Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 08:13

Et le soleil était là pour nous

Dimanche 8 septembre 2014. Randonnée de 22,500 km animée par Jean-Pierre pour 12 participants. Ceux qui ont eu peur de la pluie ont eu tort. D'autres ont choisi d'aller marcher sur un autre parcours de 15 km, créé cette année, ont ils eu raison ? En tout cas moi je me suis régalée, le Médoc est beau, le paysage varié et on y a fait de belles découvertes.

le sommet du clocher est couronné de pigeons

Nous partons à 10 heures, le départ est donné au pied de l'Abbaye de Vertheuil. Elle est fermée, je prends quelques photos à partir du portail. L'intérieur de l'Eglise par contre est trop sombre, mes photos ne sont pas intéressantes.

"L'église et le logis abbatial forment un ensemble du plus haut intérêt.

L'abbaye fondée certainement avant le XIIème siècle, fut construite sur l'emplacement d'une villa gallo-romaine.

Elle a été occupée un temps par des Bénédictins puis par l'Ordre des Chanoines Réguliers de Saint Augustin, Congrégation de la Chancelade. Plusieurs fois dévastée (guerre de cent ans et de religion) reconstruite au XVIIIème siècle, partiellement démolie dans le milieu du XXème siècle,  elle devient ensuite propriété de la commune.

De l'antique abbaye, restent des vestiges d'arcades, des caves voûtées, les soubassements de certains  murs actuels, un four à pain et le mur de l'ancien cuvier. Son style typique XVIIIème siècle est d'une élégance simple et classique. On peut y remarquer la belle ordonnance des façades, le perron descendant dans le parc dessiné à l'anglaise, les rampes des escaliers et les boiseries intérieures.

L'abbatiale Saint Pierre dépendait de l'abbaye attenante. Sa construction remonte au XIème-XIIème siècle, puis remaniée au XIVème, XVIème siècle et XIXème siècle.

L'église est un bel exemple d'art roman d'inspiration saintongeaise.

Intérieur : Vaste nef avec deux collatéraux, déambulatoire voûté en berceau sur lequel s'ouvrent  trois chapelles, celle du centre carrée, les autres en cul de four. Elle furent toutes trois exhaussées et fortifiées au XVIème siècle durant les guerres de Religion.

Dans la nef, sculptures des chapiteaux des premières travées reliées par des arcs en plein cintre, stalles aux accoudoirs sculptés du XVème siècle de même qu'un lutrin en bois. Prés de la porte sud, fonts baptismaux pédiculés en pierre du XVème siècle.

Extérieur : Très remanié. Dans le mur sud, très beau porche roman d'inspiration saintongeaise, remanié au XVIIème siècle par placage d'un second porche de style classique. On voit sur les voussures des cavaliers chevauchant des ronceaux, des personnages se tenant par la barbe, d'autres semblables à des laboureurs.
Le clocher sud est carré (XVIème siècle). Il abrite un escalier donnant accès au chevet surélevé et fortifié.

Le clocher nord est du XIIème siècle,  à deux étages : le premier carré, orné de colonnes engagées, reposant sur des culs de lampe : le deuxième octogonal avec fenêtres cintrées."

un marchand de fruits et légumes sur le parvis de l'église

Allez c'est parti, suivez nous, vous ne serez pas déçus.

Nous partons tout d'abord en direction des vignes, la récolte sera plus tardive cette année, nous voyons beaucoup de raisins encore verts et les grains sont petits.

le train Bordeaux - la Pointe de Grave

Puis nous quittons les vignes pour entrer en forêt, petite halte tout d'abord pour se désaltérer sous un superbe chêne, il commence à faire chaud, il faut boire.

on pourrait croire qu'ils saluent notre passage, ça peu plier, quel boulot (jeux de mots de Momo)

oh que vois je au loin ?

ne pars pas...

... oui tu es très beau, merci pour la pose

au revoir

nous sortons de la forêt

pour longer de grands, d'immenses champs de maïs qui se plaisent dans ce sol tourbeux

puis nous suivrons le chenal de la Calupeyre mais pas jusqu'à la Gironde, elle est loin. Il est infesté par l'écrevisse de Louisiane. Elle est vorace et a complétement éliminé l'écrevisse française.

"Cette écrevisse est de couleur rouge, parfois de couleur bleutée ou violacée. D'une durée de vie de 3 à 5 ans, elle mesure 6 à 14 cm (sans les pinces) à l’état adulte et peut peser jusqu'à près de 100 grammes. Ses pinces puissantes sont granuleuses et couvertes de taches rouges.
L'habitat naturel de l'Ecrevisse rouge de Louisiane est le marécage, mais elle s'adapte parfaitement dans tous les milieux aquatiques, même pauvres en oxygène (étangs, lacs, marais, rivières, ruisseaux...) et respire sans problème hors de l'eau.
Sur l'article précédant les pinces, l'Ecrevisse rouge de Louisiane possède un ou deux ergots caractéristiques."pour en savoir plus : link

la tourbe

Oui Jean-Pierre on arrive

Une découverte surprenante, des mûres sur le sol, elles ne grimpent pas, connaissez vous ?

Voilà nous avons fait un petit peu plus de 10 km et il reste encore plein de découvertes à vous montrer, en particulier nous allons pique-niquer sur le site archéologique du Brion à Saint-Germain d'Esteuil. A découvrir demain. 

En attendant reposez vous bien et merci pour vos visites et vos commentaires.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 06:36

Un été fleuri

magniolia au Parc Bordelais

Le soleil s'est caché. Il y a 3 jours le thermomètre affichait 33°, aujourd'hui il ne devrait pas dépasser 21°.

pérovskias à Blanquefort

agapanthes à Blanquefort

mini rosiers

Alors pour vous réconforter voici quelques fleurs glanées sur le bord des chemins cet été.

Tanaisie en Charente-Maritime

Bon dimanche à toutes et toutes

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans Environnement
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 07:17

PLACE PEY-BERLAND

Une sculpture de Jaume Plensa (6/11)

Place Pey Berland, la belle Paula, allez admirer la belle Paula. La couleur est différente selon l'exposition, le soleil me joue des tours

  • Paula (2), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place Pey Berland
    Paula est une jeune fille de Barcelone que l'artiste croise régulièrement à côté de son atelier. Les yeux fermés, elle est plongée dans un état contemplatif et onirique. Modélisée à partir des clichés photographiques, cette oeuvre porte l'aspect délibérément uniformisé des portraits, qui sont caractéristiques dans l'oeuvre de Plensa. Cette oeuvre est réalisée en fonte de fer, matériau que l'artiste ré-expérimente à Bordeaux

      RAPPEL 

Cour de l'Hôtel de ville,  Marianna et Awilda 

  • Marianna & Awilda (1), 2013, acier inoxydable, 400 x 420 x 300 cm (2 pièces) 
    Collection : Bradley S. Jacobs, Greenwich, Connecticut, USA 
    Dans la cour de l'Hôtel de ville
    Les visages des deux jeunes filles Marianna & Awilda mêlent légèreté, transparence et monumentalité. Réalisées en un maillage en acier inoxydable, ces deux têtes entament une conversation silencieuse entre elles mais aussi avec l'environnement minéral de la cour que l'on voit à travers. Cette transparence est une manière pour l'artiste de dématérialiser la figure afin de révéler la beauté intérieure de chaque être. 

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

  • House of Knowledge (6), 2008, acier inoxydable, 800 x 550 x 530 cm 
    Place de la Bourse
    Composée d'une multitude de lettres soudées, cette grande forme humaine est comme une invitation permanente au voyage dans l'espace et dans la sculpture elle-même. Encourageant la contemplation silencieuse ainsi que l'exploration physique et sensorielle en invitant le public à entrer et à marcher à l'intérieur, le vide monumental se transforme ici en réceptacle de nos émotions et de nos rêves.

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

  • The Heart of trees (5), 2007, bronze, 7 figures, 99 x 66 x 99 cm
    Jardin public
    L'oeuvre se compose de sept personnages masculins, assis sur un monticule de terre dont les bras et les jambes s'enroulent autour d'un arbre vivant et recouverts de mots. A travers la figure tutélaire de l'arbre, l'artiste joue sur la métaphore de la communion de l'homme avec la nature. Le corps est aussi pour Plensa un territoire sur lequel il inscrit des mots, des noms de villes, d'écrivains et de musiciens. Les figures ici sont tatouées des noms de ses compositeurs préférés.

La belle Sanna,  place de la Comédie

  • Sanna (4), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place de la Comédie
    Sanna, comme Paula (place Pey Berland), appartient à une série de sept figures féminines imaginées dès après la rencontre préméditée entre l'artiste et la ville. Bien que seules deux d'entre elles aient pu être fondues et exposées à Bordeaux, ces figures représentent un nouveau chemin de réflexion et d'expérimentation artistique dans l'oeuvre de Plensa. En jouant sur l'échelle, le poids et la monumentalité du portrait, l'artiste transforme l'ordinaire en extraordinaire.

Place Camille Jullian  le "Self-portrait". 

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.

 

A suivre,

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 08:24

UN JOLI PORT DE PLAISANCE

Jeudi 5 septembre 2013. C'est pour moi la reprise des randonnées pour la nouvelle saison et c'est toujours l'été, 34° mais nous sommes au bord du Bassin d'Arcachon à Cassy et il y a de l'air.

On va bronzer c'est sûr. Casquette, crème solaire, de l'eau et tout ira bien.

Randonnée de 12 km animée par Christian Pa. pour 31 participants bien reposés après deux mois de vacances. Le départ se fait sur les chapeaux de roues et j'ai bien du mal à m'arrêter pour faire des photos sans rester derrière. Ouf, à la première halte je rejoins tout le monde et repars cette fois avec le groupe de tête mais pas longtemps, à croire qu'ils ont fait un stage avec Usain Bolt.

Une île déserte ça vous tente ?

Le petit port de Cassy est rattaché à la commune de Lanton. Autrefois il existait un port important d'où les bateaux partaient pour l'Angleterre en transportant  des billes de bois pour les piquets dans les mines de charbon. Il revenaient ensuite en direction d'Arcachon en rapportant ce charbon, puis revenaient à Cassy. Aujourd'hui c'est un port de plaisance et on y trouve aussi quelques ostréiculteurs.

sans doute des bassins à poissons

On suit le parcours du littoral. Le paysage dès le départ est magnifique, la marée est basse et sous le soleil on dirait qu'une couche argentée a été déposée au fond.

On passe près d'un bassin aménagé pour la baignade qui est alimenté par l'eau du bassin mais il ne subit pas l'effet des marais et reste toujours à niveau. On a chaud et on ferait bien un petit plongeon là dedans.

On continuera le reste de la randonnée en forêt, il y fera plus chaud car moins d'air et le parcours sera sablonneux, assez fatigant.

une pause en forêt, ça papotte...

on repart

Une première randonnée très belle, sportive et j'ai bien dormi cette nuit malgrè les orages. Merci Christian.

au retour la marée a rempli le port

A dimanche pour une randonnée médocaine à Vertheuil

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS TPB
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 07:48

DICTON DE LA RANDONNEE

5 SEPTEMBRERAÏSSA

BOURG 024

A la Sainte Raïssa, ça sera la fiesta si tu lui mets de l'’harissa dans son couscous, vous irez danser la salsa mais pas avant d'avoir fait fissa le tour du Château des Mille-Secousses.

 

Fais moi du couscous chéri - Bob AZZAM

 

 

[Refrain] x2 :
Fais-moi du couscous chéri
Fais-moi du couscous

J'ai une jolie femme
Dont je suis épris
Mais voilà le drame
Elle se lève la nuit
Sortant de sa chambre
A peine vêtue
Elle se frotte le ventre
Et me dit d'une voix menue :

[Refrain]

Et moi qui m'endormais
Rêvant à ses baisers
A ses lèvres vermeilles
Voilà mon réveil

[Refrain]

J'ai trouvé la recette
Pour décourager
Sa passion secrète
Qui tient éveillé
J'remplace les pois chiches
Par des haricots
Et comme je m'en fiche
Je jette la semoule aux moineaux

x2
C'est plus du couscous, chéri
C'est plus du couscous

Voilà comment un soir
Rongé de désespoir
Pour une femme affamée
J'ai trouvé un nouveau met

x2
C'est plus du couscous, chéri
C'est plus du couscous

Fini le couscous, chéri
Fini le couscous
Et désormais mon poulet
J'veux du cassoulet !  

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 07:20

Bordeaux sans voiture

rue Sainte-Catherine

Avant de me suivre, vous venez à pied, à bus ou en tram mais vous ne venez pas avec votre voiture. C'est son jour de repos. Comme tous les premiers dimanches de chaque mois, vous pouvez circuler tranquillement, enfin pas tout à fait, attention aux rollers, aux cyclistes et au patin. Attention aussi au tram, lui a le droit de circuler.

place de la Comédie - Cours de l'Intendance

Tout d'abord j'arrive dans une rue piétonne, ici c'est tous les jours qu'elle est fermée à la circulation. C'est la célèbre Rue Sainte-Catherine, la plus longue rue commerçante de Bordeaux. Beaucoup de magasins ouvrent ce dimanche.

Cours du Chapeau Rouge, sous les tilleuls, les artistes exposent leurs oeuvres. Je n'ai pas osé prendre les photos de trop près. 

Puis direction les quais, seulement une partie est interdite aux voitures. Je reste me rafraîchir près du miroir d'eau. Les enfants et les parents sont joyeux, des éclats de rire fusent, tout le monde s'amuse.

Je reviens par la Place des Quinconces, sa superbe fontaine et la Colonne des Girondins.

Cette rue, qui habituellement est très embouteillée, je la trouve belle sans voiture et suis contente de pouvoir m'installer en son centre pour faire la photo.

Fin de la balade bordelaise. A bientôt pour une autre visite

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 07:38

La chrysope verte

Michel B. m'avait parlé de coccinelles mis dans les arbres à Bordeaux, cours du Chapeau Rouge. Cela méritait d'y faire une petite balade. Cela tombe bien, je n'ai pas pu partir en randonnée, alors je profite de ce dimanche sans voiture pour aller voir cette bébette.

Petite erreur, il ne s'agit pas de coccinelle mais d'un autre insecte, la chhrysope carnea. Je ne l'ai pas vu, je seulement vu les sachets suspendus dans les arbres. Alors je vous mets quelques photos trouvées sur le net.

La chrysope verte (chrysoperla carnea) ou demoiselle aux yeux d'or est un insecte de la famille des chrysopidés, ordre des névroptères. Elle est un ennemi naturel de certains ravageurs en horticulture et arboriculture.

Les adultes mesurent de 10 à 15 mm (*). Leurs ailes membraneuses (25 mm) sont transparentes. Le corps et les nervures des ailes sont verts (rosissent en automne quand l'insecte recherche un abri pour hiverner)1. Les yeux sont dorés. Les antennes sont longues et filiformes.

larve

Les larves (7 à 8 mm) sont jaune-grisâtre/vert-brun avec deux bandes longitudinales rouges. Elles sont munies de pièces buccales piqueuses-suceuses pour capturer leurs proies et en aspirer le contenu. Sur les côtés, elles sont pourvues de verrues et de poils.

Les oeufs, de forme elliptique et de couleur verdâtre, portés sur un long filament sont pondus sur les feuilles au voisinage des colonies des futures proies.

Les adultes se nourrissent de miellat et de pollen. Les larves s'attaquent aux œufs, aux larves et aux adultes de divers insectes (cochenilles, pucerons et chenilles de plusieurs espèces de lépidoptères) ainsi qu'aux acariens (Araignées rouges entre autres). Au cours de son développement, une larve de chrysope peut se nourrir de plus de 500 pucerons; en une heure, 30 à 50 araignées rouges peuvent être dévorées.

t'as de beaux yeux, tu sais ! 

L'activité de ces insectes permet de réguler la prolifération des ravageurs de certaines cultures.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 07:17

COUR DE L'HÔTEL DE VILLE

Une sculpture de Jaume Plensa

C'est dimanche, 1er septembre et comme tous les premiers dimanche du mois, c'est la journée sans voiture dans Bordeaux. Pas dans toute la ville mais sur un bon périmètre dans le centre. On en reparlera un autre jour, pour le moment je poursuis ma quête des sculptures de Jaume Plensa.

Je vous présente Marianna et Awilda trouvées dans la cour de l'Hôtel de Ville, je les trouve belles et vous ? Est-ce que vous voyez la beauté intérieure qu'à voulu exprimer le sculpteur ?

  • Marianna & Awilda (1), 2013, acier inoxydable, 400 x 420 x 300 cm (2 pièces) 
    Collection : Bradley S. Jacobs, Greenwich, Connecticut, USA 
    Dans la cour de l'Hôtel de ville
    Les visages des deux jeunes filles Marianna & Awilda mêlent légèreté, transparence et monumentalité. Réalisées en un maillage en acier inoxydable, ces deux têtes entament une conversation silencieuse entre elles mais aussi avec l'environnement minéral de la cour que l'on voit à travers. Cette transparence est une manière pour l'artiste de dématérialiser la figure afin de révéler la beauté intérieure de chaque être. 

RAPPEL 

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

  • House of Knowledge (6), 2008, acier inoxydable, 800 x 550 x 530 cm 
    Place de la Bourse
    Composée d'une multitude de lettres soudées, cette grande forme humaine est comme une invitation permanente au voyage dans l'espace et dans la sculpture elle-même. Encourageant la contemplation silencieuse ainsi que l'exploration physique et sensorielle en invitant le public à entrer et à marcher à l'intérieur, le vide monumental se transforme ici en réceptacle de nos émotions et de nos rêves.

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

  • The Heart of trees (5), 2007, bronze, 7 figures, 99 x 66 x 99 cm
    Jardin public
    L'oeuvre se compose de sept personnages masculins, assis sur un monticule de terre dont les bras et les jambes s'enroulent autour d'un arbre vivant et recouverts de mots. A travers la figure tutélaire de l'arbre, l'artiste joue sur la métaphore de la communion de l'homme avec la nature. Le corps est aussi pour Plensa un territoire sur lequel il inscrit des mots, des noms de villes, d'écrivains et de musiciens. Les figures ici sont tatouées des noms de ses compositeurs préférés.

La belle Sanna,  place de la Comédie

  • Sanna (4), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place de la Comédie
    Sanna, comme Paula (place Pey Berland), appartient à une série de sept figures féminines imaginées dès après la rencontre préméditée entre l'artiste et la ville. Bien que seules deux d'entre elles aient pu être fondues et exposées à Bordeaux, ces figures représentent un nouveau chemin de réflexion et d'expérimentation artistique dans l'oeuvre de Plensa. En jouant sur l'échelle, le poids et la monumentalité du portrait, l'artiste transforme l'ordinaire en extraordinaire.

Place Camille Jullian  le "Self-portrait". 

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.

 

A suivre, la belle Paula

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 07:47

DICTON DE LA RANDONNEE

1er SEPTEMBREGILLES

MACAU 048

A la saint Gilles, tu ne verras pas les géants du Nord, tu peux te faire un masque à l’argile, ensuite va à Macau et suis les bords de la Garonne jusqu'au lieu-dit le Bout de l'Île,  tu n'y verras pas de crocodiles

 

Quand les hommes vivront d'amour (je vous laisse choisir)

 

 

 


 

 

Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Quand les hommes vivront d'amour
Ce sera la paix sur la Terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Dans la grande chaîne de la vie
Où il fallait que nous passions
Où il fallait que nous soyons
Nous aurons eu la mauvaise partie

Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Peut-être song'ront-ils un jour
A nous qui serons morts mon frère

Mais quand les hommes vivront d'amour
Qu'il n'y aura plus de misère
Peut-être song'ront-ils un jour
A nous qui serons morts mon frère

Nous qui aurons aux mauvais jours
Dans la haine et puis dans la guerre
Cherché la paix, cherché l'amour
Qu'ils connaîtront alors mon frère

Dans la grand' chaîne de la vie
Pour qu'il y ait un meilleur temps
Il faut toujours quelques perdants
De la sagesse ici-bas c'est le prix

Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Quand les hommes vivront d'amour
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts mon frère

 

Quand les hommes vivront d'amour est une chanson québécoise composée par Raymond Lévesque en 1956 alors qu'il vivait à Paris. Cette chanson a d'abord été enregistrée par Eddie Constantine avant que l'auteur la rende populaire à son propre compte. Cette chanson, composée durant la guerre d'Algérie, est l'œuvre de sa carrière et celle qui a assuré son succès.

Au cours des années, elle fut reprise par un grand nombre d'artistes québécois dont Fabienne Thibeault, Pauline Julien, Michel Louvain, Nathalie Simard, René Simard, Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Robert Charlebois, Offenbach, Luce Dufault, Céline Dion et français, par exemple Bourvil, Jean Sablon, Cora Vaucaire et Enrico Macias.

La chanson, qui appelle à la paix et est teintée d'humanisme, est restée populaire jusqu'à aujourd'hui.

En 2003, les Enfoirés en ont fait leur chanson principale du spectacle.

En 2005, dans le cadre d'un concours de la Fête nationale du Québec, le Mouvement national des Québécoises et Québécois a désigné cette chanson comme étant la préférée des Québécois et une des meilleures de tous les temps.

Au cours des années, Quand les hommes vivront d'amour a été traduit dans de nombreuses langues et de nombreux pays. (wikipédia)

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 07:41

DICTON DE LA RANDONNEE

31 AOÛTARISTIDE

BORDEAUX QUAIS 022

A la Saint Aristide, ne joue pas les caïds, tu peux bien sûr partir à la découverte de l’Arctique ou de l’Antarctique, mais une simple découverte des quais de Bordeaux jusqu’à la Bastide avec un arrêt devant la plaque d’Aristides DE-SOUSA MENDES te remplira de bonheur.

BORDEAUX - Les façades 014

(qui sauve une vie, sauve un monde)

Il sauva 30 000 réfugiés, dont 10 000 juifs, fuyant l'envahisseur nazi, en leur délivrant des visas d'entrée au Portugal, désobéissant ainsi aux ordres de ses supérieurs hiérarchiques, n'écoutant que la voix de sa conscience au mépris de sa carrière.

La dame de Bordeaux – Serge REGGIANI

 

 

Delphine, Elminthe, Cydalise,
Corinne, Mélissinde, Elise...

Changent nos cœurs et vos prénoms
Comme la couleur des saisons,
Ta chevelure, dans la brise
Des retrouvailles indécises.

Reviendrai-je des Amériques
De la Barbade ou du Congo
Vers vous, la Dame de Bordeaux
Amante des quarts nostalgiques
Ma feuillantine en male mort
Pourrais-je, mauvais jacobin,
Jusqu'à la faucheuse d'aurore,
Et même après, tenir ta main?
Que tu naufrages, Virginie,
Dans la baie des courtes vertus,
Te sauverai-je, même nue,
Comme un qui marche sur les flots?

Reviendrai-je des Amériques,
De la Barbade ou du Congo,
Vers vous, la Dame de Bordeaux,
Amante des quarts nostalgiques?

Mon en-or, m'azur, ma Javotte,
Mon soir d'avril après la pluie,
Mon béryl, mon tendre péril,
Ma très précieuse découverte,
Pierre verte au creux des jeudis,
Ma Mélusine, ma bellotte,
M'ondine, ma coquelinotte,
Mon vin du soldat, ma défaite,
Ma victoire aussi, ma conquête,
Dans les verts du parc Montsouris
Que l'amour danse des gavottes
Quand reviendront nos cœurs sur des places en fête!

 

Et toutes les fois, toutes celles
Où tu donnais aux tourterelles
Alors que je quêtais ailleurs...
Dites! m'en tiendrez-vous rigueur?

Ma nostalgique, ma dévote;
Ma romance d'une autre époque
Ma Venise d'aventure
Mon angélique de ribote
Mes mains de fraîche communion
Au bout des comptoirs équivoques
Où l'amour ne dit plus son nom!
Ma talentine, ma prison,
Mes douze barreaux dans la poche,
Mon étape au bout des maisons,
Ma demoiselle dans sa tour,
Ma seule à qui j'ose l'amour...

 

Rappelez-vous cette saison
Et vos dentelles à la brise
D'avril, aux fontaines surprises
Dans le reflet des frondaisons.

Ah! je t'évoque et je t'invoque
Mon muscadier sur l'Orénoque
Marie, ma Vénus beauceronne
Païenne dans Chartres, m'automne
En des plaines si monotones
Que le cœur s'y perdrait, je crois,
Si tu n'étais ce cœur en croix
Au carrefour des routes bonnes.
Mon lilas blanc, ma capucine,
Cathédrale d'où pérégrinent
Tant de souvenirs en escorte
Jusqu'aux murailles comtadines

Rappelez-vous cette saison
Et vos dentelles à la brise...
Attendent-elles encore aux portes
De cette ville sarrasine,

Nos amours mortes? Ah! qu'elles vivent! qu'elles vivent!
Et que renaisse au long du fleuve
La cytise et la joie promise
Et que cette chanson t'émeuve!
J'eusse écrit d'amour comme on chante
Si je savais encor ce chant,
Mais l'air s'en oublie quand il vente.
Est-ce ma faute si l'autan
Et les bourrasques d'un printemps
Ne m'en ont laissé que l'andante?...

Ursule, Coralie, Clémente,
Sylvie, Delphine, Violante... 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche