Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 08:02

DICTON DE LA RANDONNEE

28 JUIN IRENEE

SUPERBAGNERES

depuis Superbagnères

A la Saint Irénée, tu peux libérer tes nénés à Montalivet ou t’oxygéner dans les Pyrénées.

 

 

 Irène - Irène - Yves SIMON

 

Irène, Irène t'es toujours à la traîne
la vie et le monde se feront sans toi
Irène, Irène tu traînes tu me fais de la peine
je voulais passer ma vie avec toi

Le monde s'embrase partout y' a des rumeurs
Les hommes ont des blessures dans le coeur
Le monde s'enflamme et avant qu'on ne meurt
on veut savoir ce que c'est le bonheur

Irène, Irène t'es toujours à la traîne
la vie et le monde se feront sans toi
Irène, Irène tu traînes tu me fais de la peine
je voulais passer ma vie avec toi

On voudrait pouvoir vivre nos histoires
et ne pas toujours quémander
D'être un peu plus des humains pas des chiens
Et d'être enfin considéré

Irène, Irène
Irène, Irène

Partout on pleure partout on veut aimer
tout petit dans la galaxie
Aimer d'amour les étoiles et les filles
Chacun sait bien qu'on a qu'une vie


Irène, Irène t'es toujours à la traîne
la vie et le monde se feront sans toi
Irène, Irène

Le monde s'embrase partout y' a des rumeurs
Les hommes ont des blessures dans le coeur
Le monde s'enflamme et avant qu'on ne meurt
on veut savoir ce qu'est le bonheur

Irène, Irène t'es toujours à la traîne
la vie et le monde se feront sans toi
Iréne, Iréne tu traînes tu me fais de la peine
je voulais passer ma vie avec toi

Irène, Irène (x3)

Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 08:20

DICTON DE LA RANDONNEE

27 JUIN FERNANDO

BORDEAUX QUAIS 013

Pour la Saint Fernando, écoute Abba puis va à Bordeaux, là-bas tu te rafraîchiras sur les bords de l’eau.

 

BONNE FETE FERNANDO

 

 Fernando - ABBA (parole en anglais + traduction)


 

Can you hear the drums Fernando?
I remember long ago another starry night like this
In the firelight Fernando
You were humming to yourself and softly strumming your guitar
I could hear the distant drums
And sounds of bugle calls were coming from afar

They were closer now Fernando
Every hour every minute seemed to last eternally
I was so afraid Fernando
We were young and full of life and none of us prepared to die
And I'm not ashamed to say
The roar of guns and cannons almost made me cry

[Refrain] :
There was something in the air that night
The stars were bright, Fernando
They were shining there for you and me
For liberty, Fernando
Though I never thought that we could lose
There's no regret
If I had to do the same again
I would, my friend, Fernando

Now we're old and grey Fernando
And since many years I haven't seen a rifle in your hand
Can you hear the drums Fernando?
Do you still recall the frightful night we crossed the Rio Grande?
I can see it in your eyes
How proud you were to fight for freedom in this land

There was something in the air that night
The stars were bright, Fernando
They were shining there for you and me
For liberty, Fernando
Though I never thought that we could lose
There's no regret
If I had to do the same again
I would, my friend, Fernando

[Refrain]

Yes, if I had to do the same again
I would, my friend, Fernando...

 

Entends-tu les tambours Fernando ?
Je me rappelle qu'il y a longtemps nous avons eu une autre nuit étoilée comme celle-là
A la lumière du feu Fernando
Tu chantonnais pour toi-même et grattais doucement ta guitare
J'entendais les tambours au loin
Et les sons des appels du clairon me parvenaient de loin

Ils étaient plus près maintenant Fernando
Chaque heure chaque minute semblait durer une éternité
J'avais si peur Fernando
Nous étions jeunes et pleins de vie et aucun de nous n'était préparé à mourir
Et je n'ai pas honte de dire
Que les rugissements des fusils et des canons m'ont amenée au bord des larmes

Il y avait de la quelque chose dans l'air cette nuit-là
Les étoiles brillaient, Fernando
Elles brillaient là pour toi et moi
Pour la liberté, Fernando
Bien que je n'aurais jamais cru que nous puissions perdre
Je n'ai aucun regret
Si j'avais à le refaire encore
Je le referais, mon ami, Fernando

Maintenant nous sommes vieux et grisonnants Fernando
Et depuis des années je n'ai pas vu de fusil entre tes mains
Entends-tu les tambours Fernando
Te rappelles-tu encore de la nuit effroyable où nous avons traversé le Rio grande ?
Je peux le voir dans tes yeux
À quel point tu étais fier de te battre pour la liberté de ce pays Il y avait de la quelque chose dans l'air cette nuit-là
Les étoiles brillaient, Fernando
Elles brillaient là pour toi et moi
Pour la liberté, Fernando
Bien que je n'aurais jamais cru que nous puissions perdre
Je n'ai aucun regret
Si j'avais à le refaire encore
Je le referais, mon ami, Fernando
oui,Si j'avais à le refaire encore
Je le referais, mon ami, Fernando

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 07:44

DICTON DE LA RANDONNEE

26 JUIN  MAXENCE

UZESTE 018

A la Saint Maxence, pas besoin d’essence,  tu prends ta licence et tu viens sur les

 

chemins découvrir toutes les forestières essences.

 

 

 

Auprès de mon arbre - Georges BRASSENS

 

J'ai plaqué mon chêne
Comme un saligaud,
Mon copain le chêne,
Mon alter ego,
On était du même bois
Un peu rustique, un peu brut,
Dont on fait n'importe quoi
Sauf, naturell'ment, les flûtes...
J'ai maint'nant des frênes,
Des arbres de Judée,
Tous de bonne graine,
De haute futaie...
Mais, toi, tu manque' à l'appel,
Ma vieill' branche de campagne,
Mon seul arbre de Noël,
Mon mât de cocagne !

Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû m'éloigner de mon arbre...
Auprès de mon arbre,
Je vivais heureux,
J'aurais jamais dû le quitter des yeux...

Je suis un pauv' type,
J'aurai plus de joie :
J'ai jeté ma pipe,
Ma vieill' pipe en bois,
Qui' avait fumé sans s' fâcher,
Sans jamais m' brûler la lippe,
L' tabac d' la vache enragée
Dans sa bonn' vieill' têt' de pipe...
J'ai des pip's d'écume
Orné's de fleurons,
De ces pip's qu'on fume
En levant le front,
Mais j' retrouv'rai plus, ma foi,
Dans mon cœur ni sur ma lippe,
Le goût d' ma vieill' pip' en bois,
Sacré nom d'un' pipe !

Le surnom d'infâme
Me va comme un gant :
D'avecque ma femme
J'ai foutu le camp,
Parc' que, depuis tant d'anné's,
C'était pas un' sinécure
De lui voir tout l' temps le nez
Au milieu de la figure...
Je bats la campagne
Pour dénicher la
Nouvelle compagne
Valant celle-là,
Qui, bien sûr, laissait beaucoup
Trop de pierr's dans les lentilles,
Mais se pendait à mon cou
Quand j' perdais mes billes !

J'avais un' mansarde
Pour tout logement,
Avec des lézardes
Sur le firmament,
Je l' savais par cœur depuis
Et, pour un baiser la course,
J'emmenais mes bell's de nuit
Faire un tour sur la grande Ourse...
J'habit' plus d' mansarde,
Il peut désormais
Tomber des hall'bardes,
Je m'en bats l'œil mais,
Mais si quelqu'un monte aux cieux
Moins que moi, j'y pai’ des prunes :
Y' a cent sept ans, qui dit mieux,
Qu' j'ai pas vu la lune !

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 08:11

DICTON DU 25 JUIN  PROSPER

LOZERE - PREVENCHERES 020

A la Saint Prosper, Youp la boum,  si tu espères être le chéri de ces dames, montre leur tes mollets sur les sentiers de randonnée et pas sur le macadam.

 

 

Prosper - Maurice CHEVALIER

 

 

Quand on voit passer le grand Prosper
Sur la place Pigalle
Avec son beau petit chapeau vert et sa martingale,
A son air malabar et sa démarche en canard
Faut pas être bachelier pour deviner son métier

Prosper yop la boum
C'est le chéri de ces dames
Prosper yop la boum
C'est le roi du macadam
Comme il a toujours la flemme
Y n'fait jamais rien lui-même
Il a son "Harem"
Qui de Clichy à Barbés
Le jour et la nuit sans cesse
Fait son p
5a8
etit business
Et le soir, tous les soirs
Dans un coin d'ombre propice
Faut le voir, faut bien l'voir
Encaisser les bénéfices
Il ramasse les billets
Et leur laisse la monnaie
Ah quel sacrifice
En somme c'est leur manager
Et yop la boum, Prosper !
Avec sa belle gueule d'affranchi
Là-haut sur la butte
Ah ! toutes les gonzesses sont folles de lui
Et se le disputent
Y en a qui s'flanquent des gnons
Mais oui ! et se crêpent le chignon
Pendant c'temps voyez-vous
Tranquillement il compte les coups

Prosper yop la boum
C'est le chéri de ces dames
Prosper yop la boum
C'est le roi du macadam
Quand une femme se fait coincer
Par les roussins du quartier
Il la laisse tomber
Et il s'en va carrément
Vers son réassortiment
Dans l'arrondissement
Et quand sur le champ
Elles ne sont pas à la page
Voulant faire comment
Faire leur apprentissage
Dans une ville de garnison
Il les envoie en saison
Faire un petit stage
Il a de la classe et du flair
Et yop la boum, Prosper

Et yop la boum...
Yop la boum...
Dans une ville de garnison
Il les envoie en saison
Faire un petit stage
Il a de la classe et du flair
Et yop la boum, Prosper

Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 06:21

DICTON DE LA RANDONNEE

24 JUIN JEAN

LE TEICH - LE PYLA 004

A la Saint Jean, après la randonnée, va sauter au-dessus du brasier si tu en trouves un, ensuite envole toi au-dessus en tenant ta belle par la main et si tu réussis tu te marieras demain.

 

 

Allumer le feu - Johnny HALLYDAY

 

 

 

Tourner le temps à l'orage
Revenir à l'état sauvage
Forcer les portes, les barrages
Sortir le loup de sa cage
Sentir le vent qui se déchaîne
Battre le sang dans nos veines
Monter le son des guitares
Et le bruit des motos qui démarrent.

Il suffira d'une étincelle
D'un rien, d'un geste
Il suffira d'une étincelle,
Et d'un mot d'amour
Pour
Allumer le feu
Allumer le feu
Et faire danser les diables et les dieux
Allumer le feu
Allumer le feu
Et voir grandir la flamme dans vos yeux
Allumer le feu

Laisser derrière toutes nos peines
Nos haches de guerre, nos problèmes
Se libérer de nos chaînes
Lâcher le lion dans l'arène

Je veux la foudre et l'éclair
L'odeur de poudre, le tonnerre
Je veux la fête et les rires
Je veux la foule en délire

Il suffira d'une étincelle
D'un rien, d'un contact
Il suffira d'une étincelle
D'un peu de jour
Pour
Allumer le feu
Allumer le feu
Et faire danser les diables et les dieux
Allumer le feu
Allumer le feu
Et voir grandir la flamme dans vos yeux
Allumer le feu

Il suffira d'une étincelle
D'un rien, d'un geste
Il suffira d'une étincelle
D'un mot d'amour pour
Allumer le feu
Allumer le feu
Et faire danser les diables et les dieux
Allumer le feu
Allumer le feu
Et voir grandir la flamme dans vos yeux
Oh ! allumer le feu
Allumer le feu
Et faire danser, les diables et les dieux
Allumer le feu
Allumer le feu
Et voir grandir la flamme dans vos yeux
Allumer le feu
Allumer le feu
Allumer le feu
Allumer le feu

Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 15:33

DICTON DE LA RANDONNEE 

23 JUIN  AUDREY  

Jour 4 - La vallée du Perrier

vallée du Perrier - Côte-d'Armor 2010

A la Sainte Audrey, si tu crois qu’en allant marcher dans la Vallée du Perrier

tu étancheras ta soif, détrompe toi, ce n’est pas ici que tu trouveras la petite

bouteille jouflue.

 

Serre moi, griffe moi - Claude François

 

Je croyais qu'il fallait la lune pour parler d'amour
Et marcher la main dans la main à la fin du jour
J'avais appris en poème mill' façons de dire je t'aim'
Seul'ment voilà, l'amour pour toi... c'est !!!

Serr'-moi, griff'-moi, si tu veux,
Tant que tu m'aim', je suis à toi
Tords-moi, mords-moi, bris'-moi, si tu veux
Mais, partage ta vie rien qu'avec moi,

Je suis venu avec des fleurs elle se sont fanées
J'ai voulu parler de mariage tu m'as ri au nez
Alors j'ai jeté dans la Seine
Les fleurs, l'alliance, les poèmes
Et j'ai décidé d'aimer comme...Et !!

Serr'-moi, griff'-moi, cass'-moi, si tu veux,
Tant que tu m'aim's je suis à toi,
Tords-moi, mords-moi, bris'-moi si tu veux,
Mais partage ta vie rien qu'avec moi

 


Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 07:34

500ème et dernier dicton - 22 JUIN 2012

(22 juin 2011 - ALBAN)

47) Superbe vue sur St Jean de LuzA la Sainte Albane, sors de ta cabane, prend ta canne et si tu veux emporte une sarbacane mais ne tire pas sur les ânes ni les iguane, va visiter la Louisiane ou la Guyane ou marche sur les bords de la côte océane.

 

Sarbacane - Francis CABREL

 

On croyait savoir tout sur l'amour
Depuis toujours,
Nos corps par cœur et nos cœurs au chaud
Dans le velours,
Et puis te voilà bout de femme,
Comme soufflée d'une sarbacane.
La ciel a même un autre éclat
Depuis toi.

Les hommes poursuivent ce temps
Qui court depuis toujours,
Voilà que t'arrives
Et que tout s'éclaire sur mon parcours,
Pendue à mon cou comme une liane,
Comme le roseau de la sarbacane.
Le ciel s'est ouvert par endroits,
Depuis toi.

Pas besoin de phrases ni de longs discours,
Ça change tout dedans, ça change tout autour.
Finis les matins paupières en panne,
Lourdes comme les bouteilles de butane,
J'ai presque plus ma tête à moi,
Depuis toi.

Pas besoin de faire de trop longs discours,
Ça change tout dedans, ça change tout autour,
Pourvu que jamais tu ne t'éloignes,
Plus loin qu'un jet de sarbacane,
J'ai presque plus ma tête à moi,
Depuis toi.

Alors te voilà bout de femme,
Comme soufflée d'une sarbacane.
Le ciel s'est ouvert par endroits,
Depuis toi.
Oh depuis toi...

Partager cet article
Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 15:41
DICTON DU 21 JUIN 2012
(le 21 juin 2011 - RODOLPHE)
BRETAGNE PloumanachA la Sainte Louisette, enlève ta liquette ou ta nuisette, enfile une chemisette, dans ta musette met un sandwich aux rillettes et va marcher avant d'aller faire la fête de la musique avec ta trompette.
 
Partager cet article
Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 06:18

DICTON DU 20 JUIN 2012

(20 juin 2011 - SYLVERE)

MONBADON à St CybardA la Saint Balthazar, voilà l'été, tu peux passer la journée à la plage pour faire le lézard, tu peux mettre ton falzard pour  marcher au hazard ou à Saint Cybard

 

Balthazar - Bernard LAVILLIERS

 

Il a sorti du manteau
Des cartes rouges et noires
"Et alors" me dit l´oiseau
"Qu´a-t-il fait de son manteau?"

Il a transformé le manteau en chapeau
En chapeau rouge et noir
"Et alors" me dit l´oiseau
"Qu´a-t-il posé sur son dos?"

Il a sorti du chapeau un banjo
Un banjo rouge et noir
"Et alors" me dit l´oiseau
"A-t-il joué sur le do?"

Une femme a dit bravo
Elle était rouge et noire
Elle avait bu du bordeaux
Il n´ lui a pas dit bonsoir

"Et alors" me dit l´oiseau
"S´appelait-il Balthazar?"

Il est tombé dans son chapeau
Il en est sorti tout noir
Alors, il a joué du piano,
Est parti sans dire bonsoir

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 09:31

DICTON DU 19 JUIN 2012

(le 19 juin 2011 - JUDE)

MP-026.jpgA la Saint Romuald, si tu aimes tu peux aller chez Mac Donald puis va marcher à Mérignac pour voir le château Luchey-Halde (cherche le, il se cache)

 

 

Où sont-elles passées ? ROMUALD

 

Où sont-elles passées, celles qui m'ont fait croire
A la belle histoire du fruit défendu
Que de temps ont passé dans l'attente vaine
D'étreintes incertaines, que de temps perdu.
Le coeur débordant de tant de tendresse
Par mes maladresses, gardait son tourment.

Dans la rue tendrement elle prenait ma main
Seul à seul, gravement elle disait, demain
Quand j'y pense aujourd'hui, prudent, moi je souris
Du temps, du temps passé, à croire à cette histoire.

Où sont-elles passées, celles qui m'ont fait croire
A la belle histoire du fruit défendu
Mais ce temps passé qui semblait folie
Que de nostalgie il m'aura valu
Car les filles alors, avaient le mystère
Des amours premières à jamais perdues.

Où sont-elles passées celles qui m'ont fait croire
A la belle histoire du fruit défendu !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche

Archives