Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:21

Bordeaux vu d'en haut

sous le campanile, très impressionnant

Nous n'étions qu'à 23 mètres sur la première terrasse, il faut continuer mais prenons notre temps, le groupe est dispersé je vais monter jusqu'à 50 mètres tranquillement et là, j'ouvre grand les yeux, tout d'abord sur le campanile au-dessus de ma tête.

Des ouvertures de chaque côté permettent d'admirer Bordeaux sous toutes ses coutures. 

le grand batiment blanc au fond c'est le Centre Hospitalier du Tripode

le Pont Saint-Jean

en face, en rouge l'ancienne caserne Niel que l'on pouvait visiter aujourd'hui, elle est classée

la cathédrale Saint-André en face, à gauche la Grosse Cloche

on voit bien pourquoi on appelle Bordeaux le port de la lune, admirez l'élégance de sa courbe

Et là quand je regarde de ce côté, je vois tout d'abord le Pont de Pierre et l'église Sainte-Marie de la Bastide et ensuite en regardant mieux....

Surprise. Je découvre les trois ponts - en premier le pont de Pierre, puis dans le même alignement vous voyez le Pont Chaban-Delmas et derrière le Pont d'Aquitaine, j'en suis restée BaBa, jeux de mots pour les bordelais.

Je redescends tranquillement mon escalier en colimaçon, enchantée de cette visite, c'était vraiment très beau et en prenant son temps tout le monde peut y accéder. 

A bientôt pour d'autres visites.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 07:25

J'y suis montée

La basilique Saint-Michel partage avec la cathédrale Saint-André la particularité d'être dotée d'un clocher indépendant du sanctuaire ou campanile. Il s'élève à une hauteur de 114 mètres, il est considéré comme le plus haut du Midi de la France et comme l'un des plus hauts de l'hexagone

le haut

le bas

C'est la 1ère journée du Patrimoine, il y a du monde, je vais patienter une heure avant de pouvoir monter les 230 marches de l'escalier en colimaçon. Au premier palier on trouve l'historique du clocher. Cette première halte m'aide à retrouver mon souffle, j'étais dans les premières du groupe donc je n'ai pas voulu ralentir l'ascencion, alors ce fut dur dur.

Quelques marches plus haut on découvre le carillon de 22 cloches

On va se reposer jusqu'à demain si vous le voulez bien. Comme moi vous serez certainement ébloui par le panorama à 360° au-dessus des toits de Bordeaux.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 07:42

Les Journées du Patrimoine 2013

La grande

Pour vous, j'ai marché dans Bordeaux, tout d'abord pour compléter les sculptures de Jaume Plensa. J'ai capturé un lion bleu, vu des tortues et un obélisque, grimpé 230 marches pour voir les toits de Bordeaux et aussi ses trois ponts. Vous ne serez pas déçus, ça vaut le spectacle. Après un retour pour rejoindre Evelyne devant le Grand Théâtre, ah non pardon il a changé de nom mais je ne m'y habitue pas, c'est l'Opéra National de Bordeaux, nous avons été revoir les sculptures du Jardin Public. Un beau programme que vous verrez dans le désordre, selon mon humeur. 

On commence par les deux tortues et l'obélisque de la Place de la Victoire. 

la petite

 

Le 17 juin 2005 furent inaugurées deux œuvres du sculpteur tchèque Ivan Theimer : un obélisque de forme hélicoïdale de 16 mètres de haut, de plus de 50 tonnes, formé de six blocs de marbre rouge du Languedoc et de bronze, et deux tortues en bronze dont la carapace est ornée de grappes de raisin et de noms d'appellations viticoles. Le pavement de la place, quant à lui, reprend librement celui de la place du Capitole à Rome.

Les travaux de rénovation de ce pavement a été achevé fin août 2013.

 

A bientôt pour la suite

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 07:17

PLACE SAINT-PIERRE

Une sculpture de Jaume Plensa (7/11)

Silent Music II - Me voici Place Saint-Pierre sur laquelle je rencontre la musique. Je n'ai pas beaucoup de recul, les terrasses des restaurants étant bondés mais vous pouvez quand même admirer cette sculpture. Je vais y retourner pour essayer de mieux la capturer.

  • Silent Music II (8), 2013, acier inoxydable et pierre, 310 x 230 x 290 cm 
    Place Saint-Pierre
    Enfant, l'artiste s'installait à l'intérieur du piano de son père pour sentir les vibrations des sons et de son propre corps. Silent Music II rend compte de cette expérience sensorielle silencieuse, avec cette figure humaine constituée de notes de musiques qui, comme les lettres d'un alphabet, symbolisent l'expression d'un langage universel et permettent à l'artiste d'engager un dialogue avec les peuples.

RAPPEL 

Place Pey Berland, la belle Paula

  • Paula (2), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place Pey Berland
    Paula est une jeune fille de Barcelone que l'artiste croise régulièrement à côté de son atelier. Les yeux fermés, elle est plongée dans un état contemplatif et onirique. Modélisée à partir des clichés photographiques, cette oeuvre porte l'aspect délibérément uniformisé des portraits, qui sont caractéristiques dans l'oeuvre de Plensa. Cette oeuvre est réalisée en fonte de fer, matériau que l'artiste ré-expérimente à Bordeaux

 

Cour de l'Hôtel de ville,  Marianna et Awilda 

  • Marianna & Awilda (1), 2013, acier inoxydable, 400 x 420 x 300 cm (2 pièces) 
    Collection : Bradley S. Jacobs, Greenwich, Connecticut, USA 
    Dans la cour de l'Hôtel de ville
    Les visages des deux jeunes filles Marianna & Awilda mêlent légèreté, transparence et monumentalité. Réalisées en un maillage en acier inoxydable, ces deux têtes entament une conversation silencieuse entre elles mais aussi avec l'environnement minéral de la cour que l'on voit à travers. Cette transparence est une manière pour l'artiste de dématérialiser la figure afin de révéler la beauté intérieure de chaque être. 

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

  • House of Knowledge (6), 2008, acier inoxydable, 800 x 550 x 530 cm 
    Place de la Bourse
    Composée d'une multitude de lettres soudées, cette grande forme humaine est comme une invitation permanente au voyage dans l'espace et dans la sculpture elle-même. Encourageant la contemplation silencieuse ainsi que l'exploration physique et sensorielle en invitant le public à entrer et à marcher à l'intérieur, le vide monumental se transforme ici en réceptacle de nos émotions et de nos rêves.

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

  • The Heart of trees (5), 2007, bronze, 7 figures, 99 x 66 x 99 cm
    Jardin public
    L'oeuvre se compose de sept personnages masculins, assis sur un monticule de terre dont les bras et les jambes s'enroulent autour d'un arbre vivant et recouverts de mots. A travers la figure tutélaire de l'arbre, l'artiste joue sur la métaphore de la communion de l'homme avec la nature. Le corps est aussi pour Plensa un territoire sur lequel il inscrit des mots, des noms de villes, d'écrivains et de musiciens. Les figures ici sont tatouées des noms de ses compositeurs préférés.

La belle Sanna,  place de la Comédie

  • Sanna (4), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place de la Comédie
    Sanna, comme Paula (place Pey Berland), appartient à une série de sept figures féminines imaginées dès après la rencontre préméditée entre l'artiste et la ville. Bien que seules deux d'entre elles aient pu être fondues et exposées à Bordeaux, ces figures représentent un nouveau chemin de réflexion et d'expérimentation artistique dans l'oeuvre de Plensa. En jouant sur l'échelle, le poids et la monumentalité du portrait, l'artiste transforme l'ordinaire en extraordinaire.

Place Camille Jullian  le "Self-portrait". 

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.

 

A suivre,

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 07:17

PLACE PEY-BERLAND

Une sculpture de Jaume Plensa (6/11)

Place Pey Berland, la belle Paula, allez admirer la belle Paula. La couleur est différente selon l'exposition, le soleil me joue des tours

  • Paula (2), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place Pey Berland
    Paula est une jeune fille de Barcelone que l'artiste croise régulièrement à côté de son atelier. Les yeux fermés, elle est plongée dans un état contemplatif et onirique. Modélisée à partir des clichés photographiques, cette oeuvre porte l'aspect délibérément uniformisé des portraits, qui sont caractéristiques dans l'oeuvre de Plensa. Cette oeuvre est réalisée en fonte de fer, matériau que l'artiste ré-expérimente à Bordeaux

      RAPPEL 

Cour de l'Hôtel de ville,  Marianna et Awilda 

  • Marianna & Awilda (1), 2013, acier inoxydable, 400 x 420 x 300 cm (2 pièces) 
    Collection : Bradley S. Jacobs, Greenwich, Connecticut, USA 
    Dans la cour de l'Hôtel de ville
    Les visages des deux jeunes filles Marianna & Awilda mêlent légèreté, transparence et monumentalité. Réalisées en un maillage en acier inoxydable, ces deux têtes entament une conversation silencieuse entre elles mais aussi avec l'environnement minéral de la cour que l'on voit à travers. Cette transparence est une manière pour l'artiste de dématérialiser la figure afin de révéler la beauté intérieure de chaque être. 

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

  • House of Knowledge (6), 2008, acier inoxydable, 800 x 550 x 530 cm 
    Place de la Bourse
    Composée d'une multitude de lettres soudées, cette grande forme humaine est comme une invitation permanente au voyage dans l'espace et dans la sculpture elle-même. Encourageant la contemplation silencieuse ainsi que l'exploration physique et sensorielle en invitant le public à entrer et à marcher à l'intérieur, le vide monumental se transforme ici en réceptacle de nos émotions et de nos rêves.

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

  • The Heart of trees (5), 2007, bronze, 7 figures, 99 x 66 x 99 cm
    Jardin public
    L'oeuvre se compose de sept personnages masculins, assis sur un monticule de terre dont les bras et les jambes s'enroulent autour d'un arbre vivant et recouverts de mots. A travers la figure tutélaire de l'arbre, l'artiste joue sur la métaphore de la communion de l'homme avec la nature. Le corps est aussi pour Plensa un territoire sur lequel il inscrit des mots, des noms de villes, d'écrivains et de musiciens. Les figures ici sont tatouées des noms de ses compositeurs préférés.

La belle Sanna,  place de la Comédie

  • Sanna (4), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place de la Comédie
    Sanna, comme Paula (place Pey Berland), appartient à une série de sept figures féminines imaginées dès après la rencontre préméditée entre l'artiste et la ville. Bien que seules deux d'entre elles aient pu être fondues et exposées à Bordeaux, ces figures représentent un nouveau chemin de réflexion et d'expérimentation artistique dans l'oeuvre de Plensa. En jouant sur l'échelle, le poids et la monumentalité du portrait, l'artiste transforme l'ordinaire en extraordinaire.

Place Camille Jullian  le "Self-portrait". 

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.

 

A suivre,

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 07:20

Bordeaux sans voiture

rue Sainte-Catherine

Avant de me suivre, vous venez à pied, à bus ou en tram mais vous ne venez pas avec votre voiture. C'est son jour de repos. Comme tous les premiers dimanches de chaque mois, vous pouvez circuler tranquillement, enfin pas tout à fait, attention aux rollers, aux cyclistes et au patin. Attention aussi au tram, lui a le droit de circuler.

place de la Comédie - Cours de l'Intendance

Tout d'abord j'arrive dans une rue piétonne, ici c'est tous les jours qu'elle est fermée à la circulation. C'est la célèbre Rue Sainte-Catherine, la plus longue rue commerçante de Bordeaux. Beaucoup de magasins ouvrent ce dimanche.

Cours du Chapeau Rouge, sous les tilleuls, les artistes exposent leurs oeuvres. Je n'ai pas osé prendre les photos de trop près. 

Puis direction les quais, seulement une partie est interdite aux voitures. Je reste me rafraîchir près du miroir d'eau. Les enfants et les parents sont joyeux, des éclats de rire fusent, tout le monde s'amuse.

Je reviens par la Place des Quinconces, sa superbe fontaine et la Colonne des Girondins.

Cette rue, qui habituellement est très embouteillée, je la trouve belle sans voiture et suis contente de pouvoir m'installer en son centre pour faire la photo.

Fin de la balade bordelaise. A bientôt pour une autre visite

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 07:38

La chrysope verte

Michel B. m'avait parlé de coccinelles mis dans les arbres à Bordeaux, cours du Chapeau Rouge. Cela méritait d'y faire une petite balade. Cela tombe bien, je n'ai pas pu partir en randonnée, alors je profite de ce dimanche sans voiture pour aller voir cette bébette.

Petite erreur, il ne s'agit pas de coccinelle mais d'un autre insecte, la chhrysope carnea. Je ne l'ai pas vu, je seulement vu les sachets suspendus dans les arbres. Alors je vous mets quelques photos trouvées sur le net.

La chrysope verte (chrysoperla carnea) ou demoiselle aux yeux d'or est un insecte de la famille des chrysopidés, ordre des névroptères. Elle est un ennemi naturel de certains ravageurs en horticulture et arboriculture.

Les adultes mesurent de 10 à 15 mm (*). Leurs ailes membraneuses (25 mm) sont transparentes. Le corps et les nervures des ailes sont verts (rosissent en automne quand l'insecte recherche un abri pour hiverner)1. Les yeux sont dorés. Les antennes sont longues et filiformes.

larve

Les larves (7 à 8 mm) sont jaune-grisâtre/vert-brun avec deux bandes longitudinales rouges. Elles sont munies de pièces buccales piqueuses-suceuses pour capturer leurs proies et en aspirer le contenu. Sur les côtés, elles sont pourvues de verrues et de poils.

Les oeufs, de forme elliptique et de couleur verdâtre, portés sur un long filament sont pondus sur les feuilles au voisinage des colonies des futures proies.

Les adultes se nourrissent de miellat et de pollen. Les larves s'attaquent aux œufs, aux larves et aux adultes de divers insectes (cochenilles, pucerons et chenilles de plusieurs espèces de lépidoptères) ainsi qu'aux acariens (Araignées rouges entre autres). Au cours de son développement, une larve de chrysope peut se nourrir de plus de 500 pucerons; en une heure, 30 à 50 araignées rouges peuvent être dévorées.

t'as de beaux yeux, tu sais ! 

L'activité de ces insectes permet de réguler la prolifération des ravageurs de certaines cultures.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 07:17

COUR DE L'HÔTEL DE VILLE

Une sculpture de Jaume Plensa

C'est dimanche, 1er septembre et comme tous les premiers dimanche du mois, c'est la journée sans voiture dans Bordeaux. Pas dans toute la ville mais sur un bon périmètre dans le centre. On en reparlera un autre jour, pour le moment je poursuis ma quête des sculptures de Jaume Plensa.

Je vous présente Marianna et Awilda trouvées dans la cour de l'Hôtel de Ville, je les trouve belles et vous ? Est-ce que vous voyez la beauté intérieure qu'à voulu exprimer le sculpteur ?

  • Marianna & Awilda (1), 2013, acier inoxydable, 400 x 420 x 300 cm (2 pièces) 
    Collection : Bradley S. Jacobs, Greenwich, Connecticut, USA 
    Dans la cour de l'Hôtel de ville
    Les visages des deux jeunes filles Marianna & Awilda mêlent légèreté, transparence et monumentalité. Réalisées en un maillage en acier inoxydable, ces deux têtes entament une conversation silencieuse entre elles mais aussi avec l'environnement minéral de la cour que l'on voit à travers. Cette transparence est une manière pour l'artiste de dématérialiser la figure afin de révéler la beauté intérieure de chaque être. 

RAPPEL 

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

  • House of Knowledge (6), 2008, acier inoxydable, 800 x 550 x 530 cm 
    Place de la Bourse
    Composée d'une multitude de lettres soudées, cette grande forme humaine est comme une invitation permanente au voyage dans l'espace et dans la sculpture elle-même. Encourageant la contemplation silencieuse ainsi que l'exploration physique et sensorielle en invitant le public à entrer et à marcher à l'intérieur, le vide monumental se transforme ici en réceptacle de nos émotions et de nos rêves.

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

  • The Heart of trees (5), 2007, bronze, 7 figures, 99 x 66 x 99 cm
    Jardin public
    L'oeuvre se compose de sept personnages masculins, assis sur un monticule de terre dont les bras et les jambes s'enroulent autour d'un arbre vivant et recouverts de mots. A travers la figure tutélaire de l'arbre, l'artiste joue sur la métaphore de la communion de l'homme avec la nature. Le corps est aussi pour Plensa un territoire sur lequel il inscrit des mots, des noms de villes, d'écrivains et de musiciens. Les figures ici sont tatouées des noms de ses compositeurs préférés.

La belle Sanna,  place de la Comédie

  • Sanna (4), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place de la Comédie
    Sanna, comme Paula (place Pey Berland), appartient à une série de sept figures féminines imaginées dès après la rencontre préméditée entre l'artiste et la ville. Bien que seules deux d'entre elles aient pu être fondues et exposées à Bordeaux, ces figures représentent un nouveau chemin de réflexion et d'expérimentation artistique dans l'oeuvre de Plensa. En jouant sur l'échelle, le poids et la monumentalité du portrait, l'artiste transforme l'ordinaire en extraordinaire.

Place Camille Jullian  le "Self-portrait". 

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.

 

A suivre, la belle Paula

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 07:36

Un tour en hélico au-dessus du Bassin d'Arcachon

photo prise amicalement par une passagère

elle vient de décoller de l'aérodrome d'Andernos

un petit coup d'oeil à droite

est-ce que c'est l'Île aux oiseaux ?

on aperçoit quelques cabanes tchanquées

beaucoup de bateaux et 2 cabanes tchanquées

des parcs à huîtres

retour sur terre après un vol vraiment très court mais Marion est heureuse c'est le principal

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 08:17

PLACE CAMILLE JULLIAN

Une sculpture de Jaume Plensa

Regardez bien à l'intérieur

Je poursuis ma balade bordelaise à la recherche des sculptures de Jaume Plensa.

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

La belle Sanna,  place de la Comédie

Je vous amène place Camille Jullian pour admirer le "Self-portrait". Très difficile de prendre l'intérieur, c'est dommage.

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.
Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche