Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:08

Rugissement place Stalingrad ?

désolée sire, je vous ai un peu raboté le nez, ne m'en voulez pas !

J'ai traversé le Pont de Pierre pour aller faire les photos des sculptures de Jaume Plensa, avant d'y arriver je m'arrête près du Lion Bleu que nous sommes nombreux à trouver laid. Il fait souvent l'objet des plaisanteries  d'un chroniqueur sur France Bleue Gironde et chaque fois c'est très drôle.


 

Certains trouvent que son bleu se confond avec le ciel (quand il est  bleu ce qui n'est pas le cas ce jour là). Il est réalisé en polystyrène, armatures fer et résine.

 

Il est l'oeuvre de Xavier Veilhan link qui a réalisé ce lion à la demande de la Communauté Urbaine de Bordeaux lors de l'aménagement de la place pour le passage du tramway.

"Le Lion est installé sur la place Stalingrad. Située rive droite, dans l’alignement du Pont de pierre et de l’avenue Thiers, la place est un hommage à la victoire de l’armée soviétique durant la Seconde Guerre Mondiale. Xavier Veilhan souhaitait donc offrir à ce lieu une œuvre surdimensionnée, qui cristallise son identité. Il a choisi une figure animalière, celle du lion. Dans la statuaire commémorative du XIXe siècle, le lion était censé symboliser la vaillance, le courage et la force des vainqueurs. Cependant, ce Lion-là n’a rien d’un guerrier. Malgré sa taille imposante (8 mètres de long sur 6 mètres de haut), il ne représente aucun danger, ni violence, ni effroi.

Le Lion, de couleur bleu ciel, a la patte avant droite posée sur un rocher, l’air fier. Sa tête est levée et il regarde en direction de l’autre rive du fleuve. L’animal, au caractère bienveillant, est une invitation. Il offre une dimension chaleureuse à la place Stalingrad, qui fut autrefois un endroit de la ville délaissée par les bordelais. Xavier Veilhan aborde avec ironie la symbolique de la statuaire et se préoccupe davantage de la forme que du sens réel donné à son œuvre.

L’impact visuel du Lion est saisissant, renforcé par sa plastique géométrique. Xavier Veilhan a travaillé la sculpture à l’aide d’un logiciel qui permet de moduler sa forme, en pixellisant ses volumes. Ce processus numérique confère au Lion un aspect virtuel, qui le transforme en une figure archétypale, icône de l’imaginaire collectif.


Le Lion signe dans le paysage urbain, à la manière d’un repère visuel immanquable. Il interroge les possibilités de représentation, dépassant le caractère illustratif ou narratif de l’image. Cette œuvre possède en elle les représentations et les symboles qui, de la Metro Goldwin Mayer, en passant par Richard Cœur de Lion, Peugeot, ou encore Disney, appartiennent à la culture universelle. Le spectateur, plongé dans la fiction, se crée alors son propre récit. " (pris sur le net)

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:21

Bordeaux vu d'en haut

sous le campanile, très impressionnant

Nous n'étions qu'à 23 mètres sur la première terrasse, il faut continuer mais prenons notre temps, le groupe est dispersé je vais monter jusqu'à 50 mètres tranquillement et là, j'ouvre grand les yeux, tout d'abord sur le campanile au-dessus de ma tête.

Des ouvertures de chaque côté permettent d'admirer Bordeaux sous toutes ses coutures. 

le grand batiment blanc au fond c'est le Centre Hospitalier du Tripode

le Pont Saint-Jean

en face, en rouge l'ancienne caserne Niel que l'on pouvait visiter aujourd'hui, elle est classée

la cathédrale Saint-André en face, à gauche la Grosse Cloche

on voit bien pourquoi on appelle Bordeaux le port de la lune, admirez l'élégance de sa courbe

Et là quand je regarde de ce côté, je vois tout d'abord le Pont de Pierre et l'église Sainte-Marie de la Bastide et ensuite en regardant mieux....

Surprise. Je découvre les trois ponts - en premier le pont de Pierre, puis dans le même alignement vous voyez le Pont Chaban-Delmas et derrière le Pont d'Aquitaine, j'en suis restée BaBa, jeux de mots pour les bordelais.

Je redescends tranquillement mon escalier en colimaçon, enchantée de cette visite, c'était vraiment très beau et en prenant son temps tout le monde peut y accéder. 

A bientôt pour d'autres visites.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 07:25

J'y suis montée

La basilique Saint-Michel partage avec la cathédrale Saint-André la particularité d'être dotée d'un clocher indépendant du sanctuaire ou campanile. Il s'élève à une hauteur de 114 mètres, il est considéré comme le plus haut du Midi de la France et comme l'un des plus hauts de l'hexagone

le haut

le bas

C'est la 1ère journée du Patrimoine, il y a du monde, je vais patienter une heure avant de pouvoir monter les 230 marches de l'escalier en colimaçon. Au premier palier on trouve l'historique du clocher. Cette première halte m'aide à retrouver mon souffle, j'étais dans les premières du groupe donc je n'ai pas voulu ralentir l'ascencion, alors ce fut dur dur.

Quelques marches plus haut on découvre le carillon de 22 cloches

On va se reposer jusqu'à demain si vous le voulez bien. Comme moi vous serez certainement ébloui par le panorama à 360° au-dessus des toits de Bordeaux.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:43

La Colombe et la Fourmi

palombe vu de ma fenêtre début septembre

L'autre exemple est tiré d'animaux plus petits.
Le long d'un clair ruisseau buvait une Colombe,
Quand sur l'eau se penchant une Fourmi y tombe.

Et dans cet océan l'on eût vu la Fourmi
S'efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
La Colombe aussitôt usa de charité :
Un brin d'herbe dans l'eau par elle étant jeté,
Ce fut un promontoire où la Fourmi arrive.


Elle se sauve ; et là-dessus
Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus.
Ce Croquant, par hasard, avait une arbalète.

photo prise sur le net


Dès qu'il voit l'Oiseau de Vénus
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.


Tandis qu'à le tuer mon Villageois s'apprête,
La Fourmi le pique au talon.
Le Vilain retourne la tête :
La Colombe l'entend, part, et tire de long.
Le soupé du Croquant avec elle s'envole :
Point de Pigeon pour une obole.

Extrait du Livre II de Jean de La Fontaine | 19 vers
Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans FABLES DE LA FONTAINE
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 07:42

Les Journées du Patrimoine 2013

La grande

Pour vous, j'ai marché dans Bordeaux, tout d'abord pour compléter les sculptures de Jaume Plensa. J'ai capturé un lion bleu, vu des tortues et un obélisque, grimpé 230 marches pour voir les toits de Bordeaux et aussi ses trois ponts. Vous ne serez pas déçus, ça vaut le spectacle. Après un retour pour rejoindre Evelyne devant le Grand Théâtre, ah non pardon il a changé de nom mais je ne m'y habitue pas, c'est l'Opéra National de Bordeaux, nous avons été revoir les sculptures du Jardin Public. Un beau programme que vous verrez dans le désordre, selon mon humeur. 

On commence par les deux tortues et l'obélisque de la Place de la Victoire. 

la petite

 

Le 17 juin 2005 furent inaugurées deux œuvres du sculpteur tchèque Ivan Theimer : un obélisque de forme hélicoïdale de 16 mètres de haut, de plus de 50 tonnes, formé de six blocs de marbre rouge du Languedoc et de bronze, et deux tortues en bronze dont la carapace est ornée de grappes de raisin et de noms d'appellations viticoles. Le pavement de la place, quant à lui, reprend librement celui de la place du Capitole à Rome.

Les travaux de rénovation de ce pavement a été achevé fin août 2013.

 

A bientôt pour la suite

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 07:17

PLACE SAINT-PIERRE

Une sculpture de Jaume Plensa (7/11)

Silent Music II - Me voici Place Saint-Pierre sur laquelle je rencontre la musique. Je n'ai pas beaucoup de recul, les terrasses des restaurants étant bondés mais vous pouvez quand même admirer cette sculpture. Je vais y retourner pour essayer de mieux la capturer.

  • Silent Music II (8), 2013, acier inoxydable et pierre, 310 x 230 x 290 cm 
    Place Saint-Pierre
    Enfant, l'artiste s'installait à l'intérieur du piano de son père pour sentir les vibrations des sons et de son propre corps. Silent Music II rend compte de cette expérience sensorielle silencieuse, avec cette figure humaine constituée de notes de musiques qui, comme les lettres d'un alphabet, symbolisent l'expression d'un langage universel et permettent à l'artiste d'engager un dialogue avec les peuples.

RAPPEL 

Place Pey Berland, la belle Paula

  • Paula (2), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place Pey Berland
    Paula est une jeune fille de Barcelone que l'artiste croise régulièrement à côté de son atelier. Les yeux fermés, elle est plongée dans un état contemplatif et onirique. Modélisée à partir des clichés photographiques, cette oeuvre porte l'aspect délibérément uniformisé des portraits, qui sont caractéristiques dans l'oeuvre de Plensa. Cette oeuvre est réalisée en fonte de fer, matériau que l'artiste ré-expérimente à Bordeaux

 

Cour de l'Hôtel de ville,  Marianna et Awilda 

  • Marianna & Awilda (1), 2013, acier inoxydable, 400 x 420 x 300 cm (2 pièces) 
    Collection : Bradley S. Jacobs, Greenwich, Connecticut, USA 
    Dans la cour de l'Hôtel de ville
    Les visages des deux jeunes filles Marianna & Awilda mêlent légèreté, transparence et monumentalité. Réalisées en un maillage en acier inoxydable, ces deux têtes entament une conversation silencieuse entre elles mais aussi avec l'environnement minéral de la cour que l'on voit à travers. Cette transparence est une manière pour l'artiste de dématérialiser la figure afin de révéler la beauté intérieure de chaque être. 

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

  • House of Knowledge (6), 2008, acier inoxydable, 800 x 550 x 530 cm 
    Place de la Bourse
    Composée d'une multitude de lettres soudées, cette grande forme humaine est comme une invitation permanente au voyage dans l'espace et dans la sculpture elle-même. Encourageant la contemplation silencieuse ainsi que l'exploration physique et sensorielle en invitant le public à entrer et à marcher à l'intérieur, le vide monumental se transforme ici en réceptacle de nos émotions et de nos rêves.

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

  • The Heart of trees (5), 2007, bronze, 7 figures, 99 x 66 x 99 cm
    Jardin public
    L'oeuvre se compose de sept personnages masculins, assis sur un monticule de terre dont les bras et les jambes s'enroulent autour d'un arbre vivant et recouverts de mots. A travers la figure tutélaire de l'arbre, l'artiste joue sur la métaphore de la communion de l'homme avec la nature. Le corps est aussi pour Plensa un territoire sur lequel il inscrit des mots, des noms de villes, d'écrivains et de musiciens. Les figures ici sont tatouées des noms de ses compositeurs préférés.

La belle Sanna,  place de la Comédie

  • Sanna (4), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place de la Comédie
    Sanna, comme Paula (place Pey Berland), appartient à une série de sept figures féminines imaginées dès après la rencontre préméditée entre l'artiste et la ville. Bien que seules deux d'entre elles aient pu être fondues et exposées à Bordeaux, ces figures représentent un nouveau chemin de réflexion et d'expérimentation artistique dans l'oeuvre de Plensa. En jouant sur l'échelle, le poids et la monumentalité du portrait, l'artiste transforme l'ordinaire en extraordinaire.

Place Camille Jullian  le "Self-portrait". 

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.

 

A suivre,

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 08:50

HAUX C'EST HAUT

Haux (Haus en gascon) est un pays de coteaux à perte de vue, des paysages riches et des ressources naturelles en toute saison.

Ses habitants sont appelés les Hauxois et les Hauxoises.

 

Jeudi 12 septembre 2013. Randonnée de 11,600 km animée par André L. pour 35 participants. Le ciel restera gris, très gris, avec quelques bruines sur la fin du parcours. 

pied de vigne souffrant de la coulure

la coulure est la chute des fleurs ou des jeunes fruits probablement dû à mauvaises conditions climatiques avant et pendant la floraison. La pluie fait couler le pollen (d'où le nom de "coulure"), ce qui empêche la fécondation des fleurs et donc la mise à fruits.

le raisin blanc est en meilleure forme que le rouge

Nous marchons sur le territoire de l'Entre-Deux-Mers, toujours très très vallonné, nous n'allons pas vite c'est sûr que ces côtes sont assez fatigantes mais le décor en vaut la peine et ça nous fait du bien pour le souffle. Après une bonne nuit de sommeil bien longue je suis prête à repartir s'il le faut.

      passage au travers d'une palombière

      une pause avant de continuer, on en profite pour discuter et reprendre son souffle

      André et Jean-Pierre se racontent sans doute des histoires de randos

 

      sculpture originale

château Peyruchet sur la commune de Le Tourne

      cet escalier et ce portail sont au milieu d'un champ sans rien d'autres autour

      on domine la situation

      encore une belle propriété

l'automne commence à sortir son habit de fête

une cabane toute seule bien cachée

Fin de la balade on se retrouvera dimanche à Belin-Beliet peut être sur les traces d'Aliènor

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 07:00

DICTON DE LA RANDONNEE

12 SEPTEMBREELVIS

  MP 063-copie-1

 

A la Saint Elvis, quand tu la vis, sur l'aire de la station service, ton sang n'a fait qu'un tour "de vis" car elle avait des chaussures lisses, elle était suisse, ne voulait pas que tu l'as suivisse mais depuis elle t'a fait un fils et ensemble vous marchez en écoutant Elvis

 

 

 

Blue Suède Shoes – Elvis PRESLEY


Dans cette chanson, Elvis Presley parle à son chat, et lui demande de ne pas toucher à ses chaussures bleues en daim

Well, it's one for the money,
Bien, Un pour l'argent,
Two for the show,
2 pour le spectacle,
Three to get ready,
3 pour être prêt,
Now go, cat, go.
Maintenant, chat, vas-y

But don't you step on my blue suede shoes.
Mais ne t'arrêtes pas sur mes chaussures bleues de Suède.
You can do anything but lay off of my Blue suede shoes.
Tu peux faire n'importe quoi,

Mais laisse mes chaussures bleues de Suède tranquilles.
Well, you can knock me down,

Step in my face,
Bien, tu peux me frapper
Slander my name
T'arrêter sur mon visage,
All over the place.
Calomnier mon nom

Partout
Do anything that you want to do, but uh-uh,

Honey, lay off of my shoes
Fais tout ce que tu veux faire, mais uh uh
Don't you step on my Blue suede shoes.
Cheri, laisse mes chaussures tranquilles.
You can do anything but lay off of my blue suede shoes.
Ne t'arrête pas sur mes chaussures bleues de Suède.

Tu peux faire n'importe quoi mais laisse mes chaussures bleues de Suede tranquilles.
You can burn my house,

Steal my car,
Tu peux brûler ma maison,
Drink my liquor
Voler ma voiture,
From an old fruitjar.
Boire mon vin

D'une vieille carafe de fruit.
Do anything that you want to do, but uh-uh,

Honey, lay off of my shoes
Fais ce que tu veux, mais hu hu,
Don't you step on my blue suede shoes.
Cheri, laisse tranquille mes chaussures,
You can do anything but lay off of my blue suede shoes.
Ne t'arrête pas sur mes chaussures bleues de Suède

Tu peux faire n'importe quoi, mais laisse tranquille mes chaussures bleues de Suède.
Blue, blue, blue, blue suède shoes

Bleues Bleues Bleues Bleues Chaussures de Suède

 


Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 07:14

Fin de la randonnée qui pourrait être classée dans les insolites

VERTHEUIL 010

Finalement après quelques hésitations nous avons évité ce chemin, les profondeurs ne nous attiraient pas.

VERTHEUIL 024

Ici coulait peut être du Ricard

VERTHEUIL 070

Quand nous sortons du site archéologique du Brion nous trouvons ce panneau. Dimanche c'était l'ouverture de la chasse, nous avons rencontré quelques chasseurs et nous avons entendu tirer toute la journée.

Nous avons vu passer un vol de grue, elles repartent déjà vers le sud. Trop hautes pour la photo. 

VERTHEUIL 041

VERTHEUIL 071

Je l'ai trouvé sympa ce nudiste au milieu de tous ces arbres

VERTHEUIL 072

y en a qui ne manque pas d'imagination, c'est pas bête du toutVERTHEUIL 073

les premiers cyclamens de la saison

VERTHEUIL 074

Là nous avons bien déliré et fait plein de suppositions, je vous laisse faire les votresVERTHEUIL 075

Nous traversons encore une jolie forêt, très agréable. Jean-Claude va trouver 2 cèpes qu'il va me donner et merci à lui je me suis régalée. J'y ai trouvé 3 catalans (lactaires délicieux) cuisinées avec oignons et pommes de terre, un régal aussi.

VERTHEUIL 076

Oh ! qu'elle est grosse ! VERTHEUIL 077

Pauvre Momo, c'était à ce point ! 

VERTHEUIL 078

Il paraît que les filles sont arrivées à destination. Mais où ? A Miami Beach nous dit André, je voudrais bien le croire.

VERTHEUIL 079

Moi aussi je suis arrivée à destination, ouf ! Mais elle est où la plage André ? C'est de l'arnaque !

VERTHEUIL 080

C'est presque fini, quelques mètres encore et on reprendra nos voitures. Vivement la douche. Merci Jean-Pierre pour cette superbe randonnée, si belle et très diversifiée. 

 

A la prochaine, peut être jeudi à Haux

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 07:18

Pique-nique sur le site archéologique du Brion

Nous arrivons sur le site archéologique du Brion situé dans la commune de Saint-Germain d'Esteuil.

Nous y trouvons une belle salle à manger pour s'installer et nous régaler de notre pique-nique, des biscuits et du café partagés. Merci à vous tous.

Avant de repartir je vous invite à une visite intéressante.

Les vestiges visibles du site archéologique de Brion sont ceux d'une ville gallo-romaine construite vers le milieu du premier siècle de notre ère. Abandonnée quelques siècles plus tard cette ville fut longtemps ignorée.
Il apparaît maintenant que, selon toute vraisemblance, ce fut celle que le savant grec Ptolémée citait dans sa "Géographie", vers l'an 130 de notre ère, sous le nom de "NOVIOMAGUS".
Noviomagus était alors, avec Burdigala, le Bordeaux antique, l'une des vingt villes de l'Aquitaine romaine qui s'étendait de la Loire aux Pyrénées.

Diana-Luna un joli prénom

Une implantation urbaine en cet endroit semble aujourd'hui insolite, mais il y a 2000 ans la situation était très différente : le site se trouvait alors, vraisemblablement, sur une île, au fond d'une vaste baie en communication avec la Gironde, une baie qui, progressivement comblée puis assainie, est devenue le marais de Reysson

qu'est ce qui se cache là derrière ?

 En 1784 l'abbé Baurein, dans ses "Variétés bordelaises", fut le premier, semble-t-il, à citer les ruines de la "Ville de Brion" dont l'origine romaine lui parut vraisemblable.
  
Léo Drouyn, après avoir visité les lieux en 1853, donna dans sa "Guyenne militaire", une description très détaillée du site ; très impressionné par l'importance et la diversité des vestiges romains, il conclut à l'identification à la ville de NOVIOMAGUS citée par Ptolémée au second siècle de notre ère.

  
En 1890 Camille Julian, le célèbre historien de la gaule, confirma cette identification dans ses "Inscriptions romaines de Bordeaux", précisant qu'il s'agissait "des ruines les plus importantes du Médoc".
  
Mais il fallut attendre une époque beaucoup plus récente pour que des recherches archéologiques reprennent de façon significative :
  
C
e furent d'abord, en 1966, MM. Charles Galy-Aché et Jean Chevrier qui firent identifier par MM. Gauthier et Anus les restes d'un théâtre gallo-romain du Haut Empire, 
  puis en 1976, les sondages de M. Cathérineau qui mirent en évidence les vestiges d'un habitat pré-romain,

  Enfin et surtout, de 1985 à 1990, l'action d'envergure qui se traduisit par la mise en place d'un chantier école sur l'initiative de M. Garmy, directeur des Antiquités Historiques, avec le concours de Melle Faravel et de MM. Les professeurs Maurin et Coffyn, des étudiants de l'université de Bordeaux III et de l'association archéologique locale présidée par M.Castagné.
  Ainsi furent dégagés les vestiges

- d'une maison forte de réoccupation médiévale du théâtre, 

 - d'habitats et de bâtiment public,

- ainsi que d'un temple de tradition celtique ou fanum. 

découverte d'éléments majeus du théâtre antique "vomitorium" et voute sous "cavea"

Nous quittons le site, nous avons encore 12 km à parcourir. Suite et fin demain si vous le voulez bien

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche