolument un Margaux authentique.

La propriété s’étend sur 120 hectares dont 53 hectares de croupes graveleuses consacrées à la culture de la vigne.

Début 2013 Jacky Lorenzetti acquiert 50% des parts du château, l'autre part restant dans la famille Cruse.  

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 08:38

De châteaux en châteaux

c'est lugubre, ça fait même peur vous ne trouvez pas ! Ecosse, Irlance.... Loch Ness ?

Dimanche 15 décembre 2013. Randonnée de 19 km animée par André P. pour 30 participants.

Nous partons de l'église de Margaux que nous avons eu beaucoup de mal à trouver tant le brouillard était épais, même moi j'ai eu du mal à la retrouver cette cachottière. 

plus tard l'eau se transformera en vin

Le terrain est très humide et la glaize nous colle aux chaussures. 

Nous passons bien évidemment devant le château Margaux lui aussi enveloppé de brouillard.

Château Margaux - on boirait bien un petit vin pour se réchauffer. Enfin petit c'est façon de parler.

Celui-ci heureusement sera dissipé quand nous arriverons devant le très beau château d'Issan qui mérite un article à lui tout seul, donc patientez un peu. Avant d'y arriver nous allons jusqu'au port d'Issan, nous ne verrons pas grand chose.

cherchez la Garonne ou plus exactement la Gironde

château Issan

Après Issan, nous partons en direction de Cantenac puis direction Labarde. Nous suivons la Laurina, attention de ne pas glisser, il faut bien regarder où nous posons nos pieds.

Arrivées à Notton c'est l'heure du pique-nique sous le soleil.

Puis nous prenons le chemin du retour en passant par la forêt d'Arsac, plus de champignons, dommage mon sac était prêt à la cuillette.

Nous passons devant le château Cantenac-Brown*. André nous le présente et nous raconte son histoire. Nous l'avions découvert l'année dernière.

château Cantenac-Brown

André raconte, tout le monde écoute attentivement

Après Cantenac-Brown encore un joli château, moins imposant mais tout aussi sympa, celui de Rauzan-Ségla.

Et en voilà encore un, celui-là était mon préféré quand je passais devant sur mon vélo quand j'allais au cinéma ou danser à Margaux. A l'époque les massifs de fleurs étaient superbes. C'était pour moi un château de princesse .

nous arrivons à Palmer

Fin de la tournée des châteaux sans avoir dégusté un seul verre, normal nous sommes des sportifs sérieux.

Retour à l'église sous le soleil cette fois. Vous la préférez comment ?

Prochain article au château Issan.

Merci André pour cette superbe randonnée médocaine.

 

*Grand Cru Classé en 1855 

Au début du 19ème siècle, John-Lewis Brown (1769-1851), acquiert un domaine et choisit de faire construire sur la commune de Cantenac un château de style Renaissance anglaise (Tudor) qui lui rappellera ses origines écossaises. Son nom restera pour toujours attaché au Grand Cru Classé. Son petit fils, John-Lewis Brown (1829-1890), célèbre peintre animalier et Chevalier de la Légion d’Honneur, y a également séjourné dans son enfance.
En 1843, la propriété est cédée à M. Gromard, banquier de son état. C’est le négociant bordelais et propriétaire de plusieurs châteaux en Médoc, Louis Armand Lalande (1820-1894), qui agrandira et enrichira la bâtisse après le classement de 1855. Entourée par un remarquable parc à l’anglaise, la propriété est depuis lors parmi les plus originales du Médoc.

Depuis 2006, la famille Simon Halabi donne une nouvelle impulsion à ce Grand Cru Classé avec l'ambition de le hisser au plus haut niveau.

La direction du Château Cantenac-Brown est alors confiée à José Sanfins qui poursuivra la mise en valeur de son magnifique terroir par le plus grand respect du sol, de la vigne et de son environnement.

Cette ligne de conduite se prolongera au chai par un élevage précis au service d’un vin exceptionnel. (pris sur ne net)


 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 06:46

DICTON DE LA RANDONNEE

15 DECEMBRENINON

25 Frimaire  Grillon

A la Sainte Ninon, pour une belle randonnée tu ne dis pas non, tu peux aller à Château-Chinon, à Créon ou à Monbadon, il y a quelques raidillons mais crénom quel plaisir une fois en haut d’écouter les grillons ou de ramasser des champignons 

      

grillon champêtre (gryllus campestris)

Ninon : Chanson Plus bifluorée

 


      Elle ne disait jamais oui

Ninon sauf qu'y a des fois
Elle s'enrhumait ma foi
Et là elle disait oui

Ninon Ninon, c'est Saint Ninon
Virons de bord, rentrons au port
Ninon Ninon, ah que c'est bon
Slip à bâbord, gaine à tribord

Elle vivait dans un boui-boui
Ninon et son mari
N'était pas un cador
D'ailleurs il en est mort

Ninon Ninon, c'est Saint Ninon
Virons de bord, rentrons au port
Ninon Ninon, ah que c'est bon
Slip à bâbord, gaine à tribord

La morale de cette chanson
Ninon, c'est qu'elle n'a plus
Jamais dit non, Ninon
Ni oui d'ailleurs non plus

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 06:02

DICTON DE LA RANDONNEE

14 DECEMBREODILE

24 Frimaire  Oseille

DELTA DE LA LEYRE 052

A la Sainte Odile, tu es à la fin d’une belle idylle, rien ne sert de verser des larmes de crocodile, va découvrir des îles ou va marcher sur les bords de la Leyre avec l'Emile 

 

PROPRIETES

Laxatif, dépuratif, diurétique, riche en fer, antiscorbutique, apérive, digestive, emménagogue, rafraîchissante, tonique, stomachique

UTILISATIONS

Irritations cutanées, acné, inappétence, constipation, piqûres d'insectes, soif, abcès, problèmes de peau

Contre-indications

A éviter pour les personnes souffrant d'arthrite, goutte, lithiase, rhumatismes, incompatibilités avec les eaux minérales

 

ODILE - BOURVIL

 

 

C'était en dix neuf cent vingt six,
Que sur la grand' route de Senlis,
Ell' eu un' pann' d'automobile,
Et tandis que je tâtonnais, en essayant de la dépanner,
Ell' me murmura, j' m'appelle Odile,

Ell'avait un sac en croco, oh oh Odile,
Ell'avait une belle auto, oh oh Odile,
Ell'avait aussi un très beau châssis, l'automobile,
Quand on appuyait sur ses jolies poires
Ca faisait pouet pouet (coin coin)
Oh oh oh ell' avait un sac en crocro oh oh Odile,
Ell'avait une belle auto, oh oh Odile,
Et sous l'pont arrièr', un peu de poussièr' l'automobile,
Ell'avait de bell' couleur, oh oh Odile,

Comme je vérifiais l'essieu,
Dans mes beaux yeux elle vit les cieux,
Mon charme avait conquis Odile,
En faisant démarrer l'moteur,
J'ai cru entendre parler son cœur,
Ainsi démarra notr' idylle,

Ell'avait un sac en croco, oh oh Odile,
Ell'avait une belle auto, oh oh Odile,
Très bien carrossée, la ligne élancée, l'automobile,
Quand elle avait froid,
Avant d'partir ell' faisait comm' ça, heuh heuh
Oh oh oh ell' avait un sac en crocro, oh oh Odile,
Ell'avait une belle auto, oh oh Odile,
Deux petits par chocs qu'étaient pas en toc, l'automobile,
Ell' se conduisait bien, oh oh Odile,

Et comme' elle' était très bonn' à croquer, moi je jubile,
Car l'ayant épousée, je croque Odile !

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 06:40

DICTON DE LA RANDONNEE

13 DECEMBRELUCE/LUCIE

23 Frimaire  Roseau

roseaux à Longarisse

A la Sainte Luce, ne te contente pas d’un saut de puce, vas-y pédibus jambus. A la Sainte Lucie prépare ton itinéraire avec minutie, ne sois pas indécis et surtout évite les acrobaties.

A la Sainte-Luce, les jours croissent d'un saut de puce.

La Sainte Luce, ou Sainte Lucie, étant le 13 décembre, ce dicton est généralement considéré comme faux, voire absurde. En fait il exprime, non pas l’allongement des journées, mais le décalage qui s’opère à cette période. En effet, si le soleil se lève de plus en plus tard, il se couche également de plus en plus tard. Les journées semblent donc grandir car les soirées s’allongent.

 

Lucie – Pascal OBISPO

 

 

Lucie, Lucie c'est moi je sais,

Il y a des soirs comme ça où tout...

S’écroule autour de vous.

Sans trop savoir pourquoi toujours
Regarder devant soi

Sans Jamais baisser les bras, je sais...

C'est pas le remède à tout,

Mais faut s'forcer parfois...

Lucie, Lucie dépêche toi, on vit,

On ne meurt qu'une fois...

Et on n'a le temps de rien,

Que c'est déjà la fin mais...

[Refrain]
C'est pas marqué dans les livres,

Le plus important à vivre,

Est de vivre au jour le jour.

Le temps c'est de l'Amour...

Même, si je n'ai pas le temps,

D'assurer mes sentiments...

J'ai en moi, oh de plus en plus fort,

Des envies d'encore...
Tu sais, non, je n'ai plus à cœur,

De réparer mes erreurs ou de,

Refaire c'qu'est plus à faire :

Revenir en arrière...


Lucie, Lucie t'arrête pas, on ne vit

Qu'une vie à la fois...

A peine le temps de savoir,

Qu'il est déjà trop tard mais..

.
{Refrain}

Oh, Lucie, j'ai fais le tour,

De tant d'histoires d'amour.

J'ai bien, bien assez de courage,

Pour tourner d'autres pages, sache...
Que le temps nous est compté.

Faut jamais se retourner, en s'disant, "

Que c'est dommage, d’avoir passé l'âge"


Lucie, Lucie t'encombre pas

De souvenirs, de choses comme ça.

Aucun regret ne vaut le coup

Pour qu'on le garde en nous mais...

{Refrain x2}

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 06:40

      Le Pont transbordeur - un pont inachevé


ce qu'il en reste aujourd'hui

Quai de Brazza, face au Cours du Médoc, deux énormes piles maçonnées émergent à marée basse, ce sont les restes des bases du pont transbordeur jamais achevé.

photo prise sur le net

En 1891 la mairie décide d’un nouveau pont « levant » pour permettre aux bateaux d’accéder au port de la lune.

Après bien des péripéties, en 1910, le président de la République Armand Fallières pose la 1ère pierre.  

 

Le pont devait avoir 400m de long et le tablier de roulement aurait été située à 45m de haut au-dessus des quais. Il devait permettre la traversée des piétons, voitures et wagons pour une charge maximum de 50 tonnes, sur une plate-forme suspendue de 10 mètres de large et 13 mètres de long, se déplaçant au ras de l'eau. La traversée devait durer deux minutes, à la vitesse de 12 km/h, et permettre six voyages aller-retour à l'heure. Les deux pylônes métalliques hauts de 95 mètres étaient terminés mais la première guerre mondiale arrêta le chantier. Ce pont aurait été le plus grand pont transbordeur du monde.

En 1925, Maryse Bastié passe avec son avion entre les 2 pylônes, mais le projet est ensuite abandonné, le tablier du pont n’a jamais vu le jour ! En 1942, un drapeau français flotte sur un câble, en représailles les allemands dynamitent les pylônes. Fin du pont transbordeur.  

 

 pylônes

photo prise sur le net

 

Prochain article sur cette sortie bordelaise au Jardin Botanique...

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 06:40

DICTON DE LA RANDONNEE

11 DECEMBREDANIEL(LE)

21 Frimaire  Erable sucré

VALLEE D'ASPE 261

Oloron Sainte-Marie. Statue s'intitulant "le départ" symbolise le départ pour les chemins de Compostelle

A la Saint Daniel, après un petit déjeuner thé et miel, préparez vos sacs et tout le matériel et partez en randonnée pour votre lune de miel sur les chemins de Compostelle.

      

Erable à sucre

Daniel – Elton John

 

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 06:59

LA BASE SOUS-MARINE DE BORDEAUX

La décision de construire la base sous-marine en bunker date de 1940.L'organisation Todt commence la construction en septembre 1941. Elle va durer 22 mois.

 

Le bâtiment était constitué d'un bloc de béton armé de 245 mètres de long sur 162 mètres de large et 20 mètres de haut. Une tour bunker de 48 x 73 m lui est adjointe. Il abritait 11 alvéoles de 100 à 115 mètres de long, 7 des ces alvéoles pouvant accueillir un sous-marin et quatre pouvant en accueillir deux. Le tirant d'air est de 11,40 m et le tirant d'eau de 9 m (avec un marnage de 1,5m).

Les 7 alvéoles centrales pouvaient être mises à sec. Chacune est séparée par un mur épais de 5 à 6 mètres et fermée par des volets blindés pour la protéger des éclats de bombes. À l'autre extrémité du bassin, une voie ferrée traverse le bunker et dessert les différentes alvéoles. Chaque alvéole est équipé de deux ponts roulants d'une capacité de levage de 3 ou 5 tonnes permettait sur chacune de transporter pièces lourdes et munitions.

De l'autre côté de la voie ferrée, la bâtiment abritait, sur plusieurs étages, ateliers, réserves, bureaux et lieux de vie, dont une infirmerie.

L'ensemble était couvert par un premier toit en béton armé de 3,5 mètres d'épaisseur. Il fut recouvert par une seconde dalle de 2,10 mètres d'épaisseur. À partir de 1943, avec la portée accrue des bombardiers alliés et également des bombes devenues plus puissantes, les Allemands décidèrent de renforcer encore le toit en posant au-dessus une structure dite Fangrost. Il s'agissait d'une série de poutres en béton de 32 tonnes placées parallèlement, espacées de 5 à 6 mètres et recouvertes d'autres poutres plus petites placées perpendiculairement aux premières. Ce dispositif devait provoquer l'explosion de la bombe avant qu'elle n'atteigne la dalle. Mais ce « treillis » n'était pas achevé en août 1944.

Pour des raisons de sécurité, les torpilles et le carburant étaient stockés au dehors, dans de petits bunkers situés à 200 mètres au nord-est de la base.

600 000 m³ de béton furent nécessaires pour la construction. L'organisation Todt employa plusieurs milliers d'ouvriers, certains volontaires, mais la plupart prisonniers de guerre ou requis dont plus de 3000 républicains espagnols, « les rouges » (on estime que plus de 70 y sont morts), mais également des Français, des Italiens, des Belges et des Néerlandais.

Le 17 mai 1943 vit un raid aérien américain d'importance. Le bombardement fait à 22 000 pieds fut imprécis et affecta peu la base. Une porte du bassin à flot fut détruite et cinq sous-marins échoués. Mais les dégâts civils sont importants, plus de 200 immeubles touchés, 184 Bordelais tués et 249 blessés. De janvier à août 1944, se dérouleront plus de 13 raids anglo-américains sur la base sous-marine, mais sans grand succès.

Le 28 août 1944, Bordeaux et le port sont évacués par les Allemands.

Après la guerre, la base a abrité un musée de la plaisance. Aujourd’hui  c'est un espace culturel très visité : sur les 42 000 m² de cette imposante construction de béton12 000 m² environ sont ouverts au public.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche