Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 08:51

INORMATION : pour circuler sur le blog, pour découvrir toutes les randonnées de l'été et les randos du TPB que j'ai faites depuis 1 an cliquez en haut de la page sur ACCUEIL puis dans la colonne de droite,  cliquez dans la CATEGORIE qui vous intéresse. Pour voir les diaporamas idem : cliquez sur l'ALBUM de votre choix.

 

SAINT SAUVEUR DE PUYNORMAND

ST SAUVEUR PUYNORMAND 014

(photos dans ALBUM : RANDO DE L'ETE 2)

DES FORÊTS ET DES LACS

Randonnée de 22 km animée par Jean-Pierre, 19 participants et 20 au pique-nique. Temps chaud et lourd et très peu de pluie, sous les arbres nous l’avons à peine perçue.

ST SAUVEUR PUYNORMAND 009Départ à 10 h de la petite église de Saint-Sauveur de Puynormand* située au centre de son cimetière.

ST SAUVEUR PUYNORMAND 013

 

  ST SAUVEUR PUYNORMAND 018

Nous marchons essentiellement dans les forêts entourant la commune jusqu’à la limite du département de la Dordogne. Quelques mûriers font le bonheur des plus gourmanST SAUVEUR PUYNORMAND 055ds mais les chemins sont larges et pas de griffures cette fois. Encore des cèpes, découverts cette fois par Elise, je repars avec mon repas du soir et ils étaient vraiment excellents. Merci Elise.

Nous verrons très peu de maisons, nous ne traversons aucun village et faisons très peu de routes, les sentiers en forêts sont agréables, un peu vallonnées mais juste ce qu’il faut pour se faire les mollets. La randonnée est épuisante surtout à cause de cette chaleur moite qui me fait énormément transpirer, j’ai d’ailleurs bu mes 2 litres d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ST SAUVEUR PUYNORMAND 019

Jean-Pierre souhaite une photo du groupe quand nous arrivons au bord d’un lac au bord duquel nous allons pique-niquer,  trois palmiers donnent un petit air tropical au site. Jean-Paul nous a rejoint pour partager notre repas et nous offrir des macarons délicieux. Plusieurs différents gâteaux sont distribués, nous avons besoin de récupérer les calories que nous avons perdues sur le chemin (toutes les excuses sont bonnes pour se régaler).

ST SAUVEUR PUYNORMAND 022

Nous repartons en pleine forme, il nous reste 14 km à faire. Nous rencontrerons au bord d’un autre lac 2 chiens dont un magnifique, un berger bernois (merci Nathalie de m'avoir donné le nom de la race) qui nous fait la fête et va faire un plongeon dans le lac mais il est bien élevé et ne s’est pas secoué prés de nous.

ST SAUVEUR PUYNORMAND 042berger bernois

Nous apercevons de loin une usine d’élevage de poulet (bien envie d’aller les délivrer moi) et une autre entreprise de fabrication de panneaux voltaîques.

ST SAUVEUR PUYNORMAND 023  ST SAUVEUR PUYNORMAND 025

ST SAUVEUR PUYNORMAND 026   ST SAUVEUR PUYNORMAND 028ST SAUVEUR PUYNORMAND 051


La randonnée se termine vers 17 heures, après la bise à Jean-Pierre retour à la maison.

Merci Jean-Pierre pour cette belle sortie.

Prochaine randonnée de l’été, dimanche 21 août à Nérac (Lot-et-Garonne)

*Saint-Sauveur de Puynormand qui  s'étend sur 5,6 km² et compte 411 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2005. Avec une densité de 73,8 habitants par km², Saint-Sauveur-de-Puynormand a connu une nette hausse de 13,9% de sa population par rapport à 1999.
Entouré par les communes de Camps-sur-l’Isle, Puynormand et Saint-Médard-de- Guizières, Saint-Sauveur-de-Puynormand est situé à 18 km au Nord-Est de Libourne la plus grande ville à proximité.
Situé à 42 mètres d'altitude, le village de Saint-Sauveur de Puynormand a pour coordonnées géographiques Latitude: 44° 59' 53'' Nord Longitude: 0° 1' 60'' Ouest.

**L’église est située sur un site privilégié en bordure du coteau dominant la vallée de l’Isle. Elle contrôle un vaste paysage.
Le tertre de Maragout, situé à 300 mètres, est attesté comme mothe féodale, l’église primitive était elle celle d’un village médiéval associé à cette mothe ?
Nous sommes également à 2 kilomètres du village de Puynormand, siège d’une importante châtellenie où se trouve également une remarquable mothe féodale décrite par léo Drouyn.

Peu de mentions écrites existent sur Saint Sauveur de Puynormand et son église. Léo Drouyn dans sa « Guyenne militaire », nous présente la châtellenie de Puynormand : Dépendante du Vicomté de Castillon jusqu’à son démembrement en 1252, la châtellenie de Puynormand exerçait ses droits féodaux sur 23 paroisses ou seigneuries. Annexée à la couronne d’Angleterre, elle fut confiée à Bérard d’Albret en 1330.

Contestée entre les vicomtes de Castillon et la famille d’Albret, elle dépendit, à la fin du XIVème siècle, pendant une courte période, des jurats de Libourne.

Au XVIème siècle, cette châtellenie est érigée en baronnie appartenant à Henri de Navarre, qui la vendit en 1602 à plusieurs acquéreurs pour rembourser ses dettes.

Partager cet article
Repost0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 08:37

DU PRIEURE DE CAYAC AU LAC VERT

GRADIGNAN 019

Jean-Paul et le Pélerin

(photos dans Album : RANDOS DE L'ETE)

 

Randonnée de 22 km animée par Jean-Paul. Le record de l’été est battu, nous sommes 35 vaillants randonneurs. Il faut dire que le site de départ est très beau et qu’après le mauvais temps de la veille, le soleil est présent mais pas brûlant. Le parcours nous mène de Gradignan à Cadaujac et Cestas. Très peu de routes mais de beaux chemins sur les bords de ** l’Eau Bourde.

GRADIGNAN 005

Le départ de la randonnée est donnée au pied de la statue du Pèlerin sur le très beau site du Prieuré de Cayac*

GRADIGNAN 008GRADIGNAN 012   GRADIGNAN 018

Nous suivons l’Eau Bourde sur des chemins ombragés très agréables, quelques mûriers encore vont faire le régal de certains gourmand(e)s. Quelques cèpes sont encore ramassés par Marina Œil de lynx, elle est incroyable, je me suis encore régalée hier soir. On admire un magnifique petit jardin dissimulé par les arbres.

GRADIGNAN 023

Nous arrivons sur le lieu du pique-nique, le Lac Vert. Des exclamations fusent, c’est beau ! Quel vert ! C’est magnifique ! C’est vrai que je découvre également ce lac et suis éblouie, l’eau verte et le ciel bleu légèrement nuageux qui s’y reflètent sont d’un bel effet.

.GRADIGNAN 030

Après le repas nous repartons en direction du Prieuré par l’autre rive de l’Eau Bourde et le paysage est toujours aussi beau.

GRADIGNAN 045   GRADIGNAN 048

Nous passons pGRADIGNAN 038rés du Petit Arcachon, Claudine nous raconte qu’autrefois, il n’y a pas très longtemps, les bordelais aisés allaient se baigner à Arcachon et ceux qui avaient de petits moyens venaient se baigner dans l’Eau Bourde, d'où le nom de Petit Arcachon.

     GRADIGNAN 052

 

Jean-Paul me demande si je suis d’accord pour faire une photo du groupe devant le Pèlerin, il va demander l’accord de chacun je confie donc mon appareil à une de celles qui ne veut pas et vous pouvez ainsi me voir (l’indienne au bandeau blanc) sur la photo du groupe.

  GRADIGNAN 055

Nous sommes très heureux d’avoir fait cette très belle randonnée, Jean-Paul a eu droit à la bise de toutes les participantes. Merci Jean-Paul.

 

Prochaine randonnée de l’été, dimanche 14 août à Saint-Sauveur Puynormand

 

 

*Le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, au nord-ouest de l'Espagne, a été une formidable aventure spirituelle. Le prieuré de Cayac, autrefois hospice, reste un des derniers témoins de cette époque. La route passait autrefois entre le prieuré et l'église. Les récentes fouilles ont démontré qu'à l'origine, le passage était couvert. 

Étapes de son histoire
Il était destiné, à son origine, à l'hébergement des pèlerins se rendant en Espagne sur la tombe de "Jacques le majeur", disciple du Christ.
Au départ (fin XIIe - début XIIIe), c'était un hospice, ou hôpital, tenu par des religieux. Il avait un rôle d'accueil car les hôtels tels que nous les connaissons aujourd'hui n'existaient pas encore.
Du XIVe au XVIIe siècles, l'hospice est transformé en prieuré (sorte de couvent) dont la fonction première n'est plus l'accueil des pèlerins.
Du XVIIe siècle à la Révolution Française, l'ensemble appartient aux pères Chartreux. Les pèlerins se font moins nombreux.
A partir de la Révolution, les bâtiments vendus séparément subissent des transformations regrettables.
1979-1988 : sauvetage de Cayac par la commune qui rachète tout d'abord l'Église à la famille Calvet puis ensuite le Prieuré à la famille Barbet.
1981 : déviation de la RD10-10.
1982-1983 : fouilles dans l'Église.
1988 : début de la restauration du prieuré.
 

Cayac aujourd'hui
Les bâtiments rénovés abritent des lieux de vie culturelle et associative, un gîte pour les pèlerins (quatorze lits), renouant ainsi avec la tradition

Datation des bâtiments
L'église et les trois portails sur le chemin, parties les plus anciennes, ont environ huit cents ans (fin XIIe ou début XIIIe siècle). Après la Révolution française, l'église abrite une verrerie et subit des mutilations (obturation d'ouvertures, fermeture de la nef sud, installation de fours).
Le petit « château » qui lui fait face n'existait pas au Moyen-Age. A sa place se trouvait un autre bâtiment dont nous ignorons tout, qui servait de domicile aux religieux. Par la suite, il est démoli et reconstruit au XVe siècle avec les pierres de la bâtisse primitive. Il est restauré au XVIIe siècle et occupé par les pères Chartreux (d'où le nom de la rue de Chartrèze). Les fenêtres à meneaux datent de cette époque. Vers 1850, il est transformé dans l'esprit médiéval, alors à la mode (décoration de la grande salle et, à l'extérieur, tour carrée et créneaux). Les bâtiments annexes, tant ceux accolés à l'église que ceux situés du côté du château sont plus difficiles à dater. Il devait s'agir dès l'origine de dépendances agricoles, plusieurs fois transformées. (lu sur net)

 

**L'Eau Bourde est un affluent de la rive gauche de la Garonne, qui prend sa source à Cestas et, après s'être divisé en deux bras (l' estey de Franc et l'estey Sainte-Croix), se jette dans la Garonne au lieu dit « Clos de Hilde » à Bègles. La longueur de son cours d'eau est de 22,5 km

Autrefois, un troisième bras de l'Eau Bourde aujourd'hui canalisé donnait naissance à l'estey de Tartifume et à celui de Lugan.

Le lit de l'Eau Bourde accueillait de nombreux moulins. Certains ont été restaurés (château de Rouillac, château d'Ornon, Moulineau, château de Montgaillard) et d'autres ont aujourd'hui disparu (prieuré de Cayac, Cazot) (lu sur le net)

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 08:34

Dimanche 31 juillet à La Sauve Majeure

 

(Photos dans Album : Randos de l’été)

 La Sauve Majeure 002

De mûres en cèpes…

Randonnée d’environ 20 km animée par Jacques. Nous sommes 25 participants.

Température annoncée 28°. Il fait chaud mais de temps en temps une petite brise nous fait écarter les bras de plaisir et nous sèche un peu.

La Sauve Majeure (plus vrais que nature)  La Sauve Majeure (plus vrais que nature)

La Sauve Majeure (plus vrais que nature) La Sauve Majeure (plus vrais que nature)

Nous partons à 10 heures depuis la place située en bas des ruines de l’Abbaye*, le décor est grandiose, tout le long des personnages illustrent le passé de la commune. Ils sont saisissants de vérité.

La Sauve Majeure 003

En quittant la commune nous longeons tout d’abord d’immenses champs de tournesols, les fleurs sont déjà sèches, très peu sont encore jaune, des tiges couchées sur le sol nous intriguent beaucoup. La sécheresse en est certainement responsable.

La Sauve Majeure 007  La Sauve Majeure 009

Nous rencontrons plusieurs forêts, Marina œil de lynx y fera une première rencontre avec les cèpes, plusieurs d’entre nous repartirons avec leur repas. J’ai apprécié mon repas hier soir, quel régal, quel bonheur ! Merci Marina.

La Sauve Majeure (Cépes trouvés par Marina)  La Sauve Majeure (Cépes trouvés par Marina)

 

Nous pique-niquons sous les arbres. Marina et Francis posent pour la photo. Puis ce sera le tour de Ginette bien à l'ombre sous son chapeau.

La Sauve Majeure (Francis et Marina)

Francis et Marina (premier casting)

La Sauve Majeure (Ginette)

Ginette

Nous marchons également entourés de ronciers et c’est à qui mangera le plus de mûres. En une semaine elles ont perdu leur acidité et sont sucrées à point. Je vais pouvoir commencer la récolte pour faire mes sirops et confitures et sans doute aussi apéro et digestif qui régalent la famille.

La Sauve Majeure (cueillette de mûres)

Nous alternons de bois en vignes, cela nous fait apprécier de rentrer sous l’ombrage des arbres en quittant les vignes et ce sont des ouf et des ah que ça fait du bien ! Tout le monde cherchant l’ombre mais les cèpes aussi bien sûr.


Nous revenons en longeant les remparts de l’Abbaye et retrouvons les voitures.

Merci à Jacques pour cette belle randonnée, merci à Francis et André pour la halte à Créon et cette bonne pression très appréciée. Ben oui ! Il fallait bien récupérer les calories perdues sur les chemins.

Vite retour à la maison pour déguster mes cèpes.

 

Prochaine randonnée de l’été, dimanche 7 août à Gradignan au Prieuré de Cayac

 

*« Sur le lieu-dit de Hauteville, à égale distance de la Garonne et de la Dordogne, l'abbé Gérard de Corbie fonde Notre Dame de la Grande Sauve en 1079. Son nom est issu du nom de la forêt occupant à l'époque l’Entre-Deux-Mers (Inter duo Maria) : La Silva Major.

L'abbé construit alors une première église abbatiale. Avec l'appui du duc Guillaume VIII d’Aquitaine, avec le soutien du pape et grâce à de généreux donateurs et protecteurs parmi lesquels les rois de France et d'Angleterre, l'abbaye prospère rapidement. L'abbé Gérard y est enterré à sa mort en 1095 et le pape Célestin III le canonisa en 1197.

L'abbaye de la Sauve a eu une vie monastique s'inspirant de celle de l’Abbaye de Cluny et fut régie par la règle de Saint Benoît. Au Moyen Age, Grande Sauve était riche et puissante et disposait de 51 prieurés en Angleterre. Sa réputation en fit une rivale du centre urbain de Bordeaux. Aliénor duchesse d'Aquitaine y fit de nombreux séjours. Mais la richesse de la Grande Sauve attira aussi les pillards, les basques, les navarrais qui mirent l'abbaye mille fois à sac. Les bourgeois de la Sauve se révoltèrent maintes fois contre les riches moines de l'abbaye.

Des réparations et fortifications furent apportées au seizième siècle après les ravages de la Guerre de Cent Ans. Ces restaurations interviennent dans un climat de contestation des privilèges de l'abbaye et de rivalité économique avec la bastide de Créon. Elles signent le déclin de l'abbaye et la perte de son influence.

En 1665, une tempête cause de gros dégâts aux toitures de l'église, aux dortoirs et au réfectoire. Le clocher s'écroule à la fin du XVIIIème siècle à la suite de ces dommages. De plus, en 1759, un tremblement de terre ébranle l'église.

À la Révolution Française, les richesses de l'abbaye sont confisquées et dispersées. En 1793, les bâtiments furent utilisés comme prison. Les voûtes de l'église tombèrent en 1809. Elle est alors exploitée comme carrière pendant 40 ans pour construire les bâtiments du village..

En 1837, l'archevêque achète les bâtiments conventuels et fait édifier un collège de jésuites. Il est plus tard transformé en école normale d'instituteurs. Mais en 1910, un incendie détruit l'école et le site est de nouveau abandonné. Durant la première guerre mondiale, les bâtiments sont transformés en petit hôpital militaire de campagne.

En 1960, le monument est récupéré par l'État et le Ministère des Affaires Culturelles entreprend d'importants travaux de consolidation. Depuis l'ouverture au public, le site est géré par le Centre des monuments nationaux.

En 1998, l’abbaye a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle.».(lu sur le net)

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 08:46

DIMANCHE 24 JUILLET A TAYAC

 (photos dans Album : Randos de l'été)

TAYAC 008

Randonnée-reconnaissance de 22 km animée par André L.,vous vous rappelez celui qui nous fait sauter les fossés, nous l'avons fait bien sûr, mais les bras solides sont très sécurisants. Nous sommes 25 participants.

TAYAC 015  TAYAC 017

faudrait savoir, on en fait combien ?

Le soleil est présent au départ de Tayac, le ciel se chargera de nuages mais nous n’aurons pas la pluie. Météorologic ne s’est pas trompé, la pluie n’est arrivée comme prévue qu’après 17 heures, pas de problème, nous avions fini notre randonnée.

TAYAC 011  TAYAC 012

Le départ est donné à 10 heures de l’Eglise de Tayac que nous avions déjà découverte lors de la randonnée à Monbadon.

 

Le trésor de Tayac : En 1893, est découvert sur le territoire de la commune un important trésor  d'époque gauloise. Il est constitué d'un torque , de petits lingots,  de fil d'or et de divers statères et représente environ 4 kg d'or. En grande partie dispersé et fondu, ce qu'il en reste est exposé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale de France .

 

Nous partons en direction du magnifique Bois de la Caille. Nous rencontrons beaucoup de cycliste, nous marchons sur le même parcours qu’une compétition de bicross, les « attention vélos » vont fuser une bonne partie de la matinée.

TAYAC 019

Après la forêt nous marcherons au milieu des vignes « Côtes de Francs » très belles en cette saison, le raisin est encore vert et pourtant quelques feuilles sont déjà rouge.


 « Le nom des côtes de Francs tire son origine du début du VIème siècle.
Après la bataille de Vouillé en 507, Clovis, 1er Roi des Francs, battit Alaric II, roi des Visigoths et s’empara de l’Aquitaine. Le lieu où se fixa alors un détachement de l’armée Franque fut appelé en latin « Ad Francos », soit en Français « aux francs », devenu plus tard « Francs ».
La région abrite plusieurs églises romanes, comme celles de Notre Dame de Tayac ou de St Cibard. » (pris sur le net)
TAYAC 042
Après le pique-nique sous les arbres nous partons en direction de Monbadon où nous admirons la belle église rénovée, nous avons le plaisir de la trouver ouverte,

TAYAC 069

Nous découvrons ébahis un minuscule potager non cloturé en face d’un ancien puits.

TAYAC 057   TAYAC 053

TAYAC 051    TAYAC 055

TAYAC 058

Puis nous tournons le dos au château de Monbadon qui domine toujours la région.

TAYAC 072Nous revenons vers Tayac, en quittant les vignes et en pénétrant dans un bois assez mal entretenu à travers ronces et prunelles, mes jambes en gardent le souvenir cuisant.

TAYAC 067

Il n’a pas fait trop chaud et nous avons pu apprécier ce paysage grandiose, (oui les vignes sont plus hautes que moi) sans avoir besoin de chercher l’ombre, ce qui était appréciable car par grosses chaleurs dans les vignes la randonnée aurait été dure.

Merci André pour cette belle sortie.

Prochaine randonnée de l’été, dimanche 31 juillet à La Sauve Majeure

 

Pour Annette et François qui ont eu une grosse déception, j’espère malgré se qu’ils en disent qu’ils viendront en septembre.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 09:07

DIMANCHE 17 JUILLET A SAINT-MEDARD-EN JALLES

(photos dans Album : Randos de l'été)

 

Randonnée d’environ 21 km animée par la très dynamique Marina qui connaît cette belle forêt de Saint-Médard-en-Jalles. Nous sommes 27 participants. Ce n’est pas un jour de grosse chaleur, ceux qui la craignent nous ont donc rejoint et ont beaucoup apprécié cette sortie. Malgré des nuages souvent menaçants nous n’avons eu que très peu de pluie, deux fois nous avons sorti les parapluies ou capes mais pour un laps de temps très court, juste le temps de s’équiper et c’était fini

ST MEDARD EN JALLES 037

Nous partons donc à 10 heures du Centre Culturel Georges Brassens, direction la superbe forêt de Saint-Médard-en-Jalles* que nous ne quitterons plus. Nous sommes invités à entrer dans une propriété pour voir une maison tournante avec le soleil.

ST MEDARD EN JALLES (maison tournante)

Les premières jalles** que nous longeons sont taries, les dernières pluies n’ont pas été suffisantes. Les fougères sont très belles et quelquefois très hautes. Vers 13 heures nous arrivons près d’un aqueduc, nous nous y arrêtons pour le pique-nique. Le ciel est très noir mais une fois de plus ce n’est qu’une menace et nous pouvons manger tranquillement. Nous apprécions les tartelettes salées de Dany (fondue d’oignons, magret séché, tomates confites et mozzarella) un délice. D’autres gâteaux et les apples pies d’André sont partagés en toute convivialité.

ST MEDARD EN JALLES (l'aqueduc)

L'aqueduc

Nous repartons et débouchons sur une large allée sablonneuse assez épuisante.

ST MEDARD EN JALLES 056

Nous marcherons durant plusieurs kilomètres entre deux clôtures bordant à droite un centre de l’armée et à gauche une réserve de chasse. Nous n’en voyons jamais la fin et craignons d’être bloqués et obligés de faire demi-tour. Heureusement il n’en est rien et poussons un ouf libérateur.

ST MEDARD EN JALLES 057

Nous poursuivons dans la forêt et rejoignons les deux jalles, la Guitard et la Bonneau à leur confluence. Il y coule une eau claire et transparente très belle sous les reflets de quelques rayons de soleil. J’ai le plaisir d’entendre le chant des cigales. Je les avais entendu la première fois il y a deux ans lors d’une belle reconnaissance à Saint Jean d’Illac.. Il y a très peu de temps que les cigales sont arrivées dans notre région.

ST MEDARD EN JALLES (pont branlant)

Nous quittons la forêt vers le château de Belfort, sur la piste cyclable Bordeaux-Lacanau, très fréquenté ce jour là par les cyclistes, une belle averse nous fait ressortir notre équipement, les cyclistes se mettent à l’abri tant bien que mal, le vent souffle assez fort mais 10 minutes après le soleil est de retour.

 

Nous revenons aux voitures après cette très belle randonnée. Merci Marina.

 

Prochaine randonnée de l’été, dimanche 24 juillet à Tayac

 

*Forte d’un véritable héritage industriel, Saint-Médard-en-Jalles est la plus grande ville de la Cub et compte aujourd’hui 27 997 habitants, dont 75% âgés de moins de 50 ans.
Avec ses 8 500 hectares Saint-Médard-en-Jalles est la commune la plus étendue de la Cub, d’où une densité de population relativement faible, ce qui en fait une « ville espace ». La moitié du territoire est en effet constituée de zones rurales.

 

**petit rappel, la prochaine fois interrogation écrite « Jalle est en gascon un hydronyme signifiant « cours d'eau ».

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 08:23

Dimanche 3 juillet à Cambes

 

CAMBES-047.jpg

Randonnée de 21 km sous la houlette de Chantal assistée de Patricia et de Jean-Pierre. Nous sommes 15 participants aimant le soleil, mais avec précaution, casquettes ou chapeaux, lunettes de soleil, pour moi un bandeau qui retient la transpiration pour éviter qu’elle coule dans mes yeux (ça pique !) et beaucoup d’eau, c’est lourd dans le dos mais c’est indispensable.

CAMBES-018.jpg

Nous partons à 10 heures depuis la mairie de Cambes et pour nous mettre en forme nous commençons par une belle grimpette sur le chemin Nicolas Brémontier. J’ai déjà fait cette randonnée 2 fois, la première dans le cadre de la Fête à Léo (Drouyn) il y a quelques années et cette année le 12 mai,  mais dans l’autre sens. C’est vrai que nous voyons le paysage différemment dans un sens ou dans l’autre.

CAMBES-020.jpg

A 13 heures, à mi-parcours, pique-nique après le château de Nenine, dans un chemin ombragé, c’est sympa, André anime le repas avec ses blagues qui nous font éclater de rire et après le partage de quelques gâteaux nous repartons sous le soleil.

CAMBES-005.jpg

Beaucoup de routes tranquilles, quelques voitures viennent quelquefois nous déranger mais dans l’ensemble c’est très calme.

 

Cette partie de la randonnée est nouvelle pour moi alors l’appareil photo est de sortie.

CAMBES-029.jpg

Nous passons à droite du Centre Nautique de Bordeaux, le sol est craquelé par la sécheresse.

CAMBES-027.jpg

Un beau chemin avec des chardons géants et une plante bleue (inconnue, probablement de la famille des pois de senteurs) nous font paraître minuscules.

 

CAMBES-032.jpg

Dites moi donc qu'elle est cette fleur ?

Nous voyons au loin la belle église de Tabanac, nous arrivons ensuite à Baurech où je revois l’éléphant, d’autres animaux mais plus de Tour Eiffel (mais où donc est-elle partie ?).

CAMBES-022.jpg

Nous revenons sur Cambes après une nouvelle grimpette de 500 mètres qui me font perdre la voix durant un bon moment (il fait vraiment très chaud sur cette route). Nous descendons dans les bois puis nous longeons un petit ruisseau au pied d’une résidence et nous arrivons au parking.

CAMBES-010.jpg

Une randonnée assez rapide malgré la chaleur. Annie après son retour lors de la nocturne a décidé de faire cette sortie et l’a faite totalement alors qu’elle pensait s’arrêtait avant la fin. Bravo à elle.

 

Merci à Chantal, Patricia, Jean-Pierre pour cette belle sortie et aux deux organisateurs, Annie et Michel

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche

Archives