Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 12:34

BOMMES – BUDOS – PUJOLS/CIRON - SAUTERNES

 BOMMES-001.jpg

« Origine du nom : du gaulois bona " fondation", ou du patronyme germanique Bommo.

 BOMMES-057.jpg

Cette paroisse relevait de la prévôté royale de Barsac. Le village, qui vivait déjà de la vigne, dépendait de la prévôté royale de Barsac, sous l'Ancien Régime.

Site inscrit du sauternais, Bommes s'étend sur la rive droite du Ciron, rivière propice à la pêche et au canoë-kayak. Les eaux froides de la rivière favorisent le développement du Botrytis sur les grappes de raisin en fin d'été.

Célèbre pour ses vins blancs, des grands crus classés Sauternes, dont six premiers crus, Bommes est également connu pour la beauté et la variété des architectures de ses châteaux viticoles où toutes les époques sont représentées.

L'habitat est dispersé sur toute l'étendue de la commune, dans de nombreux hameaux et d'exploitations isolées.» 

BOMMES-002.jpg

passages pour les canoës sur le Ciron

Ses habitants sont les Bommais et les Bommaises.

BOMMES-003.jpg

André, attention à tes chaussures

Dimanche 28 octobre 2012 – Randonnée de 22 km animée par Jean-Pierre pour 42 participants, frigorifiés au départ mais très vite réchauffés par un beau soleil hivernal et sans vent.

BOMMES-004.jpg

entraînement de funambules

Une belle randonnée qui va suivre les bords du Ciron puis se terminera à travers les vignes et châteaux de Sauternes.

On a les yeux chercheurs (de cèpes) mais nous verrons bien d’autres champignons, aucun cèpe.

BOMMES-005.jpg BOMMES-006.jpg

BOMMES 033

BOMMES-032.jpg

Nous partons de la base nautique de Bommes. Non ! Nous ne ferons pas d’accro branches sur le Ciron, nous sommes venus seulement pour marcher.

BOMMES-012.jpg

Château Pinguet

Nous passons près du château Pinguet, une belle demeure recouverte de lierres.

BOMMES-010.jpg

?

A Budos nous nous arrêtons prés de l’aqueduc pour une première pause.

BOMMES-016.jpg

Aqueduc de Budos

BOMMES-017.jpg

« Il traverse les communes de Castres, Beautiran, (dans les vignes près du château Méjean) Ayguemorte, Saint-Médard d' Eyrans et Martillac ; des aqueducs complémentaires le rejoignent et prennent leurs eaux à Castres (La Belle Font) en traversant Saint-Selve (à Civrac) , puis Ayguemorte (aux Barques).
Dans les années 1870, la ville de Bordeaux manque d'eau potable ; Wolf l'ingénieur de la ville, est chargé par la mairie de chercher des solutions. En 1880  la commune de Bordeaux achète la source de Fontbanne sise à Budos. Le 6 Avril 1883 le conseil municipal approuve le projet qui consiste en un aqueduc souterrain de 41 km de long et de 4,37m seulement de dénivelé jusqu'au réservoir du Béquet (route de Toulouse sur  limite Talence et Bègles) , franchissant 15 communes et s'alimentant au passage à plusieurs autres sources. L'aqueduc , d'une hauteur constante de 1,75m sera construit de façon différente en fonction de sa profondeur. 12 siphons sont prévus pour franchir les ruisseaux ou les replis du terrain. Chaque siphon sera doté de trois regards. D'autres regards seront disposés de place en place sur le tracé de l'aqueduc pour en assurer l'entretien. Entre ces regards des bornes faciliteront le repérage du canal. Les travaux réalisés par l'entreprise Dumons, Castaing et Ayel de Montauban sous la surveillance attentive et angoissée de Wolf nommé Inspecteur Général des Ponts et Chaussées , commenceront en 1885 et s'achèveront en 1887.
 »

 

Quelques passages compliqués mais quand on est aidé tout est plus facile.

BOMMES-021.jpg

 

BOMMES-023.jpg

la haie d'honneur

BOMMES-025.jpg

Alles Annie ! Allez Monique

BOMMES-026.jpg

Bravo Francis tu l'as bien traversé grâce à Jean-Pierre qui te tiens bien la main !

Après le pique-nique sur une belle aire aménagée nous repartons toujours sur les bords du Ciron, nous marchons d’un bon pas ayant pris un peu de retard le matin à cause de quelques passages difficiles.

BOMMES-029.jpgFini le pique-nique, allez on repart !

Les vignes du Sauternais sont magnifiques. Nous prenons l’itinéraire déjà fait en 2011 avec Christine. Château Filhot, Rayne-Vigneau, La Tour Blanche, Lamothe.

BOMMES-039.jpg

BOMMES-041.jpg

Attends Annie mes yeux de lynx vont te montrer des petits grappillons

BOMMES-044.jpg

que des gourmands, mais c'est vrai qu'il est bon le raisin Sauternais

BOMMES-047.jpg

Château Lamothe

SAUTERNES 013

Château Filhot (photo 2011)

SAUTERNES 044

Château Rayne-Vigneau (photo 2011)

BOMMES-045.jpg

Il fait chaud mais nous avançons facilement et nous rattraperons notre retard puisque nous finirons à vers 17 heures nos 22 km.

BOMMES-034.jpg

 

Retour sur le parking de la base nautique, tous ravis par cette belle randonnée et ce magnifique décor.

 

Merci Jean-Pierre, tes randonnées sont toujours superbes.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 00:31

DICTON DE LA RANDONNEE

29 OCTOBRENARCISSE

Moulis-Chateau-Maucaillou.JPG

A la Saint Narcisse, arrête de te mirer dans ton miroir, de toute façon si tu continues à te goinfrer de saucisses tu ne ressembleras pas à un cygne, mets ta pelisse, prends ton couteau suisse, des petits suisses et va à Moulis.

 

Narcisse 81 - Hubert-Félix THIEFAINE

 


Il pleut des nénuphars en face
Des miroirs où glissait ton corps
Mais tout s'efface en laissant la place
A ce larsen qui te distord
Tu glisses ta carte perforée
Sans ce flipper où tu t'enfuis
Et tu fais semblant de rocker
Pour faire croire que tu es en vie !

Narcisse ! balise ta piste
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta petite sœur qui s'tape ton fixe

Tu t'en retournes à tes banlieues
Dans ce couloir où tu te grimes
Te maquillant le bout des yeux
D'un nouveau regard anonyme
Le futur te sniffe à rebours
Te plantant sur un look rétro
Te reste-t-il assez d'amour
Pour prendre ton dernier mélo ?

Narcisse ! balise ta piste
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta p'tite sœur qui s'tape ton fixe

Les chiens t'attendent au bout du quai
Avec des plumes et du goudron
Ils vendent des orgasmes en sachets
Mais ils font la gerbe en location
Tu pensais franchir le miroir
Sans avoir à changer de gueule
Tu craches le sang dans ta baignoire
Et tu t'essuies dans un linceul...
La nuit te glace au fond d'un train
Où tu croyais trouver l'oubli
Voyageur des petits matins
Tu rentres de tes insomnies
Tu rayes les mentions inutiles
Au bas de ton carnet d'absence
Et tu t'accroches au bout du fil
Qui te ramène à ton silence

Narcisse ! balise ta piste
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta p'tite sœur qui s'tape ton fixe

Narcisse ! balise ta piste
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta p'tite sœur qui s'tape ton fixe
Y a des traces de pneu sur ton flipp
Et ta p'tite sœur qui s'tape ton fixe

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 08:26

Je m'appelle Mousse, peut être que mon maître aime la mousse au café, je me demande pourquoi il m'a appelé comme ça.

Mousse-001.jpg

Il fait beau mais il y a du vent alors je me mets à l'abri. Je n'aime pas le vent. Tiens la voisine m'a vu et elle veut me tirer le portrait. Allez je fais le beau pour lui faire plaisir. Je suis sûr qu'elle va me mettre sur son blog. C'est le début de la célébrité.

Mousse-002.jpg

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans Environnement
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 00:24

DICTON DE LA RANDONNEE

28 OCTOBRESIMON

BORDEAUX J PATRIMOINE 019

A la Saint Simon, laisse Valmont et ses liaisons, sors et ouvre tes poumons en suivant la Garonne, en aval ou en amont, en passant les ponts, de Ludon à Langon sous le soleil brille son limon.

 

Il suffit de passer le pont – Georges BRASSENS

 

 

Il suffit de passer le pont
C'est tout de suite l'aventure
Laisse-moi tenir ton jupon
J't'emmèn' visiter la nature
L'herbe est douce à Pâques fleuries
Jetons mes sabots, tes galoches
Et, légers comme des cabris
Courons après les sons de cloches
Ding din don ! les matines sonnent
En l'honneur de notre bonheur
Ding din dong ! faut l'dire à personne
J'ai graissé la patte au sonneur

Laisse-moi tenir ton jupon
Courons, guilleret, guillerette
Il suffit de passer le pont
Et c'est le royaum' des fleurettes
Entre tout's les bell's que voici
Je devin' cell' que tu préfères
C'est pas l'coqu'licot, Dieu merci
Ni l'coucou, mais la primevère
J'en vois un' blottie sous les feuilles
Elle est en velours comm' tes joues
Fais le guet pendant qu'je la cueille
" Je n'ai jamais aimé que vous "

Il suffit de trois petits bonds
C'est tout de suit' la tarantelle
Laisse-moi tenir ton jupon
J'saurai ménager tes dentelles
J'ai graissé la patte au berger
Pour lui fair' jouer une aubade
Lors, ma mie, sans croire au danger
Faisons mille et une gambades
Ton pied frappe et frappe la mousse
Si l'chardon s'y pique dedans
Ne pleure pas, ma mie qui souffre
Je te l'enlève avec les dents

On n'a plus rien à se cacher
On peut s'aimer comm' bon nous semble
Et tant mieux si c'est un péché
Nous irons en enfer ensemble
Il suffit de passer le pont
Laisse-moi tenir ton jupon 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 12:44

LE CHÂTEAU DE BEAUVAL

 BASSENS-024.jpg

photo janvier 2011 - admirez la proue d'un bateau au centre en haut

Tout d’abord une petite mise au point. Il y a eu 26 et non 22 châteaux ou domaines viticoles mais il en reste peu aujourd’hui. Beaucoup ont été détruits, démolis, il reste quelques ruines, d’autres transformés comme celui de Pomerol en Maison de Retraite et celui des Griffons en Maison des Associations.

BASSENS-003-copie-1.jpg

château des Griffons (janvier 2011)

Liste trouvée sur le site "Patrimoine de France" : link


Châteaux : Morin, de Beauval, de Lagarde, de Montferrand dit Douves de Montferrand, Guérin Payault, d’Antichan, de Séguinaud, des Griffons, Beaumont, Grillon, Peyrat, Puy-Pelat puis domaine des Balances, Pomeral, Lagarde.

 

Domaines : de Chertier ou de Martial, Lagrange, Les Marronniers, Moulerin, Muscadet, de Coustille ou Fantaisie, de Lafitte, des Datz, de Bassaler-Castalnède ou Castelfeuillant, de Meignan

BASSENS-018.jpg

Nous arrivons donc au Château de Beauval et pénétrons dans la salle par un bel escalier. Nous sommes cachés sous nos capes et nos parapluies, les chaussures sont très boueuses mais nous ne nous déchausserons pas.

 

Bernard Vallier raconte le château.

 

BASSENS-023.jpg

Après la salle nous descendons et rentrons dans la petite chapelle qui vient d’être rénovée, les vitraux sont très beaux et très lumineux et ont demandé beaucoup d’énergie pour retrouver leur éclat, ils étaient cachés derrière des planches.

BASSENS-025.jpg

Ensuite nous allons voir l’éolienne. J’avais déjà eu l’occasion de la visiter mais j’avoue que je n’avais rien retenu des explications de notre guide. Cette fois j’ai tout enregistré pour ne rien oublier.

BASSENS-019.jpg

photos 2011

Vous n’avez plus qu’à écouter attentivement. Une interrogation écrite pourrait bien avoir lieu après, alors soyez attentifs.


A la fin de la visite certaines randonneuses veulent rentrer, le fait de nous être arrêtés longuement nous a refroidi. Il reste 5 km que nous faisons d’un bon pas et cela va nous réchauffer.

 

La pluie cesse 15 minutes avant l’arrivée, je verrai même un rayon de soleil en arrivant à Bruges. Là je trouve qu’il abuse, c’est pas bien de s'être moqué de nous.

 

Merci Jean-Claude, Merci Monsieur Vallier, une randonnée très intéressante pour moi qui aime l’histoire.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 00:30

DICTON DE LA RANDONNEE

27 OCTOBREANTOINETTE

6 Brumaire  Héliotrope

LE TEICH - LE PYLA 043

A la Sainte Antoinette, sur tes épaules garde bien ta tête, ha ! ça ira, ça ira, prends tes lunettes pour admirer les planètes, va t'acheter une banette et au Pyla tu monteras, courage ce n’est pas une dunette.

      

Héliotrope (photo du net)

Tombé pour elle (l'île aux oiseaux) Pascal OBISPO

 

Tu es tombée du ciel
Moi qui voyais le mal partout
Si l'amour est encore sur terre
Rien n'efface les douleurs d'hier
Sans toi je n'aurais
Jamais pleuré autant de joie pour personne
Le canon qui résonne

Ici sur pilotis
Refuge de mes amours englouties
Mon cœur d'éponge à la dérive
Les marées ne me feront revenir
Je reste avec
Les étoiles de mer
Les oiseaux des terres amères
Et mon cœur qui se perd

Je suis tombé pour elle
Je n'ai d'yeux que pour elle
Ma maison, ma Tour Eiffel
Quand mes amours prennent l'eau
L'île aux oiseaux

Au-dessus des marées
J'ai de l'amour à perpétuité
Pour Pyla sur mer, Arguin, Ferret
La pointe aux chevaux de mer, l'été
Arcachon, Piquey et Frédéliand
Les glaces sur la jetée
Pourraient bien me manquer

C'est ma tour de Babel
Mon phare, ma citadelle
Mon cinéma, mon repère
Mon oasis et mes amours à la poubelle
Et quitte à perdre pied
Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 11:22

BASSENS (1ère partie)

BASSENS.jpgJeudi 25 octobre – Randonnée de 10 km animée par Jean-Claude et Bernard Vallier pour une vingtaine de participants. Un beau décor mais sous une pluie fine continue. Heureusement il ne fait pas froid. Les habitants de Bassens, les bassenais, bassenaises.

BASSENS-002.jpgBernard Vallier, président de l’association « Histoire et patrimoine de Bassens » qui nous présentera les différents sites remarquables de sa commune.

BASSENS-001.jpgTout d’abord il nous parlera de Bassens et des 22 châteaux qui ont jalonné sa commune, puis ce sera l’histoire du port et pour finir nous visiterons une salle du château Beauval, sa chapelle et son éolienne.

BASSENS-017.jpgN’ayant pas pu mémoriser toutes les infos, d’autant plus que je ratais le début du récit à chaque halte, c’est sur le net que je vais reprendre l’essentiel.

BASSENS-003.jpgTout d’abord sur Bassens

"La présence de l'église de Bassens et la culture de la vigne sont signalées dans les textes anciens dès le milieu du Moyen Age. L'habitat médiéval succède à des implantations préhistoriques et gallo-romaines en se concentrant autour de l'église et le long de la Garonne, le château de Montferrand occupant une position dominante au nord de la commune. Jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans, l'histoire de la commune est liée à celle de la seigneurie de Montferrand, morcelée au 16e siècle, à celle de l'abbaye de Bonlieu, vendue à la Révolution, mais surtout à celle de la ville de Bordeaux dont elle subit l'influence économique dès l'Antiquité. En effet le territoire de Bassens était autrefois un lieu de résidence privilégié des parlementaires et négociants bordelais et devient au 20e siècle un des avant-ports de Bordeaux. Sur les terres libres d'hommages, les "bourdieux" se multiplient à la faveur de la reconstruction dès le début du 16e siècle le fleuve étant l'accès majeur; les palus deviennent les lieux de prédilection pour l'agriculture. Au 18e siècle les vins de palu sont toujours très recherchés et cette vogue se prolongera au 19e siècle avec la multiplication de résidences des négociants bordelais comme celles des familles Maurel et Prom. Pendant la guerre de 1914-1918 la création du nouveau port de Bassens et des voies ferrées modifie complètement l'aspect de la commune, favorisant de nombreuses implantations industrielles et faisant disparaître les demeures riveraines de la Garonne."

BASSENS-004.jpg

une curiosité cette cheminée dans une maison abandonnée dans les bois

BASSENS-005.jpg

Le Port de Bassens

"La documentation permet d'établir les principales étapes de la construction du port dit Terminal de Bassens qui constitue, avec cinq autres établissements, le port de Bordeaux. Les archives du Port autonome de Bordeaux possèdent de nombreux documents et même des archives cinématographiques que le Service régional de l'Inventaire n'a pas exploitées. Avant la construction du port, la plaine marécageuse de Bassens était drainée par de nombreux fossés et par le ruisseau dit Estey-Rabey ou Estey du Maine qui abritait un petit port. La carte des côtes par Claude Masse mentionne en 1712 deux postes de mouillage à la Caraque et au Gourdin et de nombreuses maisons de campagne appartenant aux notables bordelais. Au 19e siècle, la plaine était protégée par une digue d'enrochement. L'extension du port de Bordeaux vers Bassens est projetée dès 1910, la construction de quais verticaux reliés à la voie ferrée Bordeaux-Paris est effectuée en 1915. Les quais sont équipés de 10 postes de navire avec l'outillage nécessaire et une vingtaine de grues ; ils constituent la zone portuaire Bassens amont. En 1917, pour le débarquement de ses troupes et de son matériel, l'armée des U. S. A. construit rapidement un appontement formé de 2 estacades réunies par une passerelle : 10 postes d'accostage constituent la zone portuaire dite New Bassens ou Bassens aval. Des docks et des camps pour les Labors Battalions complètent, le long du quai Américain, les installations portuaires qui accueillent jusqu'en 1919 près de 700 navires. Après la guerre les industries chimiques (étudiées) et agro-alimentaires remplacent rapidement ces installations qui sont complétées par des réalisations soutenues par la Chambre de Commerce de Bordeaux : équipements pour la réception de bétail, la manutention des céréales et le dragage, hangars frigorifiques, terre-pleins, voies ferrées (voies d'échange). Des quais en maçonnerie édifiés entre 1925 et 1930 par les entreprises Dodin, Polensky et Zollner remplacent les anciennes constructions en bois de Bassens amont. En 1928 des entrepôts pour les produits pétroliers et en 1930 des hangars pour les bois coloniaux sont construits. Les quais de Bassens ne subissent pas les dommages que connaissent ceux des ports de Bordeaux et d'Ambès durant la guerre de 1939-1945 et ne bénéficient peut-être pas de la modernisation rapide dont ces derniers profitèrent. C'est seulement pendant les années 1960 que le rempiétement et l'agrandissement des quais et des terre-pleins, l'approfondissement du chenal et la construction de docks dont un entrepôt climatisé transforment le port et ses équipements auxquels s'ajoute le bassin de radoub construit par la Société générale d'Entreprises (1958-1962). Dans les années 1980 un remaniement général modifie la disposition des postes d'accostages puis dans les années 1990 les bureaux de la capitainerie (1998) sont installés à l'extrémité du port située dans la commune de Lormont ; ceux de la douane (1992) et du pilotage (2001) sont construits à l'extérieur de la zone industrielle. Il demeure certains silos, docks et réservoirs industriels, des terre-pleins, des voies ferrées et les deux maisons des officiers de port datant du 2e quart du 20e siècle, mais la plupart des quais, des embarcadères, des postes d'accostage, des silos, des réservoirs industriels et des docks semblent dater du 3e quart du 20e siècle ainsi que le bassin de radoub dit "forme n°3". Actuellement les constructions les plus anciennes sont détruites au bénéfice de nouvelles installations ou de vastes plates-formes multimodales en lien avec la constante mise à jour de la voirie industrielle, de l'outillage et des moyens d'accostage."

BASSENS-008.jpg

BASSENS-010.jpgBASSENS-014.jpgle bassin Montsouris

P2140006.jpg

photos prises en 2007 sous le soleil

P2140029.jpgNous nous dirigeons vers le château de Beauval, sa chapelle, son lavoir et son éolienne qui mérite un article à lui tout seul, alors à suivre demain.

Ce long arrêt au Château nous a refroidi, tant que nous marchions il faisait chaud sous nos capes mais là il nous tarde de rentrer et c’est d’un bon pas que nous effectuons les derniers 5 km, non sans s’arrêter pour admirer le château de Pomerol aujourd’hui Maison de retraites.

 

BASSENS-028.jpg

A demain pour la suite….

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 01:26

DICTON DE LA RANDONNEE

26 OCTOBREDIMITRI

VALLEE D'ASPE 175

A la Saint Dimitri, même s’il fait gris, que le froid a bien pris, n’hésite pas à sortir. Après avoir fais le tri dans ton sac et pris quelques fruits confits pour recharger tes batteries, va marcher à Oloron Sainte-Marie.


Salade de fruits - BOURVIL

 

 

Ta mère t' a donné comme prénom
Salade de fruits, ah quel joli nom
Au nom de tes ancêtres hawaïens
Il faut reconnaître que tu le portes bien

Refrain
Salade de fruits, jolie, jolie, jolie
Tu plais à mon père, tu plais à ma mère
Salade de fruits, jolie, jolie, jolie
Un jour ou l' autre il faudra bien
Qu' on nous marie


Pendus dans ma paillote au bord de l' eau
Y a des ananas, y a des noix de cocos
J' en ai déjà goûté je n' en veux plus
Le fruit de ta bouche serait le bienvenu

Refrain
Salade de fruits, jolie, jolie, jolie
Tu plais à mon père, tu plais à ma mère
Salade de fruits, jolie, jolie, jolie
Un jour ou l' autre il faudra bien
Qu' on nous marie


Je plongerai tout nu dans l' océan
Pour te ramener des poissons d' argent
Avec des coquillages lumineux
Oui mais en échange tu sais ce que je veux

Refrain
Salade de fruits, jolie, jolie, jolie
Tu plais à mon père, tu plais à ma mère
Salade de fruits, jolie, jolie, jolie
Un jour ou l' autre il faudra bien
Qu' on nous marie

On a donné chacun de tout son cœur
Ce qu' il y avait en nous de meilleur
Au fond de ma paillote au bord de l' eau
Ce panier qui bouge c' est un petit berceau

Salade de fruits, jolie, jolie, jolie
Tu plais à mon père, tu plais à ma mère
Salade fruits, jolie, jolie, jolie
C'est toi le fruit de nos amours
Bonjour petit

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 09:53

C’est de Loupiac et de son Eglise du 12ème  siècle que les 38 participants s’élancent pour un parcours de 10 kilomètres. Quelques nuages, mais d’aimables éclaircies sont rassurantes.

 eglise-loupiac.jpg

photo du net

Une longue montée par chemins et sentiers va permettre de  « dominer » la situation et Jonathan ne rate pas l’occasion… « Bellevue ».

 

Et l’on pourmiqueu.jpgsuit encore la montée à travers un très agréable chemin ombragé lorsque Jonathan fait une nouvelle découverte «  On atteint un petit ruisseau …la Rouille de Miqueu » et là je ne suis pas tranquille « Merci de me prévenir… je ne veux pas me retrouver avec le p’tit bout d’la queue du chat qui vous électrise ! ».

 

photo du net

 

Excusez nous, notre dialogue se poursuit « Sois tranquille on débouche sur RICAUD-Loupiac.jpgune autre coulée  La Ricaud » et pour en finir j’enchaîne « Tu ne serait pas un peu fayot pour me sortir ça maintenant ? ».

 

En continuant notre avancée, quelques trouées s’ouvrant dans la végétation permettent de découvrir la Garonne presque 100 mètres plus bas, puis nous amorçons tranquillement la descente.

 

 

photo du net

Jonathan  ne tarde pas à annoncer « Capet » et je ne peux me retenir de lui demander «  Un descendant de Hugues, notre bon Roi ? »

 

La suite du parcours, très variée, est bien agréable, mais Jonathan aurait-t-il un petit creux quand il m’annonce « Le Goutey » ???

 mazarin.jpg

photo du net

Si l’on craignait de s’être quelque peu égaré, nous serons aussitôt rassurés par sa nouvelle  découverte « Mazarin », ce qui me fait lui répondre « Ouf ! Ca c’est un point Cardinal, plus de risque de perdre le Nord »

 villa-gr.jpg

villa-gr2.jpg

photo du net

En effet, nous retrouvons très vite Loupiac et plus exactement la Villa gallo-romaine datant du IIème siècle avec ses thermes et leurs caldarium, tepidarium, frigidarium et aussi une piscine de 100 m2, ainsi que d’extraordinaires mosaïques.

 BORDEAUX - sur les traces de Montaigne 021

photo prise à Bordeaux Cours Alsace-Lorraine

Le poète Ausone l’aurait alors occupée.

 

Jonathan m’interroge « Il se dit que l’on y aurait même retrouvé le lit d’Ausone »

 

Je lui précise qu’à cette époque on ne disait pas un lit, mais une couche.

« Ca alors c’est super si l’on a réussi à protéger … la couche d’Ausone !!! »

 

Il est plus que temps de redescendre sur terre pour rejoindre notre point de départ….Quelle aventure !

 

Félix Felix bis                et                       Jonathan1                       Jonathan

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans Les Potins de Félix
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 01:31

DICTON DE LA RANDONNEE

25 OCTOBRECREPIN

LOZERE - PREVENCHERES tilleul1

le tilleul remarquable de Prévenchères

A la Saint Crépin, mets quelques tranches dans ton grille-pain, fais cuire des crépinettes, vérifie le lieu de la randonnée sur ton calepin, mets tes chaussures de randonnée, évite les escarpins puis prépare ton sac sans oublier l'eau et le pain.

 

Le pain et les dents – Hugues Auffray

 

 

Quand je t'ai connue
J'avais toujours faim,
Je chantais dans les rues
Pour un peu de pain,
Aujourd'hui, je peux
Dans les grands restaurants
T'emmener, si tu veux
Mais je n'ai pas le temps

{Refrain:}
Quand on a les dents
(On n'a pas le temps)
Oui mais quand on a le temps
(On n'a pas les dents)
Quand on a le temps
(On n'a pas l'argent)
Oui mais quand on a l'argent
(On n'a pas le temps)

Quand je t'ai connue
Je vivais là-haut,
Dans une chambre nue
Où y avait pas l'eau
Maintenant on a
Un grand appartement
Mais je ne suis jamais là
Car je n'ai pas le temps

{au Refrain}

Quand je t'ai connue
Au temps des privations,
J'aurais bien voulu
T'offrir la télévision,
Nous l'avons depuis
Mais je ne la vois pas
Car c'est moi qui suis
Devant la caméra

Quand on a les dents
«Ah ça, mon vieux, on n'a jamais le temps, alors là !»
Oui mais quand on a le temps
«Ah ça, on n'a jamais les dents !»
Quand on a le temps
«Ah ça, je peux te l'affirmer, mon vieux, on n'a pas l'argent !»
Oui mais quand on l'argent
«Oh, mon vieux, alors, y a quelque chose qui va pas là dedans, hein !»

Quand on a les dents
«Ah, mon vieux»
(On n'a pas le temps)
«Au temps des privations, mon vieux, je mangeais toujours du riz»
«Et maintenant, heureusement, je mange plus du riz»
Quand on a le temps
(On n'a pas d'argent)
Oui mais quand on a l'argent

{Parlé:}
«Robert, oh, Robert, qu'est-ce que tu as préparé pour déjeuner ? Du riz ? Ah, mon vieux, y a quelque chose qui va pas ! Du riz, du riz, du riz, toujours du riz ! C'est pas de la nourriture pour des Européens. Ah, mon vieux Robert, je vais me fâcher maintenant. Du riz, toujours du riz ! Ah, vraiment mon vieux, je vais crever de faim si ça continue, mon vieux. Y a vraiment quelque chose qui ne va pas dans cette société de consommation, enfin ! Enfin, mon vieux, tu ne te rends pas compte...»

 

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche