Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 07:20

Bordeaux sans voiture

rue Sainte-Catherine

Avant de me suivre, vous venez à pied, à bus ou en tram mais vous ne venez pas avec votre voiture. C'est son jour de repos. Comme tous les premiers dimanches de chaque mois, vous pouvez circuler tranquillement, enfin pas tout à fait, attention aux rollers, aux cyclistes et au patin. Attention aussi au tram, lui a le droit de circuler.

place de la Comédie - Cours de l'Intendance

Tout d'abord j'arrive dans une rue piétonne, ici c'est tous les jours qu'elle est fermée à la circulation. C'est la célèbre Rue Sainte-Catherine, la plus longue rue commerçante de Bordeaux. Beaucoup de magasins ouvrent ce dimanche.

Cours du Chapeau Rouge, sous les tilleuls, les artistes exposent leurs oeuvres. Je n'ai pas osé prendre les photos de trop près. 

Puis direction les quais, seulement une partie est interdite aux voitures. Je reste me rafraîchir près du miroir d'eau. Les enfants et les parents sont joyeux, des éclats de rire fusent, tout le monde s'amuse.

Je reviens par la Place des Quinconces, sa superbe fontaine et la Colonne des Girondins.

Cette rue, qui habituellement est très embouteillée, je la trouve belle sans voiture et suis contente de pouvoir m'installer en son centre pour faire la photo.

Fin de la balade bordelaise. A bientôt pour une autre visite

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 07:38

La chrysope verte

Michel B. m'avait parlé de coccinelles mis dans les arbres à Bordeaux, cours du Chapeau Rouge. Cela méritait d'y faire une petite balade. Cela tombe bien, je n'ai pas pu partir en randonnée, alors je profite de ce dimanche sans voiture pour aller voir cette bébette.

Petite erreur, il ne s'agit pas de coccinelle mais d'un autre insecte, la chhrysope carnea. Je ne l'ai pas vu, je seulement vu les sachets suspendus dans les arbres. Alors je vous mets quelques photos trouvées sur le net.

La chrysope verte (chrysoperla carnea) ou demoiselle aux yeux d'or est un insecte de la famille des chrysopidés, ordre des névroptères. Elle est un ennemi naturel de certains ravageurs en horticulture et arboriculture.

Les adultes mesurent de 10 à 15 mm (*). Leurs ailes membraneuses (25 mm) sont transparentes. Le corps et les nervures des ailes sont verts (rosissent en automne quand l'insecte recherche un abri pour hiverner)1. Les yeux sont dorés. Les antennes sont longues et filiformes.

larve

Les larves (7 à 8 mm) sont jaune-grisâtre/vert-brun avec deux bandes longitudinales rouges. Elles sont munies de pièces buccales piqueuses-suceuses pour capturer leurs proies et en aspirer le contenu. Sur les côtés, elles sont pourvues de verrues et de poils.

Les oeufs, de forme elliptique et de couleur verdâtre, portés sur un long filament sont pondus sur les feuilles au voisinage des colonies des futures proies.

Les adultes se nourrissent de miellat et de pollen. Les larves s'attaquent aux œufs, aux larves et aux adultes de divers insectes (cochenilles, pucerons et chenilles de plusieurs espèces de lépidoptères) ainsi qu'aux acariens (Araignées rouges entre autres). Au cours de son développement, une larve de chrysope peut se nourrir de plus de 500 pucerons; en une heure, 30 à 50 araignées rouges peuvent être dévorées.

t'as de beaux yeux, tu sais ! 

L'activité de ces insectes permet de réguler la prolifération des ravageurs de certaines cultures.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 07:17

COUR DE L'HÔTEL DE VILLE

Une sculpture de Jaume Plensa

C'est dimanche, 1er septembre et comme tous les premiers dimanche du mois, c'est la journée sans voiture dans Bordeaux. Pas dans toute la ville mais sur un bon périmètre dans le centre. On en reparlera un autre jour, pour le moment je poursuis ma quête des sculptures de Jaume Plensa.

Je vous présente Marianna et Awilda trouvées dans la cour de l'Hôtel de Ville, je les trouve belles et vous ? Est-ce que vous voyez la beauté intérieure qu'à voulu exprimer le sculpteur ?

  • Marianna & Awilda (1), 2013, acier inoxydable, 400 x 420 x 300 cm (2 pièces) 
    Collection : Bradley S. Jacobs, Greenwich, Connecticut, USA 
    Dans la cour de l'Hôtel de ville
    Les visages des deux jeunes filles Marianna & Awilda mêlent légèreté, transparence et monumentalité. Réalisées en un maillage en acier inoxydable, ces deux têtes entament une conversation silencieuse entre elles mais aussi avec l'environnement minéral de la cour que l'on voit à travers. Cette transparence est une manière pour l'artiste de dématérialiser la figure afin de révéler la beauté intérieure de chaque être. 

RAPPEL 

Vous avez vu sur la place de la Bourse "House of Knowledge",

  • House of Knowledge (6), 2008, acier inoxydable, 800 x 550 x 530 cm 
    Place de la Bourse
    Composée d'une multitude de lettres soudées, cette grande forme humaine est comme une invitation permanente au voyage dans l'espace et dans la sculpture elle-même. Encourageant la contemplation silencieuse ainsi que l'exploration physique et sensorielle en invitant le public à entrer et à marcher à l'intérieur, le vide monumental se transforme ici en réceptacle de nos émotions et de nos rêves.

Les petits hommes du Jardin Public "The Heart of trees"

 

  • The Heart of trees (5), 2007, bronze, 7 figures, 99 x 66 x 99 cm
    Jardin public
    L'oeuvre se compose de sept personnages masculins, assis sur un monticule de terre dont les bras et les jambes s'enroulent autour d'un arbre vivant et recouverts de mots. A travers la figure tutélaire de l'arbre, l'artiste joue sur la métaphore de la communion de l'homme avec la nature. Le corps est aussi pour Plensa un territoire sur lequel il inscrit des mots, des noms de villes, d'écrivains et de musiciens. Les figures ici sont tatouées des noms de ses compositeurs préférés.

La belle Sanna,  place de la Comédie

  • Sanna (4), 2013, fonte de fer, 703 x 98 x 255 cm 
    Place de la Comédie
    Sanna, comme Paula (place Pey Berland), appartient à une série de sept figures féminines imaginées dès après la rencontre préméditée entre l'artiste et la ville. Bien que seules deux d'entre elles aient pu être fondues et exposées à Bordeaux, ces figures représentent un nouveau chemin de réflexion et d'expérimentation artistique dans l'oeuvre de Plensa. En jouant sur l'échelle, le poids et la monumentalité du portrait, l'artiste transforme l'ordinaire en extraordinaire.

Place Camille Jullian  le "Self-portrait". 

  • Self-portrait (9), 2013, acier inoxydable, 320 x 225 x 350 cm 
    Place Camille Jullian
    En position méditative, agenouillé à l'intérieur d'une sphère constituée de lettres, de mots, et de signes divers et variés, Plensa se retrouve au coeur d'un système plus vaste. Cette oeuvre invite la population à découvrir l'universalité du langage, la diversité des cultures tout autant que l'interconnexion entre les êtres. Placée au coeur d'un quartier en plein essor, elle engage un dialogue avec la population sur fond d'humanisme.

 

A suivre, la belle Paula

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans VISITES
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 07:47

DICTON DE LA RANDONNEE

1er SEPTEMBREGILLES

MACAU 048

A la saint Gilles, tu ne verras pas les géants du Nord, tu peux te faire un masque à l’argile, ensuite va à Macau et suis les bords de la Garonne jusqu'au lieu-dit le Bout de l'Île,  tu n'y verras pas de crocodiles

 

Quand les hommes vivront d'amour (je vous laisse choisir)

 

 

 


 

 

Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Quand les hommes vivront d'amour
Ce sera la paix sur la Terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Dans la grande chaîne de la vie
Où il fallait que nous passions
Où il fallait que nous soyons
Nous aurons eu la mauvaise partie

Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Peut-être song'ront-ils un jour
A nous qui serons morts mon frère

Mais quand les hommes vivront d'amour
Qu'il n'y aura plus de misère
Peut-être song'ront-ils un jour
A nous qui serons morts mon frère

Nous qui aurons aux mauvais jours
Dans la haine et puis dans la guerre
Cherché la paix, cherché l'amour
Qu'ils connaîtront alors mon frère

Dans la grand' chaîne de la vie
Pour qu'il y ait un meilleur temps
Il faut toujours quelques perdants
De la sagesse ici-bas c'est le prix

Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Quand les hommes vivront d'amour
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts mon frère

 

Quand les hommes vivront d'amour est une chanson québécoise composée par Raymond Lévesque en 1956 alors qu'il vivait à Paris. Cette chanson a d'abord été enregistrée par Eddie Constantine avant que l'auteur la rende populaire à son propre compte. Cette chanson, composée durant la guerre d'Algérie, est l'œuvre de sa carrière et celle qui a assuré son succès.

Au cours des années, elle fut reprise par un grand nombre d'artistes québécois dont Fabienne Thibeault, Pauline Julien, Michel Louvain, Nathalie Simard, René Simard, Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Robert Charlebois, Offenbach, Luce Dufault, Céline Dion et français, par exemple Bourvil, Jean Sablon, Cora Vaucaire et Enrico Macias.

La chanson, qui appelle à la paix et est teintée d'humanisme, est restée populaire jusqu'à aujourd'hui.

En 2003, les Enfoirés en ont fait leur chanson principale du spectacle.

En 2005, dans le cadre d'un concours de la Fête nationale du Québec, le Mouvement national des Québécoises et Québécois a désigné cette chanson comme étant la préférée des Québécois et une des meilleures de tous les temps.

Au cours des années, Quand les hommes vivront d'amour a été traduit dans de nombreuses langues et de nombreux pays. (wikipédia)

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 07:41

DICTON DE LA RANDONNEE

31 AOÛTARISTIDE

BORDEAUX QUAIS 022

A la Saint Aristide, ne joue pas les caïds, tu peux bien sûr partir à la découverte de l’Arctique ou de l’Antarctique, mais une simple découverte des quais de Bordeaux jusqu’à la Bastide avec un arrêt devant la plaque d’Aristides DE-SOUSA MENDES te remplira de bonheur.

BORDEAUX - Les façades 014

(qui sauve une vie, sauve un monde)

Il sauva 30 000 réfugiés, dont 10 000 juifs, fuyant l'envahisseur nazi, en leur délivrant des visas d'entrée au Portugal, désobéissant ainsi aux ordres de ses supérieurs hiérarchiques, n'écoutant que la voix de sa conscience au mépris de sa carrière.

La dame de Bordeaux – Serge REGGIANI

 

 

Delphine, Elminthe, Cydalise,
Corinne, Mélissinde, Elise...

Changent nos cœurs et vos prénoms
Comme la couleur des saisons,
Ta chevelure, dans la brise
Des retrouvailles indécises.

Reviendrai-je des Amériques
De la Barbade ou du Congo
Vers vous, la Dame de Bordeaux
Amante des quarts nostalgiques
Ma feuillantine en male mort
Pourrais-je, mauvais jacobin,
Jusqu'à la faucheuse d'aurore,
Et même après, tenir ta main?
Que tu naufrages, Virginie,
Dans la baie des courtes vertus,
Te sauverai-je, même nue,
Comme un qui marche sur les flots?

Reviendrai-je des Amériques,
De la Barbade ou du Congo,
Vers vous, la Dame de Bordeaux,
Amante des quarts nostalgiques?

Mon en-or, m'azur, ma Javotte,
Mon soir d'avril après la pluie,
Mon béryl, mon tendre péril,
Ma très précieuse découverte,
Pierre verte au creux des jeudis,
Ma Mélusine, ma bellotte,
M'ondine, ma coquelinotte,
Mon vin du soldat, ma défaite,
Ma victoire aussi, ma conquête,
Dans les verts du parc Montsouris
Que l'amour danse des gavottes
Quand reviendront nos cœurs sur des places en fête!

 

Et toutes les fois, toutes celles
Où tu donnais aux tourterelles
Alors que je quêtais ailleurs...
Dites! m'en tiendrez-vous rigueur?

Ma nostalgique, ma dévote;
Ma romance d'une autre époque
Ma Venise d'aventure
Mon angélique de ribote
Mes mains de fraîche communion
Au bout des comptoirs équivoques
Où l'amour ne dit plus son nom!
Ma talentine, ma prison,
Mes douze barreaux dans la poche,
Mon étape au bout des maisons,
Ma demoiselle dans sa tour,
Ma seule à qui j'ose l'amour...

 

Rappelez-vous cette saison
Et vos dentelles à la brise
D'avril, aux fontaines surprises
Dans le reflet des frondaisons.

Ah! je t'évoque et je t'invoque
Mon muscadier sur l'Orénoque
Marie, ma Vénus beauceronne
Païenne dans Chartres, m'automne
En des plaines si monotones
Que le cœur s'y perdrait, je crois,
Si tu n'étais ce cœur en croix
Au carrefour des routes bonnes.
Mon lilas blanc, ma capucine,
Cathédrale d'où pérégrinent
Tant de souvenirs en escorte
Jusqu'aux murailles comtadines

Rappelez-vous cette saison
Et vos dentelles à la brise...
Attendent-elles encore aux portes
De cette ville sarrasine,

Nos amours mortes? Ah! qu'elles vivent! qu'elles vivent!
Et que renaisse au long du fleuve
La cytise et la joie promise
Et que cette chanson t'émeuve!
J'eusse écrit d'amour comme on chante
Si je savais encor ce chant,
Mais l'air s'en oublie quand il vente.
Est-ce ma faute si l'autan
Et les bourrasques d'un printemps
Ne m'en ont laissé que l'andante?...

Ursule, Coralie, Clémente,
Sylvie, Delphine, Violante... 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 07:49

DICTON DE LA RANDONNEE

30 AOÛTFIACRE

château de Saumur

A la Saint Fiacre, pour aller sur les chemins tu n’as pas besoin de fiacre , tu aurais l’air ridicule sur les monticules, sers toi de tes pieds pour aller à Espiet, prends ton bâton pour grimper en haut du donjon.

 

Le Fiacre – Jean SABLON

 

 

Un fiacre allait, trottinant,
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Un fiacre allait, trottinant,
Jaune, avec un cocher blanc.

Derrièr' les stores baissés,
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Derrièr' les stores baissés
On entendait des baisers.

Puis un' voix disant : " Léon !
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Puis un' voix disant : " Léon !
Pour ... causer, ôt' ton lorgnon !"

Un vieux monsieur qui passait,
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Un vieux monsieur qui passait,
S'écri' : "Mais on dirait qu'c'est

Ma femme avec un quidam !
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Ma femme avec un quidam ! "
I' s'lanc' sur le macadam'.

Mais i' gliss' su' l' sol mouillé,
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Mais i' gliss' su' l' sol mouillé,
Crac ! il est écrabouillé.

Du fiacre un' dam' sort et dit :
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Du fiacre un' dam' sort et dit :
"Chouett', Léon ! C'est mon mari !

Y a plus besoin d' nous cacher,
Cahin, caha,
Hu, dia, hop là !
Y a plus besoin d' nous cacher.
Donn' donc cent sous au cocher ! "

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 08:05

En reconnaissance avec un ami

Un an que l'on ne s'était pas vu, notre dernière balade au Jardin Public date déjà de l'été dernier.

Claude me demande si une petite randonnée d'une dizaine, ou plutôt une douzaine de km finalement, sur un nouveau itinéraire récemment créé par la Mairie mais qu'il va rallonger à sa sauce, m'intéresse. Je suis partante bien sûr et me voilà partie, plusieurs bus avant d'arriver à destination. Rendez-vous pris à 13 h. J'arrive en avance pour manger mon sandwich et trouve un endroit accueillant près d'un centre sportif à Gadret.

Le parcours est essentiellement en forêt, elle est encore bien verte mais les fougères commencent à prendre les couleurs de l'automne. Le parcours local est bien fléché. Claude a bien préparé son itinéraire et c'est sans problème qu'il a rallongé le circuit. Il a accroché quelques rubans qui serviront de repaires.

A Saint-Médard en Jalles il y a beaucoup de belles forêts qui sont sillonnées par les jalles, j'y ai fait beaucoup de randonnées mais celle-ci je la découvre. Elle touche deux autres communes, Saint-Aubin et Le Taillan.

Tu crois qu'ils ne seront pas enlevés tes rubans ?

Il y a des jalles donc il y a des moustiques et très vite nous sommes attaqués, heureusement nous l'avions prévu et nous nous vaporisons d'antimoustiques, mais ces chameaux, pardon ces moustiques trouvent toujours un petit passage. Heureusement ça ne va pas durer, ils ont stoppé assez vite leurs attaques et nous avons poursuivi tranquillement notre randonnée tout en papotant tout en observant bien les flèches, on a vite fait de s'égarer quand on parle, mais ce n'est pas arrivé heureusement.

retour près du centre sportif

Merci Claude pour cette belle randonnée forestière et coucou aux deux amis, toujours très discret

 

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans RANDOS AMICALES
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 07:52

DICTON DE LA RANDONNEE

28 AOÛTFLORENCE

Sallebruneau.jpg

A la Sainte Florence, tu peux aller visiter Florence ou visiter un château renaissance, halluciner à Frontenac devant une vieille pompe à essence  mais fais toi confiance et sans défaillance viens marcher dans une bonne ambiance

Flo – Florence Arthaud et Pierre Bachelet

[Flo]
C'est bien le nom que tu voulais
Toi qui ressembles à la marée
Sur les cailloux de St-Malo
Sous tes paupières ultra-marines
Parfois je lis ou je devine
La solitude des bateaux

{Pierre]
T'es comme un rocher sur la lande
Tu ne bouges pas tu te demandes
Où peuvent bien aller les rivières

[Refrain] :
Chacun est fait comme il est
Chacun prend feu comme il peut
Mais sous le ciel immense
Tous les rochers du silence
Tous les oiseaux en partance
Se retrouvent parfois
Chacun est fait comme il est
Chacun prend feu comme il peut
Chacun va son chemin
Jusqu'à l'endroit du destin
Où se retrouvent les mains
Qui se quittaient déjà

[Pierre]
Quand mon voilier s'envole sur l'eau
J'ai l'impression d'être un oiseau
Mais j'ai le cœur sans illusion
T'as l'nom d'un cailloux qui affleure
On pourrait naufrager le cœur
Danger pour la navigation

[Flo]
Même si la pluie te mouille parfois
Les vagues tournent autour de toi
C'est toi qui les mènes en bateau

[Refrain] x2

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 07:51

DICTON DE LA RANDONNEE

27 AOÛTMONIQUE/MONICA

Jour 2 - la Côte de Granit Rose

La Côte de granit rose

A la Sainte Monique, que tu sois britannique, hispanique ou germanique, pas besoin de rouler les mécaniques pour faire de la randonnée nordique, mais de bons pieds et de bons mollets t’amèneront sans panique en Armorique

BONNE FÊTE AUX MONIQUE ET A MONICA

 

La Jument De Michao*

 

 

C'est dans 10 ans je m'en irai
j'entends le loup le renard chanter
C'est dans 10 ans je m'en irai
J'entends le loup le renard chanter

J'entends le loup le renard et la belette;
J'entends le loup et le renard chanter
(bis)

C'est dans 9 ans je m'en irai
La jument de Michao a passée dans le pré
La jument de michao et son petit poulain
A passé dans le pré et a mangé tout le foin
(bis)

L'hiver viendra les gars,
L'hiver viendra :
La jument de michao,elle s'en repentira
(bis)

C'est dans 4 ans je m'en irai
J'entends le loup et le renard chanter
C'est dans 4 ans je m'en irai
J'entends le loup et le renard chanter

J'entends le loup, le renard et la belette
j'entends le loup et le renard chanter
(bis)

C'est dans 3 ans je m'en irai
La jument de Michao a passée dans le pré
La jument de Michao et son petit poulain
A passé dans le pré et mangé tout le foin
(bis)

L'hiver viendra les gars,
L'hiver viendra :
La jument de michao,elle s'en repentira
(bis)

C'est dans 2 ans je m'en irai
j'entends le loup et le renard chanter
C'est dans 2 ans je m'en irai
J'entends le loup et le renard chanter

J'entends le loup le renard et la belette
J'entends le loup et le renard chanter
(bis)

C'est dans 1 an je m'en irai
La jument de Michao a passée dans le pré
La jument de Michao et son petit poulain
A passé dans le pré et mangé tout le foin
(bis)

L'hiver viendra les gars,
L'hiver viendra :
La jument de michao,elle s'en repentira
(bis)

 

*La Jument de Michao est la version traditionnelle bretonne, en pays gallo (ou en Haute-Bretagne), d'une chanson française d'origine bourguignonne : J'entends le loup, le renard, le lièvre.

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 08:10

DICTON DE LA RANDONNEE

26 AOÛTNATACHA

BLANQUEFORT Temple d'Amour

Le temple d'Amour à Caychac

A la Sainte Natacha, donne à manger à Félix ton chat, Felix bisévite de faire l’achat de chaussons en galuchat sur le Téléachat tu ne pourrais pas marcher ni danser la cucaracha, préfère de solides chaussures de randonnée pour découvrir Caychac            

 

Natacha chien-chien-chien – Boris VIAN

 

 

Natacha ne se sent pas très bien,

Natacha a perdu son chien-chien-chien!

Un dimanche qu'elle se promenait,

Au millieu des grand bois de Rambouillet,

Médor, mon plus fidéle ami,

A la chasse aux perdrix,

As-tu perdu la vie?
Médor, tout couvert de poils gris,

Vieux copain de jadis,

Pourquoi es-tu parti?
Natacha pour remplacer son chien,

Natacha se dit soudain tiens-tiens-tiens!

Si j'allais dire à Télé-Paris,

Qu'on me laisse faire une annonce à midi,

Médor, mon pauvre chien perdu,

Médor, aux poils bourrus,

Vieux médor m'entends-tu?
Médor, au doux son de ma voix,

Pourquoi ne viens-tu tu pas?

Consoler Natacha!!?
Natacha croyait marquer un point,

En criant médor médor viens-viens-viens!!

Mais médor hélas n'entendait rien!

Il suivait une émission d'Europe 1!

Alors, la triste Natacha,

A décidé l'achat d'un jolie petit chat,

Médor est sorti de sa vie,

et Natacha ravie,

de chacun fait l'envie!

Chien-chien-chien évitait Natacha!

Chien-chien-chien elle préfére son chat-chat-chat!

Chien-chien-chien évitait Natacha!

Chien-chien-chien sinon son chat vous griffera!

Repost 0
Published by Mimi de Bruges - dans DICTON DU JOUR
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • Le blog de mes-histoires-de-randos.over-blog.com
  • : Découverte de la randonnée en particulier en Gironde et quelques départements voisins. La randonnée permet aussi de faire de belles rencontres, de se faire des ami(e)s. C'est aussi de belles photos souvenirs qui alimentent mes albums.
  • Contact

Profil

  • Mimi de Bruges
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. 
Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.
  • J'ai commencé la randonnée en 2006 et depuis je marche sans me lasser. Mes autres passions, la lecture, l'histoire et la photo. Timide, réservée, fidèle et toujours disponible pour sa famille et ses ami(e)s voilà c'est moi.

Texte Libre

Recherche