Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 06:42

HISTOIRE ET AVENIR DES BASSINS A FLOT

La hausse du trafic maritime et le développement de la construction maritime a fait naitre l’idée en 1830 de la construction de bassins à flots. Ce type de bassin avait pour grand avantage de permettre la construction d’une hauteur de quai limitée par rapport à ce qui aurait été nécessaire en bord de Garonne. Facilitant les opérations de chargement et de déchargement en absence de mouvement de marée et les opérations de levage pour la maintenance des navires, les bassins permettaient l’accueil plus facile des navires désarmés.

Restaurant la Dame de Shangaï

Il faut toutefois attendre 1866 pour voir le projet se concrétiser.

La construction du premier bassin à flot débute en 1869. Sa construction va durer dix ans.

les usines vont laisser la place à des immeubles

Les travaux sont titanesques et nécessitent l’évacuation de 1 millions de mètres cubes. Ces remblaient furent en partie utilisés pour combler la partie du fleuve en aval des écluses sur plusieurs centaines de mètres pour gagner du terrain sur le fleuve. Dès lors les magasins aux vivres de la marine furent repoussés à cent mètres environ de l’eau.

deux grues resteront pour rappeler l'histoire de ces bassins

Cette nouvelle occupation de l’espace va provoquer un développement des chantiers navals et la construction d’un bassin de radoub débute en 1873. Terminée en 1876 et mise en service en 1885, elle permet de recevoir les plus grands transatlantiques de l’époque (157 x 20 m).

Entre 1904 et 1913, le trafic augmente de 77%. La première guerre mondiale va encore accroitre le mouvement, Bordeaux étant l’un des rares ports loin du conflit. 

En 1906 débute la construction du bassin numéro 2 à côté du bassin d’alimentation. Terminé en 1911, il est mis en service en 1912 en même temps que le pont du pertuis.

Après des années d’exploitation commerciale, les bassins à flot deviennent une base d’accueil des flottes sous-marines italiennes et allemandes en 1940. Les premiers sous-marins italiens (30) y arrivent en septembre 1940 d'où la construction de la Base Sous-Marine.

Jusqu’en 1981, les bassins seront affectés à l’accueil des navires marchands et de pèche même si une baisse d’activité sensible se fait sentir à la fin des années 70. La modification de la règlementation de la pêche à Terre-neuve mettra fin à l’activité de pêche. Désormais l’ensemble des installations sont transférée à Bassens en aval.

A partir de cette époque, les bassins sont affectés à la plaisance.

Aujourd'hui de nouveaux projets voient le jour. Restaurants, lieux d'exposition et de spectacles et de profonds changements en matière d'urbanisme. 10 000 habitants sont attendus dans ce quartier d'ici 2030.

Il y aurait encore beaucoup à raconter et à montrer autour du Port de Bordeaux, il faudra y revenir quand il fera moins froid. 

A suivre la Base Sous-Marine...

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 08:34

Une randonnée bordelaise

sur le nouveau pont, dommage quand ça va rouiller

Jeudi 5 décembre 2013. A Bordeaux, un circuit de 11 km animé par Jean-Claude pour 53 participants.

Il fait un froid glacial, le ciel très bas ne laissera apparaître un peu de bleu qu'en fin de randonnée. 

Aujourd'hui un bref résumé de tout ce que nous avons découvert, raconté par Jean-Claude. 

Nous partons du Pont Chaban-Delmas, rive gauche, en direction des bassins à flots. 

Les Bassins à flot méritent à eux seuls un article complet. C'est l'histoire du port de Bordeaux au fil des siècles et cette histoire est passionnante. 

Nous continuons vers la Base Sous-Marine constuite durant la seconde guerre mondiale par les allemands. Là encore je vous en reparlerai dans un prochain article.

Puis nous revenons sur nos pas pour traverser le Pont Baba et ensuite longer la rive droite jusqu'au Jardin Botanique. Sur ce chemin encore une histoire, celle d'un pont qui n'a jamais vu le jour.

Nous revenons vers le Pont de Pierre et repartons en longeant les quais rive gauche. Certains iront jusqu'au bout et d'autres s'arrêteront au fil du parcours pour rejoindre leur bus ou leur tram.

Un restaurant ,l'Estracade, qui ne manque pas d'humour

A la fin nous n'avions plus froid en marchant un peu vite, c'était une très belle randonnée qui aurait été magnifique sous le soleil. Dommage il était pourtant là les autres jours et justement ce jeudi il nous aura fait faux bon, c'est trop injuste dirait Caliméro. 

Merci Jean-Claude pour toute cette part historique qui moi me ravit.

A bientôt pour la suite...

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 08:04

SAINT MORILLON

 

Les belles forêts de Saint-Morillon

Dimanche 24 novembre 2013. Randonnée de 12 km animée par Nicole 52 participants.

Départ de l’église romane Saint Maurille. Construite au XIIème siècle, elle comportait une nef unique terminée par une abside polygonale à l'extérieur. L'architecture originelle a été remaniée au XIII au XIXème siècle.

 

Ouh ! qu'il est beau ton sac décoré avec du houx 

Direction la forêt autour de Saint-Morillon. Forêt de chênes, châtaigniers, pins et bouleaux et beaucoup de bruyères aujourd'hui dorées. Je profite des haltes pour ramasser des chanterelles et Christian repart avec un sac de pieds de moutons. Une belle récolte pour tous les deux. Non pas de photos, je n'y ai pas pensé, désolée.

Lors de la reconnaissance faite le mardi précédent avec Nicole nous avions été effrayées par les chasseurs, des plombs nous étaient passés par dessus la tête. Nicole a préféré modifié légèrement le parcours et évité l'endroit. Nous avons vu beaucoup de voitures, chasseurs et ramasseurs de champignons mais pas de tirs et c'est tant mieux.

les messieurs ça papotent aussi !

La randonnée se finira près des vignes et les pieds dans la glaize qui nous colle à la semelle. On n'aura plus qu'à faire un nettoyage de nos pieds en arrivant aux voitures.

"on est barragé !" oui je sais ce n'est pas français, un mot inventé par mon fils à 4 ans.

Nous avons dû nous arrêter, nous avons terrorisé le cheval noir, il fait des ruades, sa cavalière a des difficultés à le maîtriser. Elle fera demi-tour et nous resterons loin derrière pour ne pas le perturber.

Vous m'attendez avant de traverser, respectez le "Stop" 

Merci Nicole pour cette superbe randonnée.

« Saint Morillon se niche au creux de la vallée du Gat Mort et retrouve le soleil en s’étirant sur les collines qui le bordent. C’est un très ancien village. Son église date des XIième et XIIième siècles.

Pays de vignes et de pins, St Morillon a servi de décor au tournage du film « Le Sagouin », d’après l’œuvre de François Mauriac. Bon nombre de St Morillonnais sont devenus les acteurs d’un jour, au château de Bel-Air, au presbytère (qu’à l’époque on appelait « la Cure »), à l’église avec le père Avril, sur le pont de bois, le long du Gat Mort.

St Morillon fut aussi le lieu de retraite solitaire et de  prière  d’une grande sainte régionale : Sainte Jeanne de Lestonac a choisi le Moulin de Luisié pour un temps d’ermitage et de réflexion. Jeanne était la nièce de Montaigne, et devint l’épouse de Gaston de Montferrand, Seigneur de Landiras. Devenue veuve, et après avoir soigné sans compter les malades durant la grande peste à Bordeaux, elle prit le temps de réfléchir à sa nouvelle vocation, installée au Moulin de Luisié. Elle prit là, la décision de fonder la compagnie de Marie Notre Dame, ordre de religieuses éducatrices (école Notre Dame, rue du Palais Gallien à Bordeaux, aujourd’hui). » (lu sur le net)


Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 09:00

CASTRES-GIRONDE

Il y aura de la brume, du soleil et des nuages

ne bouge pas, j'aurai besoin de toi au retour

Le nom de Castres vient du mot latin castrum qui signifie place fortifiée.

départ brumeux à travers les belles vignes des graves

Jusqu’en 1988 le nom du village était simplement Castres. Pour le distinguer des autres communes portant le même nom, on a ajouté Gironde.

au départ il fait froid, nous sommes bien emmitouflés

Ses habitants sont appelés les Castrais et Castraises.

      

c'était magnifique, ces rouges, jaunes et or

Dimanche 17 novembre 2013. Randonnée de 20 km animée par Josiane pour 33 participants. C’est une journée où il fait bon marcher, froid et soleil.  Il suffit de bien se couvrir et on respire un bon air vivifiant. Oh ! Oui, qu’est-ce que ça fait du bien de marcher après toute cette grisaille des derniers jours.

une maison témoin technologique jamais achevée, les parties manquantes devaient être vitrées (2006)
à Portets, un design moderne

Château Crabitey

Le Château Crabitey. Au XVIIIème siècle, à l’emplacement d’une forêt de pins et châtaigniers, est construit un prieuré, qui sera concédé en 1868 aux Petites Sœurs des Orphelins. En raison de difficultés financières, celles-ci transforment en 1882 le domaine en exploitation formant les orphelins à la viticulture. 

La gestion du vignoble est confiée en 1982 à Jean-Ralph de Butler, qui entreprend de le restructurer, de l’étendre et de construire un nouveau chai. Arnaud de Butler a succédé à son père à la tête de l’exploitation en 1998 et a racheté le domaine en 2008.



pique-nique avec distribution de gâteaux

direction la Garonne, un passage difficile 

ne plonge surtout pas ! 

sympa le coin, pour l'apéro ! 

dernier coup d'oeil sur la Garonne, on quitte un chemin très très glissant 

A Beautiran, le château de Martignac

Le Château de Martignac, construit vers 1860, à l’époque où il était de bon ton de posséder une demeure qui « fasse château » . C’était la mode du style Renaissance et du néogothique ! Il servit surtout de résidence aux directeurs successifs des papeterie et sacherie installées à Beautiran, à ce jour fermées et démembrées. Aujourd'hui le ch$ateau produit un vien d'appelation AOC Graves Rouge. 

Merci à Josiane pour cette belle randonnée au milieu d'un décor superbe.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 06:14

LA BONNE DAME DE GAZINET

"Madame Mathieu, "médium pour les uns", "sorcière" pour les autres, "la bonne dame de Gazinet" pour tous ceux qui la connaissaient bien. Tous les jours, une diligence spéciale portait de la gare de Gazinet à sa maison (bâtie côté Cestas avant le chemin des sources) naïfs ou savants qui avaient besoin d'un secours hors du niveau de la science. Madame Mathieu devinait votre mal, les noms des remèdes donnés par le médecin, soignait par imposition des mains et avec des "remèdes de bonne femme" à la portée de tous, refusait l'argent des pauvres.

Chrétienne convaincue, elle offrait, tous les ans, un pèlerinage gratuit à des jeunes filles modestes du pays. Au pèlerinage catholique romain du Puy en Velay, séduite par la façon de prier d'un évêque gallican, elle lui fit don de sa maison pour bâtir son église et son "Saint-Siège". En face, dans Pessac (actuel commerce de bois Beaumartin) était la maison de son herboriste diplômée qu'elle employait, à longueur d'année, pour expédier des plantes magnétisées... jusqu'en Russie..."

Ainsi pour l'Eglise Gallicane, la "sorcière" de Gazinet est Sainte Alphonsine de Gazinet. 

Quelques exemples de guérison

- En 1911 Madame Mathieu guérit Madame Marthe Laville d'une congestion cérébrale diagnostiquée par les médecins Elle prie et transfère le mal sur un pigeon qui tombe mort, alors que la jeune malade, âgée de 18 ans se relève guérie.

Une jeune fille de la Gironde avait de violentes céphalées et les médecins de l'époque diagnostiquèrent en 1909 une méningite. Ses parents appelèrent Madame Mathieu qui déclara qu'il s'agissait d'une "veine pouilleuse"... Elle fit une incision dans la tête et une abondante quantité de pus sortit... La jeune fille fut guérie à l'instant. Elle devint plus tard l'épouse d'un célèbre professeur de la faculté de médecine.

Si vous voulez en connaître plus link

Dans beaucoup de légendes sur la Gironde et sur Cestas, on trouve des récits la concernant. 

Extrait du "Dimanche illustré" du 16 décembre 1934 :page 5 link

A Gabriele d'Anunzio qui a voulu la rencontrer, elle prédit : - tu seras roi. Effectivement quelques années plus tard, il a été roi de Fiume durant 14 mois.

Extrait du livre de François Mauriac : Les chemins de la mer

- Et que Madame suive mon conseil, qu'elle aille consulter la sorcière de Gazinet. Pour une pièce de 5 francs, elle en verra la farce. Ce n'est pas parce que je croie aux sorcières, mais je crois aux herbes.

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:32

LES SOURCES DE GAZINET

Jeudi 7 novembre 2013. Randonnée de 12 km animée par Elisabeth assistée de Marina pour 48 participants. Soleil et nuages jouent à cache-cache et la température est de 19°, je confirme à Cathy (habitante du fronsadais) du blog Virjaja link que c'est bien une randonnée estivale, pas de pluie ici. 

La randonnée est très belle, essentiellement dans les forêts de Cestas-Gazinet.

Nous partons depuis le parking des Sources de Gazinet et de la Guinguette, nous irons les voir au retour.

Nous nous dirigeons vers les étangs de Monsalut. Situés à Gazinet, ces étangs sont artificiels. Le parc est une zone très argileuse que l'on exploitait pour fabriquer des briques. 

Des sources étant situées sous la zone de forage, ces espaces se sont remplis d'eau. Une briqueterie était située juste à côté, on peut y voir ses ruines. Ce lac a été creusé dans l’argile qui a servi à fabriquer des briques. La briquèterie a ouvert en 1857 employant environ 50 personnes aux conditions de travail et de vie difficiles. La tuilerie Peymartin stoppera son activité à la fin des années 1950.

LES SOURCES DE GAZINET 009

      ruines de la briqueterie (photo 16 mars 2012)

Désolée Elisabeth, je n'ai pas assez zoomé, on ne reconnait pas Mary Poppins (la girouette) et pour effacer les fils sans toucher à la girouette c'est quasiment impossible, alors je laisse tout. La prochaine fois je choisirai un autre angle. A Monsalut, ce pigeonnier seigneurial faisait partie autrefois d'un vaste domaine.

les couleurs de l'automne

un autre étang, j'ai aimé le reflet du toit de la maison

Sur le pont d'Avignon on y danse. Mais non fais attention !

Francine n'est pas très rassurée

des ruches et des pièges contre le frelon asiatique

Osmonde ou fougère royale

De retour à la Guinguette nous pouvons voir les sources ferrugineuses, c’est beau mais c’est très salissant pour les vêtements.

Nous sommes à l'estey des sources et du ruisseau des Gleyzes qui se déversent dans l'Eau Bourde tout en laissant des traces de fer. Napoléon premier s'y est arrêté avec ses troupes, pour une nuit, lors de sa descente vers l’Espagne. Autrefois, les Bordelais venaient s'y reposer et danser, aujourd’hui c’est un restaurant.

      

Marina nous a montré une deuxième source

LES SOURCES DE GAZINET 038

photos 2012

Superbes randonnées. Merci Elisabeth, merci Marina, vous faites une belle équipe.

Demain une histoire de sorcière.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 06:12
Barsac, par ci, par là
Les origines de Barsac se perdent dans la nuit des temps : préhistoriques probablement, gallo-romaines sans doute, on trouve un ancien chemin et médiévale (église du XIème siècle détruite.
Les témoins de l'ancienneté historique de Basac sont nombreux, maisons et châteaux du XVème au XIXème siècle, l'église du XVIIIème. Mais aussi, importance de Barsac due au tritre dd "Prévôté Royale" dès le XIIIème siècle. Ainsi Henri III d'Angleterre, en 1254, s'adresse "aux hommes libres de la Prévôté de Barsac".
Durant des siècles, sa puissance n'est pas seulement administravite et juridique, mais aussi commerciale grâce à la production de vins (en 1647 : 6000 tonneaux de vin blanc), également due à l'activité intense de son port d'où partaient, via Bordeaux, les gabares chargées de barriques neuves (300 tonneliers en 1900), les barriques pleines de vin. On expédiait aussi les pierres calcaires dites "pavés de Barsac" et enfin le bois d'acacia et de pins des Landes, arrivant par flottage sur le Ciron, servant ensuite de poteaux de mines et de traverses de chemin de fin, jusqu'en 1935.

Un château vu le matin de l'autre côté du Ciron, le ou la Pachère, je n'ai trouvé aucune information sur ce joli château.
un joli chemin de randonnée
A mon avis celui qui a posé le panneau avait goûté au Barsac
André je t'ai vu
et maintenant il est en haut, attention au train, veux tu bien descendre 
voilà tout le monde est passé de l'autre côté
Nous arrivons dans la commune, au loin l'église Saint-Vincent
Les halles de Barsac abritent le marché. Construites par Flauder en 1895, elles sont remplacées par de plus modernes.
Elles disposent d'une toiture à deux eaux qui repose sur une charpente métallique suportée par des piliers tridimensionnels.
Eglise Saint-Vincent (patron des vignerons)
"Lieu d'occupation fort ancienne, Barsac voit l'érection d'une première église au XIème siècle. Au XVème siècle, elle est reconstruite et en 1536, l'architecte Etienne Baudoyn lui ajoute une chapelle. La paroisse ayant pris de l'importance, un projet de construction d'une nouvelle église voit le jour en 1702. L'église est terminée en 1710. L'édifice comprend 3 nefs de 4 travées. Clocher-porche carré engagé dans la façade occidentale refait en 1845 après un incendie. Retable de style rocaille dans le choeur comprenant 3 autels. Statues en bois doré et grande toile représentant la crucifixion. (1742,1744 et 1786). Table de communion en fer forgé (1709-1729). Tribune d'orgue composée de 3 arcs en surplomb avec trompes plates (1752-1756). Sacristies (1774) avec décor de stuc et panneaux de bois rocaille. Eglise classée M.H. en 1908." (pris sur le net)
Nous revenons vers le port et nous apercevons au loin un vieux château en ruine.
elle n'est pas très large la Garonne ici
Et voilà le bouquet final, vu seulement par ce qui ne sont pas partis trop rapidement avec leur voiture. Ce qui est drôle c'est que l'on en parlait juste avant avec Annie et je ne suis pas sûre qu'elle était encore là pour le voir. C'est la barge qui transporte les pièces de l'Airbus A380.
Merci à Michèle pour cette magnifique randonnée et toutes ces belles découvertes. C'est tout ce que j'aime. Superbe
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 06:45

La tournée des châteaux

On ne boit pas, on regarde avec les yeux, il reste 12 km à faire, soyons raisonnables. Vous voulez lequel ?

Le Château Liot

Le château Liot est une propriété viticole de 40 ha qui appartient à la famille David depuis plusieurs générations. 

Le pique-nique terminé nous repartons pour cette randonnée autour des châteaux de Barsac.

Le vignoble de Barsac couvre une superficie d'environ 600 ha. Composé de Sémillon, de Sauvignon et de Muscadelle il est cultivé sur une terre argilo-calcaire. Les producteurs de Barsac ont le droit de bénéficier au choix des appelations Barsac ou Sauternes.

Les vendanges commencent tard dans la saison et peuvent durer bien après la Toussaint.

pas assez mûrs il y aura un autre passage

Elles s'effectuent en plusieurs passages. Les raisins sont cueillis très mûrs, jusqu'à être atteints par la fameuse pourriture noble favorisée par les brouillards de la Garonne et du Ciron.

Château Climens

Classé Premier Cru de Sauternes en 1855, le Château de Climens est surnommé "Le Seigneur de Barsac". Superficie 30 ha. Cépage : Sémillon.

château Gravas (je vais pas lui couper la tête, ce serait dommage)

château Doisy-Daëne

Le vignoble de Doisy-Daëne est âgé de plus de 40 ans. Sa surface de 18,2 ha et 7000 pieds à l'ha. Encépagement Sémillon 86% et Sauvignon 14%. Exclusivement entretenu par des labours traditionnels, le sol ne reçoit aucun herbicide.

le château Du Roc joue à cache-cacher derrière les arbres

Château Coutet - 1er grand cru classé

En 1787, Thomas Jefferson, futur président des Etats-Unis et, en attendant, ambassadeur en France, estime que le château Coutet est le meilleurs Sauternes de Barsac. 70 ans plus tard, lors de la classification de 1855, il est placé dans les Premiers Crus.

Aujourd'hui, c'est la famille Baly qui gère le domaine et c'est la société Baron Philippe de Rotschild qui le distribue. Les vignes qui approchent des 40 ans, couvrent 38,5 ha.

Au départ construction militaire, le château Coutet abrite un domaine viticole depuis 1643. 

le trés beau château Myrat

Le château de Myrat est une propriété de 30 hectares qui entourent le domaine: 22 ha de vignes et 8 ha de parc. Le château aux lignes pures a été reconstruit vers 1730 sur des voûtes plus anciennes, par la famille Demirat, avocats sous Louis XIV.

Cette élégante chartreuse s’ordonne autour d’un pavillon central à étages en pierre de taille d’où partent deux ailes avec retours sur le jardin.

châeau Dudon, lui aussi se cache

Chartreuse du 18ème entourée d'un vignoble de 12 hectares enclos de murs, chais du 18ème et grand parc arboré

au loin le château Broustey

le Château Menota

Terre du XVIème siècle et propriété de François de Pignéguy, avocat et président du parlement de Bordeaux, vigneron passionné. Petite maison forte à étage construite dans la 1ère moitié du XVIIème siècle, flanquée d'une tour carré et de deux ailes basses, une cour carrée fermée par un mur crénelé et aux angles des tours cylindriques. 

            

Le château Camperos fait chambre d'hôtes

Château du XIXème siècle, vous pourrez le visiter en faisant un petit clic : link

La tournée des châteaux est terminée, suite et fin de la randonnée à Barsac au prochain épisode.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 08:25

Barsac et le Ciron

le port sur les bords de Garonne

Dimanche 27 octobre 2013. Randonnée de 19,400 km, animée par Michèle R. pour 41 participants comptés par André.

la Garonne

La semaine précédente nous étions à Arsac, il suffit d'ajouter un B pour changer tout. Nous étions dans le Haut-Médoc, nous sommes transportés dans le Sauternais, nous sommes passés du rouge au blanc liquoreux, il suffit de faire son choix maintenant. Mais vous pouvez commencer avec le blanc sur votre foie gras et passer ensuite au rouge sur votre magret. Bon appêtit.

nous enjambons le Ciron une première fois

Le programme de cette journée de randonnée nous est présenté par Michèle. Le matin nous suivrons le Ciron et l'après-midi nous irons voir et contourner les châteaux de la commune et ils sont très nombreux.

c'est ici la rencontre de la Garonne et du Ciron

Je vous présenterai la commune de Barsac dans un prochain article. Aujourd'hui nous allons partir de son petit port en direction du Ciron.

nous passons sous un mur d'enceinte

attention ça glisse

Le Ciron affluent de la rive gauche de la Garonne naît dans le département des Landes et se jette dans le fleuve à Barsac. Sa longueur est de 97 km. C'est l'humidité apportée par le Ciron qui favorise l'apparition de brumes matinales favorables au développement sur la vigne du Botrytis cinerea. C'est aux bienfaits de ce champignon que le vignoble du Sauternes et celui de Barsac doivent leur qualité et leur réputation.

Allez c'est parti, suivez nous.

un tapis d'automne

le Ciron se partage

Liliane est fière de l'avoir bien traversé

mais que faites vous de l'autre côté ?

pas facile pour les petites jambes, heureusement Jean-Claude était là et bien solide sur ses pieds

c'est presque un torrent ici

non, non ! on veut pas passer là

celui là est plus solide

Fin de la randonnée sur les bords du Ciron, nous pique-niquons à La Brousse avant d'aller faire la tournée des châteaux. Il faisait beau, il faisait chaud et cette matinée était magnifique. Il n'y avait pas de brouillard sur le Ciron, c'était un véritable bonheur de l'admirer sous le soleil.

A suivre pour une dégustation virtuelle.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 06:06

A Ludon-Médoc entre vignes et forêts

L'origine du nom provient soit du latin : ludere (jouer), soit du celte : tertre (issoudun, loudun).

Ses habitants sont les ludonnais et ludonnaises.

Ludon-Médoc porte du Médoc, tire sa notoriété de son vignoble classé "Haut-Médoc. La culture de la vigne et la vinification s'effectuent dans la plus grande tradition. Vous pouvez y déguster les grands crus classés, bourgeois, artisans ou Bordeaux Supérieurs. Ludon-Médoc possède aussi un patrimoine remarquable important avec les Châteaux d'Agassac (un château de princesse d'après un de mes petits neveux), la Lagune et de Bacalan. L'église est du XIIème siècle.

Randonnée de 11,700 km, animée par Marina pour 45 participants sous un ciel gris mais il fait chaud. Pas de pluie prévue.

Nous partons de l'église Saint-Martin, sans doute l'édifice le plus ancien du village, construit sur un tertre sans doute sur le site d'un ancien temple païen. Primitivement d'art roman du XIIème siècle, les guerres de religions amenèrent à sa fortification au XVIème siècle avec la construction d'un mâchicoulis, la transformation du clocher en arcade et une tour. A partir du XIVème siècle, on procède à des sépultures dans le sous-sol de l'église.  Avant cette période, les notables étaient inhumés dans des sarcophages tels que ceux retrouvés en 1933 que l'on peut encore voir en façade nord. (désolée je n'ai pas été voir).

Tiens un obstacle bien vite contourné par notre dynamique Marina. Nous arrivons sur un chantier qui n'existait pas lors de la reconnaissance du parcours.

Marina va discuter avec le chauffeur de l'engin qui nous barre le passage, il est très sympa et arrête son travail pour nous laisser passer. C'était impressionnant de voir notre petite Marina près de cet engin (je parle de la machine ).

Nous marchons tout d'abord dans les forêts autour de Ludon-Médoc et près du château Cantermerle de Macau-en-Médoc. J'ai les yeux qui cherchent les cépes, il y en avait toujours ici quand mon père venait les ramasser, Marina en avait trouvé lors de la reconnaissance, mais je n'en ai trouvé aucun. Dommage.

Tiens par contre le houx se pare de rouge, Noël approche.

Sur le trajet du retour nous contournons le lac de Paloumey, (bien prononcer le meil) une belle gravière aménagée mais baignade interdite. Les pêcheurs y sont nombreux. Chut pas de bruit pour ne pas déranger les poissons.

c'est la marche des canards qui font coin-coin, quel raffut quand ils nous ont vu

Ce lac est très beau. On peut y faire de belles promenades tout autour puis ensuite dans les bois de Cantemerle (ceux qui ne sont pas grillagés).

Nous arrivons près des vignes du château La Lagune. De belles vignes bien entretenues et un très très bon vin.

Puis c'est l'arrivée à l'église après une belle randonnée médocaine. (mais non je ne suis pas chauvine ).

j'aurai pu gommer les lignes du chemin de fer, mais la photo n'aurait pas été vraie

la salle des fêtes où j'allais danser, il y a longtemps, longtemps

Merci Marina c'était super,  j'ai découvert des endroits que je ne connaissais pas.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche

Archives